mercredi 11 mars 2020

KHAL TORABULLY...Extrait

Mère, j'ai lu un livre écrit par un hommeÀ la plaie béante. Le premier chapitre débute par une terre fertile.Il décrit le silence des oasis sous un croissant de lune.La terre se moque de l'humeur des poètes,L'histoire n'écrit pas la mort des étoiles. Je tourne la page à la porte d'une ville fortifiée.Un étranger sonne à la porte ciselée.Il se dit persécuté par l'aigle sanguinaire du donjon.Il ouvre sa main. Il est déjà trop tard pour lire. Un livre n'attend pas la fin de l'exil.Un livre n'attend pas le retour des saisons.Un livre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 31 décembre 2017

2018...

  Le poème de la vie se goûte ainsi, au passage des années nomades. Nous nous savons passants et passagers des secondes. Bergers des heures creuses. Des jours éblouis par le rayon de lumière au fond de nous.Nous cherchons ce puits où notre silence s'enfuit dans la lumière.D'année en année, le poème de la vie s'efface, se reconstruit.Il nous faut vivre de l'espérance qui nous étreint.C'est cela le temps que nous ranimons en nous.D'année en année.Bientôt, 2018 sera là. Que votre quête soit cette source de poésie vive.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 27 mai 2016

POEMES POUR AIME

   Mon cœur, préservez-moi de toute haine ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n'ai que haine car pour me cantonner en cette unique race vous savez pourtant mon amour tyrannique vous savez que ce n'est point par haine des autres races que je m'exige bêcheur de cette unique race                  Aimé Césaire (Cahier d'un retour au pays natal )                 ... [Lire la suite]
vendredi 27 mai 2016

EN MEMOIRE D'IZET SARALJIC

En mémoire d’Izet Sarajlic « C'est quand la vie entre dans un poème que la poésie se révèle et devient poésie. Une poésie doit trouver son auteur, pas l'inverse », Izet Sarajlic.   .   Je ne connais pas Sarajevo, j'aurais voulu être des tiens quand tes bras étaient enfouis sous la neige rouge. J'ai beau dire que cette ville est une bouteille jetée à la mer, mais je ne l'ai jamais touchée et je ne peux qu'imaginer ton cimetière. Là : Les sépultures sont cachées derrière les murs de plus en plus hauts. Toutes les... [Lire la suite]
mardi 26 janvier 2016

CALE D'ETOILES, COOLITUDE...Extraits

     Coolitude pour poser la première pierre de ma mémoire de toute mémoire, ma langue de toutes les langues, ma part d'inconnu que de nombreux corps et de nombreuses histoires ont souvent déposée dans mes gènes et mes îles.      À me demander si je fais partie d'une race de malaxeurs d'épices et de parfums, de soies et d'ors, de pigments de peaux et de mots.      Coolitude, mon roulis-coolie, chant d'un enracinement autant que chant d'un déracinement dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,