dimanche 16 juin 2013

POEMES INDIENS - DATES DE PIERRE

"Si les Chasseurs Célestes descendaient transcrire en mes miroirs leur langue empourprée fumer avec moi le blond tabac haché qui tombe du titillement des étoiles, nous parlerions une langue de miroirs... Au lieu de mots ils épandraient en mes eaux leurs images. Copier une image c'est la saisir et il est si aisé de se comprendre avec des images, en souffle de couleurs..." .... "Notre parole, notre proclamation, ceci soit dit aux cieux, face à la terre, demande d'abord qu'on livre Quadriciel, celui aux copals magiques, celui qui aux... [Lire la suite]

jeudi 14 février 2013

A DEVINER

— Est-ce que c'est une chose ? — Oui et non. ­— Est-ce que c'est un être vivant ? — Pour ainsi dire. — Est-ce que c'est un être huain ? — Cela en procède. — Est-ce que cela se voit ? — Tantôt oui, tantôt non. — Est-ce que cela s'entend ? — Tantôt oui, tantôt non. — Est-ce que cela a un poids ? — Ça peut être très lourd ou infiniment léger. — Est-ce que c'est un récipient, un contenant ? — C'est à la fois un contenant et un contenu. — Est-ce que cela a une signification ? — La plupart du temps, oui, mais cela peut aussi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 27 novembre 2012

MARS 79....

Las de tous ceux qui viennent avec des mots, des mots mais pas de langage, je partis pour l'île recouverte de neige. L'indomptable n'a pas de mots. Ses pages blanches s'étalent dans tous les sens! Je tombe sur les traces de pattes d'un cerf dans la neige. Pas des mots, mais un langage... . TOMAS TRANSTRÖMER   .    
jeudi 5 janvier 2012

MAIS POURQUOI L'ESPAGNOL PARLE T-IL SI FORT?

Ce ton si élevé de l’espagnol est un défaut, un vieux défaut déjà, de race. Vieux et incurable. C’est une maladie chronique. Nous, les Espagnols, nous avons la gorge irritée, la gorge à vif. Nous parlons à cri blessé et nous sommes désaccordés pour toujours, pour toujours parce que trois fois, trois fois, trois fois nous avons dû nous égosiller dans l’histoire jusqu’à nous déchirer le larynx. La première fois, c’est quand nous avons découvert ce continent et qu’il a fallu que nous criions sans aucune mesure : Terre ! Terre ! Terre !... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 5 juin 2011

L'ESPRIT NOMADE...Extrait

(...) Ainsi dans le langage auquel tous nos efforts convergent toutes les complications de la vie humaine s'évanouissent ne reste que la note de l'universelle joie l'Art Complet - seul avec le Seul . KENNETH WHITE . Oeuvre Hawad  
Posté par emmila à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 6 février 2011

LE LIVRE DES RESSEMBLANCES ...Extrait

  Aucune clôture n'a de sens dans le désert, dans le vide ; aucune pensée, aucun livre qui est clôture de toute pensée   Parler du livre du désert est aussi ridicule que de parler du livre du rien.   Et pourtant, c'est sur ce rien que j'ai édifié mes livres.   Du sable, du sable, du sable à l'infini.   S'il y a un livre de la mort, il ne peut s'agir que de la mort - comme on met à sac, ô deux fois sacrifiée - du livre.   C'est à ces limites infixées de l'esprit, à cette frontière dévastée, mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,