lundi 30 janvier 2012

DIRE...Extrait

L’année est dans ma main poignée de figues-fleurs. J’ai mordu l’épaule de la vigne j’ai mordu l’amour à plein fruit. La rose de Couchant déchire la Cévenne. Ma vie comme une source où s’abreuve mon vieux peuple.
Pauvre peuple travailleur j’ai mes mains entre tes mains et je te rends ce que tu donnes parce que je sais mieux que toi que cette langue est à nous.
Pauvre peuple peuple roi nous te sauverons ta couronne de verveine de verte joie nous te conduirons avec notre languesur les routes de jeunesse   Parce que je sais mieux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 23 janvier 2012

MAODEZ GLANNDOUR

« Tu m’as créé Breton, je me relèverai Breton, avec dans ma bouche, dans ma langue méprisée, dans ma bouche ma langue qu’on m’avait volée et qui sera comprise de celui qui la méprisait jadis, du Français, finies les ténèbres, fini l’orgueil, entraveur d’intelligence » (...) « Et après que ma voix aura été étouffée et ma bouche remplie de boue par l’Ankou, la vérité de mes paroles continuera à crier ». .   Brezhon ac’h eus va c’hrouet, Brezhon e adsavin gant va yezh disprizet em genou, va yezh laeret... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 15 janvier 2012

LA POETE, LE PEINTRE ET LA VIE, « BRÛLANTE »...ANNAIG RENAULT ET YVES GRANDJEAN

  « Le temps est-il venude la flamme et du verbe ?au ventre du nuagese dessinel’oasisoù j’entendrai enfin mon nom… Alors je pourrai naître. » . ANNAIG RENAULT . . « Je sais la vie brûlante » Le titre vous emporte comme une énigme. À la chorégraphie des corps sculptés dans la douleur de l'appel et de l'attente du peintre Yves Grandjean, les poèmes d'Annaïg Renault répondent par les mots brûlants de la quête et de l'espoir. C'est beau et angoissant à la fois. Sans doute parce que les pages se tournent comme... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 5 septembre 2011

TRAVAUX DE LUMIERE...Extrait

Ô l'oeil bleu de la Mediterranée ô languesbifides des monothéismes et des peuplesnulle paix pas d'innocents il restele labeur et l'envol sur les collinesdes oliviers en blanc et noir leur lyriqueinvisible dans le trop-plein de jourj'ai leur premier noyau d'olive au coeurleur huile aussi amère et doucequi ne sait dire rien parmi mes joursque les lieux de l'envol la démesuredu regard j'ai la tête pleine d oliviersj'ai des collines de collines des muretsétages où justement ils volentd'un silence que l'art voudrait atteindre . ANNIE... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 11 août 2011

DISCOURS DE LA SAINTE ESTELLE D'AVIGNON, LE 21 MAI 1877...Extrait

Une langue est un bloc : c'est un antique fondement où chaque passant a jeté sa pièce d'or, d'argent ou de cuivre : c'est un monument immense où chaque cité a bâti son pilier, où un peuple a travaillé de corps et d'âme pendant des centaines et des milliers d'années.Une langue, en un mot, est la révélation de toute une vie, la manifestation de la pensée humaine, l'instrument sacro-saint des civilisations et le testament parlant des sociétés mortes ou vivantes. . Uno lengo es un clapas; es uno antico foundamento ounte chasque passant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 19 mai 2011

ALTU CANTU

. ALTU CANTU par cacciamosca .
Posté par emmila à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 16 janvier 2011

LA NUIT AU SOLEIL...Extrait

Où est la nudité de la langue?Dans l'absence d'images poétiques?Dans l'abstraction des métaphores?Dans le refus des séductions sonores?Où est la nudité de la langue?Dans le refus du formalisme?Dans la poétique sans poète?La négation du narcissisme?Où est la nudité de la langue?Dans l'absence de toute description?De toute citation? De toute fascination?De toute littérature littéraire?Où est la nudité de la langue?Dans la disparition du parti pris des choses?Dans la fin de toute célébration des êtres?Le rejet de toute recherche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 12 septembre 2010

SIGNES DES HOMMES...Extrait

Signes des hommes, voici pour vous mes nuits   Langue, sois-moi toutes les langues ! Cinquante langues, monde d’une voix !   Le cœur de l’homme, je veux l’apprendre en russe, arabe, chinois, Pour le voyage que je fais de vous à moi Je veux le visa De trente langues, trente sciences.   Je ne suis pas content, je ne sais pas encore les cris des hommes en japonais !   Je donne pour un mot chinois les prés de mon enfance, Le lavoir où je me sentais si grand.   Signes   De minuit jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 12 juillet 2010

LE TEXTE DE L'ABSENCE

Ni l’appelant n’appelle, ni l’appelé n’écoute c’est le vent  Qui converse avec son propre passage.  Il balance des mots dans le vent  Non pas pour dire quelque chose mais  Pour que les mots se désarticulent  Et disparaissent.  La langue est dans ses infimes parcelles La parole est L’effacement de la voix. Dans l’anéantissement des lettres Dans le vent La langue . WADIH  SAADEH .                  
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 8 juin 2010

ENTRE LE CREOLE ET LE FRANCAIS

  Ma langue maternelle, - la sève qui nourrit ma parole, qui abonde dans les couloirs de mon inconscient, qui retrace les souvenirs de l'enfance, qui a irrigué mes premiers pas, qui épousera mon dernier souffle, - est le créole mais ma langue d'écriture est le français. Je n'écris pas en français car elle est matière que j'observe, que je guette, matière fugitive qui obéit au désordre, semblable à un animal féroce qui arpente les arènes du lointain, adepte de jeux cruels et qui me lance un défi, renouvelé et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,