mercredi 12 octobre 2011

E LAVANDARE

Corre lindu u fiume Quandu l’acqua porga Netta u pannu niellatu Da e sciagure di u tempu. Luce à u sole u Monte Giuvellu Quandu u core di a donna Richjara e so cugiure Ind’è e fiumare inguerninche. Barca u ponte a donna Quandu l’acqua di a vita Fala à in basculi in basculi Da u fiatu di e sulane aschese. S’innalza l’alburu versu u celu Quandu a primavera giuconda Affacca in u fiuminale inchjaritu Da e speranze veranile. Lavandare, un appiate paura Chì u tempu squassa L’angosce di u pannu E’ e nigrure di i cori ! ... ... [Lire la suite]

mardi 20 juillet 2010

LES BONNES LAVANDIERES

Les batailles de fleurs coupées ou de fruits mûrs le long des soirs de carnaval, les rixes d'amoureux dans la luzerne et la boue, les festins honorant la lune: tout s'achève en labeur souriant pour les jolies lavandières, agenouillées près du torrent tout au bout de la ville. Dans les herbes mouillées grésillantes de libellules, elles chantent sans trêve, plus fort que les oiseaux, plus haut que les roseaux, plus longtemps que les saules. A grands coups de battoir, elles repoussent en chœur les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,