jeudi 5 juin 2014

RAPPELLE-TOI

Cette neige de nuit avec mes cheveux gris Les chiens qui s'ébrouaient des flocons de tes yeux Ce rempart d'herbe triste et de moutons anxieux Cette Alpe camarade accoudée à ton lit Rappelle-toi Le sourire de Dieu qu'on touchait de la tête La montée à la paille avec le vent debout Et tout debout là-haut la tendresse à genoux Qui nous rafraîchissait le dos avec nos bêtes Rappelle-toi Ces fleurs de la vertu hautaine et leur fumet Qui ressemble au fumet de tes fleurs de la lune Et que j'allais chercher comme on cherche fortune Au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 6 décembre 2012

L'OPERA DU PAUVRE...Extrait

Je voudrais que tout s'arrêtât là du temps compté des hommes Je voudrais que cette vie s'en aille comme la mer s'en va là-bas Sur les épaules dénudées de ces rochers en robe de soirée Rien qu'un moment rien qu'un temps Juste le temps de leur laver le sel Et de leur prendre ces néons sur la place très haut Ces néons de notre vie mécanique A dix mille pour cent Et à tout ce que tu peux inventer pour leur faire la main Et leur couper les plombs Et les mettre dans l'ombre de notre amour en cas de besoin Je voudrais être l'évangile de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 13 juillet 2012

LA POESIE

J'ai du savon qui lave Les péchés capitaux Un stylo-bille qui grave Le goût d'un apéro Un soutien-gorge à piles Qui ne s'allume qu'aux beaux yeux Un dentifrice habile A blanchir les aveux Un buvard facétieux Qui sèche les chagrins Un oeil pour lire à deux Quand le jour s'est éteint Un violon capital Voilé de Chambertin A faire sonner le mal Plus fort que le tocsin Si ça ne va pas Tu peux toujours aller la voir Tu demanderas La Poésie On t'ouvrira Même si elle n'est pas là D'ailleurs elle n'est pas là Mais dans la tête d'un fou Ou... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 3 juin 2012

ALLENDE

Merci à Osvaldo Torres...   Ne plus écrire enfin attendre le signal Celui qui sonnera doublé de mille octaves Quand passeront au vert les morales suaves Quand le Bien peignera la crinière du Mal Quand les bêtes sauront qu'on les met dans des plats Quand les femmes mettront leur sang à la fenêtre Et hissant leur calice à hauteur de leur maître Quand elles diront : "Bois en mémoire de moi" Quand les oiseaux septembre iront chasser les cons Quand les mecs cravatés respireront quand même Et qu'il se chantera dedans les hachélèmes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 1 janvier 2012

ON S'AIMERA...

 On s’aimera Pour un quignon d’ soleil Qui s’étire pareil Au feu d’un feu de bois On s’aimera Pour des feuilles mourant Sous l’œil indifférent De Monseigneur le Froid De Monseigneur le Froid On s’aimera cet automne Quand ça fume que du blond Quand sonne à la Sorbonne L’heure de la leçon Quand les oiseaux frileux Se prennent par la taille Et qu’il fait encore bleu Dans le ciel en bataille Dans le ciel en bataille On s’aimera Pour un manteau pelé Par les ciseaux gelés Du tailleur des frimas On s’aimera Pour la boule de gui Que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 8 novembre 2011

TESTAMENT PHONOGRAPHE...Extrait

C'est à trop voir les êtres sous leur vraie lumière qu'un jour ou l'autre nous prend l'envie de les larguer. La lucidité est un exil construit, une porte de secours, le vestiaire de l'intelligence. C'en est aussi une maladie qui nous mène à la solitude. (...) L'exil est une forme de la réflexion. Les philosophes connaissent bien cette solitude de la méditation qui est un exil à portée de conscience. Derrière le regard de certains hommes j'ai vu quelquefois ce silence que rien n'altère, et dans "altere" il y a "autre" comme un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 30 octobre 2011

SAPHO ...AVEC LE TEMPS

Posté par emmila à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 29 octobre 2011

AMRIA

Je ne sais rien de pur comme un jour de malheur Quand l'aube met le deuil sur le velours des filles Comme un surplis de sang surfilé de bonne heure A l'aube je te dis comme on se met les villes Et si je t'en raconte encore c'est que l'ivresse Ne m'est pourtant comptée qu'en faveur des palais Où se draillent des fées à sucer ma paresse Invente donc l'été dans leur frigo brûlé. Dis-leur qu'un beau jardin n'a pas besoin de lune Qu'un désordre savant n'arrange pas ton dû Parle-leur de la route ancienne et des fortunes Qui coulent dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 28 septembre 2011

REQUIEM

Pour ce rythme inférieur dont t'informe la Mort Pour ce chagrin du temps en six cent vingt-cinq lignes Pour le bateau tranquille et qui se meurt de Port Pour ce mouchoir à qui tes larmes font des signes  Pour le cheval enfant qui n'ira pas bien loin Pour le mouton gracieux le couteau dans le rouge Pour l'oiseau descendu qui te tient par la main Pour l'homme désarmé devant l'arme qui bouge  Pour tes jeunes années à mourir chaque jour Pour tes vieilles années à compter chaque année Pour les feux de la nuit qui enflamment... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 14 août 2011

NOUS DEUX

Ils sont partis sans crier gare Avec leurs mômes et leurs guitares Nos frères gitans de Saint-Ouen. Elles sont parties, à tire-d'aile Et sans retour, les hirondelles Paris n'en avait plus besoin. Flots de béton et de bêtise Faut des drugstores et du strip-tease Des buildings et des souterrains Et de Boulogne et de Vincennes Et des quais fleuris de la Seine Bientôt, il ne restera rien. Mais ce jour-là, ma tourterelle, Ma fille à moi, ma toute belle Ma frangine d'amour, ma maman, Malgré les planches et puis la terre On se blottira... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,