mardi 5 juin 2018

CONGO

Oho ! Congo oho ! Pour rythmer ton nom grand sur les eaux sur les fleuves sur toute mémoireQue j'émeuve la voix des kôras Koyaté ! L'encre du scribe est sans mémoire. Oho ! Congo couchée dans ton lit de forêts, reine sur l'Afrique domptéeQue les phallus des monts portent haut ton pavillonCar tu es femme par ma tête par ma langue, car tu es femme par mon ventreMère de toutes choses qui ont narines, des crocodiles des hippopotamesLamantins iguanes poissons oiseaux, mère des crues nourrice des moissons.Femme grande ! Eau tant ouverte à... [Lire la suite]

dimanche 20 septembre 2015

ELEGIE POUR LA REINE DE SABA

Tombe le boubou. Au coup sec de la syncopeFuse le buste transparent sous la chasuble noire, striquée d’or vert consonant au cimierDont la jupe est ouverte sur les flancs, sur les jambes vivantes.C’est le deuxième mouvementQui germe dans le sol quand battent les plantes des piedsSecoue les hanches, et c’est la montagne volcan qui tangue, cambre les lombesPour exploser, la gorge éclose, dans l’éclat serein du Printemps, le parfum sombre du gongo, la terre de la chair.Puis sous le ciel délié diaphane, s’ouvrit le mouvement des pollens... [Lire la suite]
jeudi 30 octobre 2014

MASQUE NEGRE

A Pablo Picasso   Elle dort et repose sur la candeur du sable. Koumba Tam dort. Une palme verte voile la fièvre des cheveux, cuivre le front courbe. Les paupières closes, coupe double et sources scellées. Ce fin croissant, cette lèvre plus noire et lourde à peine – ou’ le sourire de la femme complice? Les patènes des joues, le dessin du menton chantent l’accord muet. Visage de masque fermé à l’éphémère, sans yeux sans matière. Tête de bronze parfaite et sa patine de temps. Que ne souillent fards ni rougeur ni rides, ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 13 mai 2014

CHANTS DE PRINTEMPS I ET II

Des chants d’oiseaux montent lavés dans le ciel primitif L’odeur verte de l’herbe monte, Avril ! J’entends le souffle de l’aurore émouvant les nuages      blancs de mes rideaux J’entends la chanson du soleil sur mes volets mélo-      dieux Je sens comme une haleine et le souvenir de Naëtt sur      ma nuque nue qui s’émeut Et mon sang complice malgré moi chuchote dans mes      veines. C’est toi mon amie – Ô ! Ecoute les souffles déjà chauds... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 26 décembre 2012

CHANTS D'OMBRE...Extrait

Nuit d'Afrique, ma nuit noire, mystique et claire noire, et brillante, Tu reposes accordée à la terre, tu es la Terre et les collines harmonieuses, Ô beauté classique qui n'est point angle, mais ligne élastique, élégante, élancée ! Ô visage classique ! depuis le front bombé sous la forêt de senteurs et les yeux larges obliques jusqu'à la baie gracieuse du menton et L'élan fougueux des collines jumelles ! Ô courbes de douceur, visage mélodique Ô ma Lionne ma Beauté noire, ma Nuit noire ma Noire ma Nue! Ah ! que de fois... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 septembre 2012

LETTRES D'HIVERNAGE...Extrait

Je repasse ta lettre, à l’ombre du ciel bleu du parasol. À mes pieds, la mer molle se froisse rythmique à l’arène  Le chant s’essore. La mer jusqu’à la passe est pareille à tes yeux de sable et d’algues Jusqu’à la masse profonde du large, où fleurissent tous les miracles Sous les cris blancs des mouettes, l’écume des longues pirogues.   Sur la plage rythmique, les canards sauvages en groupe songent, immobiles muets. Je songe à mon enfant dernier, l’enfant de l’avenir Aux cils de palmes, aux yeux de puits sans fond. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 22 avril 2012

LETTRES D'HIVERNAGE II...Extrait

Tu parles de ton âge, de tes fils de soie blanche.Regarde tes mains pétales de laurier-rose, ton cou le seul pli de la grâce.J'aime les cendres sur tes cils tes paupières, et tes yeuxd'or mat et tes yeuxSoleil sur la rosée d'or vert, sur le gazon du matinTes yeux en Novembre comme la mer d'aurore autour du Castel de Gorée.Que de forces en leurs fonds, fortunes des caravelles,jetées au dieu d'ébène !J'aime tes jeunes rides, ces ombres que colore d'unvieux roseTon sourire de Septembre, ces fleurs commissures detes yeux de ta bouche.Tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 21 avril 2012

LETTRES D'HIVERNAGE...Extrait

« Ta lettre sur le drap, sous la lampe odorante Bleue comme la chemise neuve que lisse le jeune homme En chantonnant, comme le ciel et la mer et mon rêve Ta lettre. Et la mer a son sel, et l’air le lait le pain le riz,  je dis son sel La vie contient sa sève, et la terre son sens Le sens de Dieu et son mouvement. Ta lettre sans quoi la vie ne serait pas vie Tes lèvres mon sel mon soleil, mon air frais et ma neige »   .   LEOPOLD SEDAR SENGHOR   .      
Posté par emmila à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 17 octobre 2011

LETTRE A SENGHOR : L’OCTOBRE DE TES 104 ANS

                       Mon si cher poète, cher Président,         J'ai tardé à vous écrire pour fêter à point votre anniversaire. Un séjour au Canada où vous êtes aimé et reconnu, ne m'a pas permis d'être au rendez-vous. Disons, comme tu aimais te moquer de nos envahisseurs Blancs, que je suis cette fois-ci à l'heure coloniale !       Vous auriez eu 104... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 20 septembre 2011

PRIERE DE PAIX

Seigneur Jésus, à la fin de ce livre que je T’offre comme un ciboire de souffrances Au commencement de la Grande Année, au soleil de Ta paix sur les toits neigeux de Paris - Mais je sais bien que le sang de mes frères rougira de nouveau l’Orient jaune, sur les bords de l’Océan Pacifique que violent tempêtes et haines Je sais bien que ce sang est la libation printanière dont les Grands Publicains depuis septante années engraissent les terres d’Empire Seigneur, au pied de cette croix – et ce n’est plus Toi l’arbre de douleur, mais... [Lire la suite]