lundi 27 janvier 2020

LETTRE AUX HOMMES VIEUX

Port-au-Prince 1er décembre 1945   Je me fais grâce, messieurs de toutes vos formules patinées en prenant l’arme dangereuse de la plume, pour vous écrire tout ce que j’ai sur le cœur. Je le sais, messieurs, vous êtes de ces Compétences, de ces Expériences, de ces Excellences, qui reprennent volontiers le mot de Louis XIV : «  Que diront nos neveux… ? » Eh bien ! voilà, j’en suis un, je crois et je vous envoie cette lettre que le camelot criera et jettera au vent aigre du temps, vers tous, vers les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 25 janvier 2020

LA LETTRE DU SIXIEME SENS

Ma lettre portée par ellipse a demandé aux mots toutes voiles fermées de prendre le poids de l’oiseau en plein vol de rendre rapport d’écriture et de déraison de mélodie d’extravagance Même en me trompant de parcours mêlant la longue syncope des arcs-en-ciel aux phrases séquestrées des réverbères je n’ai toujours eu qu’un seul galop la phrase mutilée l’ordre des vertébrés Celui qui crie trop fort n’entend pas l’orage déchiré de ta bouche dans ma vie qui se défait et se refait comme une chevelure Celui qui ne crie pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 15 août 2019

LETTRES D'AMOUR ET DE COMBAT...Extrait

"Tu n’as qu’à m’être dérobée ne serait-ce que par le rêve, et je sais aussitôt que le temps n’a servi à mon amour qu’à le faire croître, comme le soleil et la pluie font grandir des plantes. Mon amour pour toi, dès que tu es éloignée, apparaît pour ce qu’il est, comme un géant en qui se concentrent toute l’énergie de mon esprit et tout le caractère de mon cœur. Je me sens homme de nouveau, car je ressens une grande passion, et la multiplicité où nous embrouillent l’étude et la culture modernes, le scepticisme avec lequel nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 4 avril 2019

LETTRE DE BLANCHE GARDIN AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Monsieur le Président,Je suis flattée. Merci. Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue.En Juillet 2017, vous avez déclaré « La première bataille c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des hommes et des femmes dans la rue, dans les bois ou perdus ». Et, vous avez annoncé le lancement d’une politique du « logement d’abord », qui a laissé planer l’espoir d’une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 21 novembre 2018

MA PART DE L'ÊTRE

J’ai un message dans la tête. C’est une lettre d’amour. Leurs destinataires ne me sont pas tous connus mais je les sens vibrer comme des feuilles dans le noir. Ils forment une petite communauté qui parle mille langues. Chacun pourtant se comprend car chacun connaît par cœur la syntaxe commune du silence. C’est elle qui nous unit dans quelques barriques d’ivresse qui roulent au milieu de l’éternité. Je leur envoie chaque soir un peu du parfum de mes vignes. Celui d’un vin d’adolescence qui n’a pas pris une ride. Je vous envoie des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 12 novembre 2018

LA FRANCE NOUS A TRAHI ET LA FRANCE VA NOUS SACRIFIER...

Lettre d'un poilu à sa femme : "La sentence est tombée : je vais être fusillé pour l'exemple, demain, avec six de mes camarades, pour refus d'obtempérer."   .   Le 30 Mai 1917   . Léonie chérie J'ai confié cette dernière lettre à des mains amies en espérant qu'elle t'arrive un jour afin que tu saches la vérité et parce que je veux aujourd'hui témoigner de l'horreur de cette guerre. Quand nous sommes arrivés ici, la plaine était magnifique. Aujourd'hui, les rives de l'Aisne ressemblent au pays de la mort. La... [Lire la suite]

samedi 20 octobre 2018

JEANNE BASTIDE...Extrait

La vigne comme une écriture sur la colline. Difficile d’y creuser tant la terre est caillouteuse. Son rire est loin dans les racines. Il faut creuser longtemps, descendre profond pour recueillir les soubresauts de son souffle.De cep en cep, de lettre en lettre, je vendange cette vigne creusée dans l’enfance. Les seaux pleins d’un raisin que je ne reconnais pas. Des grains pêle-mêle. Le vin, le sang, la parole proférée, le rire et le vivant, le vivant et la mort.Je creuse encore. Dionysos est là. La joie, la fête, la jouissance, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
jeudi 16 août 2018

ANAÏS NIN, LETTRE A ANTONIN ARTAUD

"Le toi qui fait presque mal tellement il lie..."  18 juin 1933.   . "Nanaqui,   Je voudrais revivre mille fois ce moment sur les quais, et toutes les heures de cette soirée. Je veux sentir encore cette violence et votre douceur, vos menaces, votre despotisme spirituel… toutes les craintes que vous m’inspirez, et les joies si aiguës. Craintes parce que vous attendez tant de moi… l’éternité, l’éternel… Dieu… ces mots… Toutes ces questions que vous m’avez posées. Je répondrai doucement à vos questions. Si j’ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 8 février 2018

LETTRE DE ROBIN RENUCCI A MADAME LA MINISTRE DE LA CULTURE

Madame la ministre de la Culture,   .Vous avez convié certain.e.s d’entre nous à la fin de l’automne à un dîner pour parler de nos différentes actions auprès des exilé.e.s qui cherchent actuellement refuge en France.Nous vous avons proposé alors d’organiser une commission dont nous étions prêt.e.s à prendre la charge, afin d’établir un dialogue avec le ministère de l’Intérieur. Nous avons insisté sur la nécessité et l’urgence d’ouvrir ce dialogue entre les artistes, les acteur.trice.s culturel.le.s et le ministère de... [Lire la suite]
lundi 5 février 2018

LETTRE AU GENERAL FRANCO ...Extraits

Fernando Arrabal voit le jour le 11 août 1932 à Melilla. Il est le fils du peintre Fernando Arrabal Ruiz et de Carmen Terán González. Son père, fidèle à la République, fut condamné à mort pour rébellion suite à la tentative de coup d’Etat militaire, le 17 juillet 1936, à l’origine de la guerre civile espagnole. En 1955, il quitte l’Espagne pour Paris. Alors qu’il se rend en Espagne en 1967, il est arrêté et emprisonné pour son engagement politique. En 1971, il envoie une Lettre au général Franco, provoquant un scandale. À la mort du... [Lire la suite]