dimanche 20 avril 2014

LETTRE DE GERMAINE TILLION A LA GESTAPO

Cette lettre extraordinaire de Germaine Tillion à la Gestapo n'a pas eu lors de sa parution l'écho qu'elle mérite. Nous la publions en partenariat des DesLettres afin d'attirer l'attention sur le courage, l'habileté, l'ironie et la qualité de style de cette ethnologue et grande résistante française dont les cendres seront transférées au Panthéon.Arrêtée le 13 août 1942, Germaine Tillion est déportée le 21 octobre 1943 à Ravensbrück. Elle perd sa mère, résistante comme elle, déportée en 1944 et gazée en mars 1945. Dès sa libération,... [Lire la suite]

samedi 28 décembre 2013

LETTRE DE HENRY MILLER A ANAÏS NIN

Ne compte plus me trouver sain d'esprit. Finissons-en avec la raison. Ce fut un mariage à Louveciennes, tu ne peux le nier. Je suis reparti avec des morceaux de toi collés sur ma peau ; je marche, je nage dans un océan de sang, de ton sang d'Andalouse, distillé et venimeux. Tout ce que je fais, ce que je dis, ce que je pense tourne autour de ce mariage. Je t'ai vue en maîtresse de maison, une Mauresque au visage épais, une négresse au corps blanc, des yeux sur tout le corps - femme, femme, femme. Je ne vois pas comment je pourrais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 11 novembre 2013

LES LETTRES

Avril 1912, ma femme, mon amour, Un an s'est écoulé depuis ce mauvais jour Où j'ai quitté ma terre. Je suis parti soldat comme on dit maintenant. Je reviendrai te voir, d'abord de temps en temps, Puis pour la vie entière. Je ne pourrai venir sans doute avant l'été. Les voyages sont longs quand on les fait à pied. As-tu sarclé la vigne ? Ne va pas la laisser manger par les chardons. Le voisin prêtera son cheval aux moissons. Écris-moi quelques lignes. Hiver 1913, mon mari, mon amour, Tu ne viens pas souvent, sans doute sont trop... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 2 octobre 2013

MANUEL SOUVIENS T-EN...

"Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t’en: «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.» Par Jean-Claude Lefort, Député honoraire, Fils de Manouche. .   Manuel, tu as déclaré hier, que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 11 juillet 2013

LETTRES A MOI-MÊME...Extrait

Cher Ramon, La moitié du monde veut attaquer l'autre moitié et la guerre qui prend aujourd'hui le nom de guerre froide est la sempiternelle guerre de toujours. L'ennui ce serait qu'on nous agresse et qu'on démantibule la table sur laquelle, noblement accoudés, nous écrivons, lisons et pensons. Dans cette agression des uns contre les autres même notre maison est sans dessus dessous et on la retrouve un jour à des milliers de kilomètres de là où elle était. Les forces du monde ont augmenté et la loi veut que les unes soient toujours... [Lire la suite]
samedi 22 juin 2013

AUTOMNE

C'est un automne d'autrefois Sous les fenêtres d'aujourd'hui   C'est un matin où tu écris   Des lettres qui n'arrivent pas     Le ciel verse sa gibecière   De papiers bleus et d'oiseaux morts     Les feuilles d'or sont des poèmes   Que nous n'aurons jamais su lire     Les yeux sont muets et la pluie pleure   Sur des trains perdus à jamais     .     HELENE CADOU     .       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 9 mai 2013

L'ELOIGNEMENT DU MONDE...Extrait

Aujourd’hui mon amour je suis trop fatigué pour t’écrire. Tu trouveras dans ton cœur une lettre de plusieurs pages, remplie de silence. Lis-la lentement. La lumière de ce jour l’a écrite en mon nom. Il n’y est question que de toi et de ce repos qui me vient chaque fois que je tourne mon visage vers ton visage, là-bas, à plusieurs centaines de kilomètres. Il faudrait accomplir toutes choses et même les plus ordinaires, surtout les plus ordinaires – ouvrir une porte, écrire une lettre, tendre une main – avec le plus grand soin et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 26 avril 2013

LETTRE AU MINISTRE RESIDENT

Monsieur le Docteur Frantz Fanon Médecin des Hôpitaux Psychiatriques Médecin-Chef de service à L’Hôpital Psychiatrique de BLIDA-JOINVILLE     A Monsieur le Ministre Résident Gouverneur Général de l’Algérie ALGER Monsieur Le Ministre, Sur ma demande et par arrêté en date du 22 octobre 1953, Monsieur le Ministre de la Santé Publique et de la Population a bien voulu me mettre à la disposition de Monsieur le Gouverneur Général de l’Algérie pour être affecté à un Hôpital Psychiatrique de l’Algérie. Installé à l’Hôpital... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 11 avril 2013

LETTRE DE PAUL - EPÎTRE AUX CORINTHIENS

Quand je parlerai les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je ne suis qu’un airain qui raisonne ou une cymbale qui retentit. Et quand j'aurai le don des prophéties, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurai même toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien.   L'amour est patient,  Il est plein de bonté. L'amour n'est point envieux L'amour ne se vante point, Il ne s'enfle pas d’orgueil. Il ne fait rien de malhonnête, Il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 27 février 2013

LA LETTRE

Elle vient subrepticement, se pose Neigeuse colombe Sur la table d'écoute Où palpitent d'invisibles murmures Elle voudrait te tenir aux abordsDe la merveilleMais ajuste distanceEntre toi et sa déchirure L'ouvrant Tu portes les mots à tes yeux Jusqu'à en oublier le tard Et les calligraphies des ombres sur le mur Tu lis Au plus creux de tes jours L'éternité Trop courte pour l'étonnement. Là-bas, de l'autre côté des ventsIl fait immensément calme Hors du temps Où les ombres n'assiègent plus Où la mort n'atteint pas Cette... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,