vendredi 10 novembre 2017

AU PRINCE / AL PRINCIPE

Si le soleil revient, si le soir descendsi la nuit a un goût de nuits à venir,si un après-midi pluvieux semble revenird’époques trop aimées et jamais entièrement obtenues,je ne suis plus heureux, ni d’en jouir ni d’en souffrir ;je ne sens plus, devant moi, la vie entière…Pour être poètes, il faut avoir beaucoup de temps ;des heures et des heures de solitude sont la seulefaçon pour que quelque chose se forme, force,abandon, vice, liberté, pour donner un style au chaos.Moi je n’ai plus guère de temps : à cause de la mortqui approche, au... [Lire la suite]

vendredi 3 novembre 2017

CONGO

Fleuve essentiel me voici debout entre deux âges tu épouses toujours cette terre ensemble avec la foudre ton nom n’a pas vieilli tu me connus espiègle à la pêche debout sur ton dos tes allées de roseaux escortant ma pirogue dans le parc de tes eaux les écoliers de Poto-Poto* ont grandi à te voir au bout de leur maison nous aimions vivre de ton corps tes cils s’étendaient à l’infini au-delà de l’île-rônier maintenant que ton nom se confond avec la liberté fleuve essentiel trop tôt parti à l’Océan tu deviens l’écriture de notre soleil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 30 octobre 2017

MA VIE GRAPILLE DE CI DE LA

Au bout de l’heure tragique, j’ai perdu le contrôle de ma vitesse intérieure. Je me suis abandonné à l’hégémonie du souffle et il m’a percuté de sa lame tranchante.  La différence n’est pas toujours là où on le croit. Etonnant ce corps qui vieilli et dont on conserve la sensation d’avoir toujours vingt ans. Sans doute, pour tous ceux qui ont connu l’handicap dès la première heure, la notion de différence n’égale pas celle de la comparaison. Le déchirement de nos pensées et de l’estime que l’on se porte peut nous être fatal.... [Lire la suite]
dimanche 29 octobre 2017

LA DEMANDE

 Il est des heures où je demande :   Pourquoi la fragilité des choses la frilosité des êtres   Pourquoi éclore un corps jusque au bout d’un baiser     Pourquoi la transparence l’obscurité de certains langages       La demande a besoin de liberté Non pas d’oser, mais d’une liberté née du profond silence     Comme au bord d’un lac : un lieu où dire n’existe plus que dans le frémissement d’un reflet sur l’eau de nuit Seule la demande l’entend     ... [Lire la suite]
samedi 30 septembre 2017

HACIA UN SABER SOBRE EL ALMA...Extrait

 Ecrire, c’est défendre la solitude dans laquelle on se trouve ; c’est une action qui ne surgit que d’un isolement effectif, mais d’un isolement communicable, dans la mesure où, précisément, à cause de l’éloignement de toutes les choses concrètes le dévoilement de leurs relations est rendu possible.             Mais c’est une solitude qui nécessite d’être défendue, ce qui veut dire qu’elle nécessite une justification. L’écrivain défend sa solitude en montrant ce qu’il... [Lire la suite]
dimanche 10 septembre 2017

PUISQUE BEAUTE IL Y A...Extrait

...   Dans la voix du poète, comme une peur de mourir de sécheresse. Et puis ce regard qui cherche à déserter ce qui l'envahit.                                La page encore trop habitée. Et lorsque la rage est d'être seulement une tendance qui fait fureur, ayant perdu son art de faire remuer et nous salir les lèvres.   Et lorsque les gestes d'offrir et d'accueillir sont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 5 septembre 2017

LES MOTS EN TROP

 Par perfidie, j'ai décidé en ce jour, mardi 24 juin, d'assassiner quelques mots. L'Amitié est condamnée au bûcher, pour hérésie; la potence convient à l'Amour, pour illisibilité; et la vile garrotte ne serait pas mal pour l'apostasie de la Solidarité; la guillotine, comme l'éclair, doit frapper la Fraternité; la Liberté mourra lentement et avec douleur, la torture est son destin; L'Egalité mérite la pendaison pour s'être prostituée dans les pires bordels: l'Espoir est déjà mort: la Foi subira la chambre à gaz; le... [Lire la suite]
lundi 7 août 2017

OXYGENE

Écoute où que tu sois le chant de ceux qui vivent de l’air dont se nourrit l’espritOn dit qu’un vent de liberté souffle après bien des lustres à l’aune d’un continentSur une terre damnée léguée de despote à despote aux crimes culminantsAujourd’hui c’est sur la paume saignante des peuples qu’on l’a apprisIl n’en faut pas beaucoup parfois pour que se répande la marée, juste une goutteUn grain de sable dans l’engrenage de monstres manœuvrés par l’autre monde qu’on dit libreUne main nue seule dressée devant l’acier froid des chars qui... [Lire la suite]
dimanche 16 juillet 2017

GAZA

Posté par emmila à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 8 juillet 2017

DES VILLAGES VERS LA MER...

La mer    les vagues la monodie des ventsles nuages qui filent sur l'azur et solfient les accords azuréensdu chant des îles et des pêcheurs Frissons    L'oiseau convoleAu royaume de la LyreCetera  cistre et gaita  irisent l'horizoninterrogent le ciel à la source des étoiles L'embrun vole    l'embrun neigequelle harpe  alors  larme de joieentonne depuis le ponantla mélodie  des contrées que l'océan souligne Bretagne  Biscaye  AsturiesGalicie   Île de Corse et de... [Lire la suite]