vendredi 4 janvier 2013

LE SOU D'UNE TONNE

Ne posséder rien qu'une bagnole, un tapis de sol, une verrière, 2 pulls.. C'est déjà un petit bout de prison, un clou, une cage, un reste a faire.. Si je devais être prisonnier, je ne voudrais autre geôlier que toi.. Tu serais mes 4 murs, et je les embrasserais tous les jours, toutes les nuits. Je n'aurais pas un sou, je me nourrirais de toi, de ton rire, de ton regard, de tes passages, de tes envies.. Je rêve de longues routes balayées par un vent tiède. Je pense a ces indiens qui ne tuaient qu'un bison, le dépeçait et usaient... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 21 novembre 2012

PALESTINE....

« O chanteur de Palestine dans toutes les atmosphères : celle de la révolution, de la défaite, de vagabondage, de résistance, et deretour, ton pays t’attend. Le rossignol qui te le dit a toujours raison. Il est la voix de l’Histoire au moment de la vérité. Et la vérité que nous cherchions dans les dossiers du droit international crie de toute pierre palestinienne. Vu notre fort amour, nous sommes devenus capables de comprendre le langage de la pierre. Et, notre sang qui remplit le visage du monde se métamorphosera en miroirs pour les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 16 novembre 2012

DE PASSAGES ET D'ENVOLS

Les oiseaux habitent en nous avec nos morts À tire d’aile ils défrichent le silence Voix coutumières d’obscurs chemins de plantes creusés loin entre passé et présent Les oiseaux tendent au ciel les draps qu’ils ont lavés dans la rumeur des torrents Ils les laissent sécher au soleil avant de les rendre à la nuit et aux arbres Ils font nos lits de lin frais comme la neige Dès l’aube ils s’interpellent d’un chevet à un autre Plongent de fenêtre en fenêtre trépignent, trillent et tambourinent aux vitres Le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 6 octobre 2012

DANS LA PEAU DU MONDE

  Pour Cristina     Dans l'arbre qui se désenglue de nuit chaque feuille est douce paupière prête à l'amour du jour pâle comme une fiancée...         La boule grise se dénoue lance un bec une patte essaie une gamme de griffes... Une aile jusqu'ici secrète s'étire lentement comme une fille de Degas à sa toilette...         Il est temps de reprendre ciel d'oser le cri de posséder l'espace.      .   ARMAND MONJO   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 3 octobre 2012

TOUS LES DECHIREMENTS, MIGRATION - OEUVRE POETIQUE I

Soudain, la viela rose de liberté, quand elle s'ouvrene se referme plusrose persistantenée de trois élémentsau même instant que le malsans lequel elle serait invisiblesans parfum, trompeusetelle une fleur artificielleAvec elleprends ton temps, l'étrangercar dorénavant elle te seraunique trésorunique héritagedepuis que Fès est sortie de la merpour t'y jeteravec un pétale de reconnaissanceet la parole secrètequi demeurera secrètejusqu'à l'autre départle véridiquequand ta voix s'effilochera peu à peuau levant de l'oubliquand ton odeur... [Lire la suite]
dimanche 9 septembre 2012

OEUVRES POETIQUES COMPLETES...Extrait

Tu as sali la mer par tendresse, Etranger, mais tu ne savais pas qu’elle est espace vide, qu’elle est tout ce qui reste du chemin nécessaire à la respiration des bibles, au pacte entre nous et nous, à la mort fertile et qui devient jardin de sommeil et d’eau pour délivrer les races, nécessaire au sens de chaque pierre dont je suis la neige royale, pour que la terre apprenne à vivre avec son double, ne plus connaître absence. Etranger, le sable est langage du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 25 août 2012

MAL A L'HOMME...Extrait

Il avait rêvé la liberté durant une inépuisablesolitude qui lui fit détester tout ce qui était vert.Il avait rêvé la liberté assez longtemps pour qu'ellefût parée comme une reine et entourée d'une courlumineuse et sereine. Mais retournant dans saville, il ne reconnut même plus l'odeur de sesrues et il perdit son rêve et son sourire enconstatant que souffrance ni colère ni mort ne sontlevain suffisant pour les hommes. . GUY LEVIS MANO . Oeuvre Jaya Suberg  
Posté par emmila à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 19 août 2012

HOMME EXCLU DE LA VIE ET DE LA MORT

[…] J'ai donc parlé de la neige de la terre et des hommes et j'ai recommencé parce que les barbelés hachaient toujours mon horizon et j'ai parlé des barbelés et de la mort et des canaux et des routes parce que je construisais à longueur de vie prisonnière des routes qui n'é- taient pas pour mes pas et des canaux aussi qui n'étaient pas pour ma contemplation ni pour mon dé- part Et j'ai parlé des routes libres et des fleuves parce que l'eau des fleuves s'en va toujours s'en va toujours à la mer et que dans la mer il y a des navires et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 7 août 2012

J'AI

Quand je me vois et je me pince moi, Jean Sans Rien encore hier et aujourd’hui Jean Avec Tout, aujourd’hui avec tout, je regarde en arrière, je contemple, je me vois, je me pince et je me demande : mais comment est-ce possible ?  J’ai, voyons un peu, j’ai le plaisir d’aller et venir partout dans mon pays, maître de tout ce qu’il y a, libre de bien regarder de près ce qu’avant jamais je n’ai eu et ne pouvais avoir. Je peux dire zafra, Je peux dire montagne, Je peux dire ville, dire armée, désormais miennes, à jamais, et tiennes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 7 août 2012

CHANT GENERAL ...Extrait

Notre terre, vaste terre, solitudes,se peupla de rumeurs, de bras, de bouches.Une syllabe muette qui brûlaity rassemblait la rose clandestine,jusqu'au jour où les prairies trépidèrent,couvertes de métaux et de galops.La vérité fut dure comme une charrue.Elle rompit la terre, établit le désir,enfouit ses propagandes germinaleset naquit durant le printemps secret.Sa fleur fut silencieuse ;repoussée sa gerbe de lumière,combattus le levain collectif,le baiser des drapeaux cachés,mais elle surgit, lézardant les murs,écartant les geôles du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,