jeudi 26 avril 2012

SEUL AVEC TOUS...Extrait

« On ne devient pas libre en passant par le compromis. Il faut décider d’être libre d’abord. » . LAURENT  TERZIEFF .
Posté par emmila à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 avril 2012

LIBERTE...

Vous avez voulu que notre chair devienne chaîne,Et que le chant de l'homme libre s'étouffe dans sa gorge,Et que le front de l'homme libre s'incline jusqu'à la boue.Mais nous voici montagnes hautes et nobles.Nous voici par millions, fils de la nation,Pareils au soleil de midi.Nos fronts demeurent l'autel du vent tournant.L'écho de notre voix porte loin la terreur.Notre main défie les démentes tempêtes.Elle range les soldats en ordre de victoire.Nous serons le feu dans les yeux des ténèbres,Le mal pour jamais déraciné.Et vous, au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 10 avril 2012

HUGO

" Fais de ton oeuvre une des cheminées de l'âme humaine ; que la terre endormie, ouvrant à demi ses yeux lourds, aperçoive à l'horizon ton toit couvert d'un nuage d'astres, et dise : Que fait-il ?  D'où   sort cette fumée inconnue et splendide ? Quelle est cette cheminée d'où il jaillit du ciel ? Et que le vent réponde à la terre :  c'est l'une des forges de la nuit ; c'est là qu'on travaille aux soleils ; c'est là qu'on déferre les hommes, c'est là qu'on rougit à blanc les noirs carcans pour en faire des planètes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 10 avril 2012

LA LIBERTE

 Elle est venue par cette ligne blanche pouvant tout aussi bien signifier l'issue de l'aube que le bougeoir du crépuscule.      Elle passa les grèves machinales, elle passa les cimes éventrées. Prenaient fin la renonciation à visage de lâche, la sainteté du mensonge, l'alcool du bourreau.      Son verbe ne fut pas un aveugle bélier mais la toile où s'inscrivit    mon souffle. D'un pas à ne se mal guider que derrière l'absence, elle est venue, cygne  sur la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 9 avril 2012

NAZIM HIKMET

Mes frères,couplés au bœuf décharné, nos poèmes doivent pouvoir labourer la terre, pénétrer jusqu’au genou dans les marais des rizières,poser toutes les questions,rassembler toutes les lumières.Telles des bornes kilométriques, nos poèmesdoivent distinguer avant tout le mondel’ennemi qui approche,battre le tam-tam dans la jungle.Et jusqu’à ce qu’il ne reste plus sur terreun seul pays captif, un seul prisonnier,ni dans le ciel, un seul nuage atomisé,tout ce qu’ils possèdent,leur intelligence et leur pensée, toute leur vie, pour la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 26 mars 2012

FRÊLE PASSAGER

Les fleurs, les nuages, les reflets de la lune,Les bourgeons engourdis dans les forêts d’avril,Le chant du coucou, l’aile fuyante de l’hirondelle,Me font changer. Les visions légères et passagères du monde,L’impermanence des jours, la danse rapide des êtres,Des papillons indécis, des pèlerins au carrefour des routesBougent dans ma vie. Je bouge pour une étonnante vie ;Je parle, je bouge aussi pour la mort ; Je chante librement, non pour les hommes mais pour les cigales,Pour les herbes, les rochers, les ruisseaux et la lune.Je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 15 mars 2012

ARMAND ROBIN

Étrange berger, Berger curieux,Sur une immense lande debout,D’une main malhabileJ’ai contre le cielLancé mon caillou. Puis j’ai regardé les nuages ;Je suis descendu d’eux ; en eux je traîne encore. Je me suis occupé de la fuite des saisons,Des fuyantes fraîcheurs des sources,J’ai gardé près de moi le corps émouvant, chancelantDes plantes penchantes Je sens directement avec mon âme d’enfantUne fleur, un papillon, un caillou, une étoile libreUn ciel neuf chaque nuit et que nul ne pille.La liberté des étoiles me tourmente. Je n’ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 7 février 2012

IL N'EST DE FRONTIERE QU'ON OUTREPASSE

A défaut de montagnes ou de mers, l'homme a inventé toutes sortes de frontières pour se protéger de l'Autre: grillages, barbelés, murs, barrières électrifiées, etc. Aucune, pourtant, n'a résisté à l'irrépressible volonté - ou nécessité - de passer outre. Nous fréquenons les frontières, non pas comme signes et facteurs de l'impossible. mais comme lieux du passage et de la transformation. Dans la relation. l'influence mutuelle des identités, individuelles et collectives, requiert une autonomie réelle de chacune de ces identités. La... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 janvier 2012

POUR ANGYE GAONA

 Pas une tombe des assassinés pour la liberté qui ne fasse pousser une graine pour la liberté, qui à son tour portera des graines, Que le vent emporte au loin et reséme, et les pluies et les neiges nourrissent. Pas un esprit de son enveloppe corporelle ne peut être délié par les armes des tyrans, Qu'il ne parcoure invisiblement la terre, en murmurant, conseillant, avertissant. Liberté, que d’autres désespèrent de toi - moi, jamais je ne désespère de toi. La maison est close? Le maître est absent ? Tenez-vous prêts néanmoins, ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 13 janvier 2012

LA PRISON EST-ELLE LA MAISON DES POETES ?

 Parfois les grands inquisiteurs bâtissent des rumeurs pour tuer les peuples Parfois l’intérêt supérieur des morales inférieures est de tuer la vérité Parfois les petits accusent leurs chiens de la rage pour pouvoir les tuer Parfois les puissants accusent les poètes pour tuer les consciences Souvent l’oiseau de la conscience est au bout d’un fusil Souvent le chancre de l’ambition enfante des serpents Souvent par crime la morale efface sa culpabilité Souvent détruire est plus facile qu’avouer Il est des pays où cisailler le... [Lire la suite]