vendredi 3 septembre 2010

ACTUELLES - ECRITS POLITIQUES...Extrait

Combat, 8 septembre 1944,Dans le Figaro d’hier, M. d’Ormesson commentait le discours du pape . Ce discours appelait déjà beaucoup d’observations. Mais le commentaire de M. d’Ormesson a du moins le mérite de poser clairement le problème qui se présente aujourd’hui à l’Europe.(…)Nous proposerons seulement à M. d’Ormesson une formule plus raccourcie en disant qu’il s’agit pour nous tous de concilier la justice avec la liberté. Que la vie soit libre pour chacun et juste pour tous, c’est le but que nous avons à poursuivre. Entre des pays... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 9 août 2010

LA FAIM DE DIGNITE

« L’Algérie n’a jamais existé, dit-on. Mais, elle commence à exister. C’est là le fondement du problème. Un refus irréversible s’est produit quand l’espoir et la mystification ont cessé de voiler la réalité. Une volonté, lentement formée, s’est déclarée : celle d’être des citoyens à part entière d’une nation qui entend reconquérir avec sa liberté tous ses mythes de son passé (ce que vous nommez images passionnelles) et de renouer avec son destin. C’est peut être un destin de misère économique mais comprendrez-vous que la faim de... [Lire la suite]
mercredi 23 juin 2010

FRAGMENTS POSTHUMES...Extrait

Si j'aime la mer et tout ce qui ressemble à la mer et le plus encore quand fougueuse elle me contredit : Si je porte en moi cette joie du chercheur, cette joie qui pousse la voile vers l'inconnu, s'il y a dans ma joie une joie de navigateur : Si jamais mon allégresse s'écria : "Les côtes ont disparu — maintenant ma dernière chaîne est tombée — l'immensité sans bornes bouillonne autour de moi, bien loin de moi scintillent le temps et l'espace, allons ! en route ! Vieux cœur !" — O comment ne serais-je pas ardent de l'éternité,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 12 juin 2010

VIVA...VIVA MANDELA

Nous étions là de concert avec l’Afrique attendant le souffle court le moment où Mandela pousserait la porte  Tous enfants de l’Afrique tous mobilisés témoins nous dansions nous priions  tous enfants de Toussaint de Bréda Toussaint qui comme Mandela avait brisé les barrières tous enfants de Malcolm X et Martin Luther Malcolm et Martin ont rêvé de cette libération  Aie ! Ce jour-là ce matin-là l’étonnement des exploiteurs les blancs en retrait ont regardé contemplé admiré ce nègre de calibre déclarer : trop longue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 4 juin 2010

UN METRE CARRE DE PRISON

C’est la porte, et derrière, l’éden du cœur. Nos choses, tout ce qui nous appartient, s’estompent. Porte est la porte, porte de la métaphore, porte du conte. Porte qui épure septembre. Porte qui ramène les champs à la genèse des blés. Nulle porte à la porte, mais je peux accéder à mon dehors, amoureux de ce que je vois et ne vois pas. Tant de grâce et de beauté sur terre, et la porte serait sans porte ? Ma cellule n’éclaire que mon dedans. Que la paix soit sur moi, et paix sur le mur de la voix. En louange à ma liberté, j’ai composé... [Lire la suite]
vendredi 21 mai 2010

NUIT D'EXIL

Ainsi je fus, dans cette nuit d’exil,prison et prisonnier et lueur à la fissure,indéchiffrable signe en moi-même gravé,exilé dans mon corps, dans ce fuseau de pierre,oisif et prisonnier de lianes et de nerfs,aveugle, traversant une secrète nuitde bêtes enlacées, d’insectes et de dards,où s’effrite la pierre, où s’usent le regardet la bouche et le cœur à des limes funèbres,m’alourdissant de tous mes songes, terrassépar des meutes sorties de l’eau, dont les aboiscernaient, traquaient les gestes et les voix.Je poursuivais un souvenir de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 13 mai 2010

OCTAVIO PAZ

Là où s’effacent les chemins, où s’achève le silence, j’invente le désespoir, l’esprit qui me conçoit, la main qui me dessine, l’œil qui me découvre. J’invente l’ami qui m’invente, mon semblable ; et la femme, mon contraire, tour que je couronne d’oriflammes, muraille que mon écume assaille, ville dévastée qui renaît lentement sous la domination des yeux.                                     Contre le silence et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 17 avril 2010

ARCHITECTURE NUIT....Extrait

Nuit autour des nuits dans la nuit de mon âme, c'est vers toi que je descends comme on entre nu, par une plage en pente, dans l'océan où perdre pied, nager, puis se laisser porter, pour enfin consentir, ayant coulé, à partager les fonds, et plus tard cette absence de fond commune à l'amour   Aussi laisse-moi, tandis que j'abandonne ceintures et courroies, qui rassuraient et nouaient mon esprit, que je réduis mes gestes à l'exigence neuve de souveraines libertés, et que je ralentis ma pensée au rythme d'une vitesse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 25 mars 2010

QUAND L'OBEISSANCE EST DEVENUE IMPOSSIBLE...Extrait

(...)Le mensonge. Cette époque y aura excellé, entraînant avec elle     la confusion, la toute puissance des idéologies,     leur faillite apparente     (car tout finit par se savoir)     et leur cynisme triomphant. Les dégâts sont énormes qui font le lit de la violence     de classe autant qu’individuelle     et de toutes les violences d’état. Et on tire maintenant sur tout ce qui bouge     autrement. Et tous ceux pour qui vivre n’est pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 21 mars 2010

NOTRE BESOIN DE CONSOLATION EST IMPOSSIBLE A RASSASIER...Extrait

  Je ne possède pas de philosophie dans laquelle je puisse me mouvoir comme le poisson dans l’eau ou l’oiseau dans le ciel. Tout ce que je possède est un duel, et ce duel se livre à chaque minute de ma vie entre les fausses consolations, qui ne font qu’accroître mon impuissance et rendre plus profond mon désespoir, et les vraies, qui me mènent vers une libération temporaire. Je devrais peut-être dire : la vraie car, à la vérité, il n’existe pour moi qu’une seule consolation qui soit réelle, celle qui me dit que je suis un homme... [Lire la suite]