dimanche 2 septembre 2018

LE HUITIEME JOUR DE LA SEMAINE...Extrait

À l'enfant qui me deman­derait ce que c'est que la beauté - et ce ne pourrait être qu'un enfant, car cet âge seul a le désir de l'éclair et l'inquiétude de l'essentiel - je répon­drais ceci : est beau tout ce qui s'éloigne de nous, après nous avoir frôlés. Est beau le déséquilibre profond - le manque d'aplomb et de voix - que cause en nous ce léger heurt d'une aile blanche. La beauté est l'ensemble de ces choses qui nous traversent et nous ignorent, aggravant soudain la légè­reté de vivre. Je lui montrerais le ciel où les anges,... [Lire la suite]

dimanche 13 mai 2018

LA FRAÎCHE EVIDENCE...Extrait

Tu dis « n'écris jamais une phrase dans sa fatigue, sache te taire quand cela commence, aime ta maladresse, laisse-la t'accomplir. Les pages de soleil aveuglent, brûlent les lèvres. Endors-toi, confie ta vigilance, les mots connaissent le chemin sous le ciel. Par le trou de ta mort, une langue ouvre les paupières. Écoute la fin de tout, la mesure dérobée. L'espace de nouveau s'unit à la salive. Le livre n'a plus besoin de mots. »   Tu dis « apprends-moi » et je ne peux t'apprendre qu'à franchir, à... [Lire la suite]
lundi 19 février 2018

THIERRY METZ

Fraîcheur qui défie le selRiveraine de nos soifs –Un peu d’eauEt la trace libère une envolée de feuilles clairesRécitantesAu poème buissonnier de l’enfant Seul tu franchis la passe de l’ÉpineuseSeulTu reviens par le chemin exposéAux rudesses du bâtisseur.Et à son chant. Sur les margelles de nos puitsTes cailloux éclatentBaie succulenteEt douces à nos mainsTes graines dans les jardins du livre. .  . .   THIERRY METZ   . .   .  
Posté par emmila à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mercredi 4 octobre 2017

EDMOND JABES

" Je crois à la mission de l’écrivain. Il la reçoit du verbe qui porte en lui sa souffrance et son espoir. Il interroge les mots qui l’interrogent, et accompagne les mots qui l’accompagnent. Le chemin qui reste est donc celui des mots, le sable de tous les livres. Le livre n’est pas. La lecture le crée, à travers des mots créés, comme le monde est lecture recommencée du monde par l’homme."   .   EDMOND JABES   . Oeuvre François Knopf
Posté par emmila à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 10 septembre 2017

ZOHRA MRIMI

On m' a appris à souffrir Mais pas à vivre Alors j' ai ouvert un livre Je n' ai retenu qu' une seule phrase Les livres sont faits d' eau De précieux mots On écarte tout ce qui retarde cette traversée Je m' en vais rejoindre l' hiver L' histoire glisse sur ce grand désert vêtu de Blanc Sur terre Gèle la misère   .     ZOHRA MRIMI     .       Oeuvre Jungho Lee
Posté par emmila à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 18 juillet 2017

A PEINE UN SOUFFLE, OEUVRE POETIQUE COMPLETE...Extrait

Un livre va s'écrire sur une feuille de porphyre Pourquoi la colère qui monte adoucit les mots et les chante Pourquoi le sourire sur le visage qui va mourir métamorphose en soleil un dernier râle La vie vécue recommence le destin d'une autre vie Elle ensemence son cresson sur un lit de tessons Un livre est un ramier au plumage de papier Mais dans ce lieu providentiel l'abeille ne reconnaît pas son miel   .     ABDELAZIZ  MANSOURI     .   . Photographie Thami Benkirane ... [Lire la suite]

samedi 6 mai 2017

ON TROUVERA DES LETTRES

On retrouvera des lettres entre les draps, dans une armoire normande au bois vermoulu. Dans la chambre où la poussière a figé le temps, on traversera en quelques pas des années de silence. Contre le mur, calé par des livres de papier jaune, le grand bahut nous craquera sa vérité enfouie. Il faudra de la patience pour ouvrir l’armoire à la serrure grippée. On insistera. La clef en laiton fera des tours perdus à l’angoisse de la découverte. Les battants finiront par céder dans un frémissement. Sur les étagères, des piles de linge... [Lire la suite]
mercredi 15 février 2017

LE LIVRE OUBLIE

Des souris des morts je te sauve ô livre innocent qu’a laissé le fugitif fantôme d’un peuple passager fatigué de ses songes Avec toi tes lettres bouclées ont côtoyé la vérité du pain ont coulé même dans l’haleine lente du cèdre sont devenues passions saveurs de mondes musique dans le registre figé des deuils la théorie des morgues où les morts attendaient leur nom sont devenues silence pour ceux qui apprenaient la cruelle leçon du deuil devant la mère diaphane deviendront procédures d’aurore pour alléger le monde On t’avait oublié... [Lire la suite]
dimanche 18 décembre 2016

ODE AU DICTIONNAIRE...Extrait

Au nom d’Alpha, de Bêta, grands-prêtres du langage,Veaux d’or de la Loi et maîtres des cérémonies,Chefs de la chronologie, pères de l’alphabet,Qui est origine et fin, de tout temps à jamais,En ce livre lourd, épais, plurivolumineux,Sur lequel on se penche sans savoir ce qu’on cherche,Mais que l’on parcourt sans cesse avec jubilation,Je me prélasse, comme je vis, de mot en mot.Après des haltes aux endroits justes, salutaires,Après avoir contourné l’objectif à atteindre,Sondé dans le profond, ou bien gagné les hauteurs,Après des erreurs... [Lire la suite]
lundi 19 septembre 2016

LAMARTINE...Extrait

Le livre de la vie est le livre suprême ; Qu'on ne peut ni fermer, ni rouvrir à son choix. passage attachant ne s'y lit pas deux fois, Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même ; On voudrait revenir à la page où l'on aime, Et la page où l'on meurt est déjà sous vos doigts.   .   ALPHONSE DE LAMARTINE   .
Posté par emmila à 09:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,