samedi 6 novembre 2010

LORAND GASPAR

"A l'eau sombre qui là-bas recueille les griffures d'une aube sur terre à l'eau qui s'en va en riant dissiper la ferveur des images à la goutte de feu dans mon œil quand l'âme vérifie le désert. A ce qui me dit fluide et indivis entre mille voix levées au matin de la voix essaim de gerçures muettes dont saignent encore mes lèvres.LORAND GASPAR . Oeuvre Miquel Barcelo
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 30 octobre 2010

EXTRAITS DE NUITS

Craquement éparsDécousus hérissés du boisDe loin en loin le tracéRouge d’un tir les éclats                 D’une langue oubliée ou qui saitA l’état de tessons, bris deBonds, de rumeurs et de ventsStellaires ou le simpleFroissement de nos silences               Prennent-ils le feu aussi à un momentCes flammes sont-elles comme une danseQui cherche ses racines dans la nuitVécues, senties au long d’un vie    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 16 octobre 2010

CAHIER SEIZE..Extrait

Depuis tant d'années je lave mon regarddans une fenêtre où ciel et merdepuis toujours sont sans s'interrompreoù leurs vies sont un, sont innombrablessont une fois encore dans mon âmeun champ magnétique d'épousaillesune goutte de lumière-oiseau.Depuis tant d'années je lave mon regardà la première couleur si fraîchesur les lèvres humides de nuitd'être la peau et d'être la pierreoù mes doigts rencontrent le secret,ce savoir qu'ils sont et celui qui estdes tonnes infinies de lumière.Du plus pâle au tranchant du plus sombresans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 16 octobre 2010

L'INAUDIBLE BATTEMENT DES CHOSES...Extrait

Peut-être une faille qu'ouvraitDans le flanc rocheux le silencesouffle qui fut là de toujourspoumon clair d'esprit dans la pierrelevant le pain très blanc d'un cridans le corps sombre des basaltes –fenêtre éclose dans nos motsl'esprit indivis parlant à l'espritun troupeau paisible de chèvresbroute l'odeur du vent saléfalaise et mer, corps et visagesplis et creux d'un même rayonnementle mutisme soudain des eauxdépliant d'un coup l'inimaginable (...).LORAND GASPAR.
Posté par emmila à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 18 septembre 2010

L'INAUDIBLE BATTEMENT DANS LES CHOSES...

Non pas en exil.Non pas étranger. Solidaire des hommes et des bêtes Solidaire des eaux, de la boue, de la roche et des champs des forêts et forêts de constellations. Graine de la grande tribu des sables et caillouxde toute cellule vivante, pétales de floraison dans le vent,solidaire de la joie et de la douleur. D’une patrie de pensée infinie de toute connaissance limitéeclairières de notre pensée finie. Solidaire d’une commune ignorance de tous nos forages, explorations, recherchesde notre désir infini de comprendre —de toute lumière... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 18 septembre 2010

SOL ABSOLU...Extrait

« ...Qui n’a pas rencontré une fleur dans le désert, lumière tombée du temps, exclamation dans la continuité du vide, cette nudité impérieuse, tentée par le jardin, celui-là ne saura peut-être jamais tout à fait ce que c’est que surgir comme un visage ébloui dans le non-visage et disparaître »..LORAND GASPAR.
Posté par emmila à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 27 août 2010

IL Y A SI LONGTEMPS...

il y a si longtemps que j'essaiede toucher la nuit les fronces légèresque fait l'eau dans le silence   toucher dans le corps frileux, froisséle souffle de Dieu sur les eauxcette chose qui éclaire mes imageset parfois de si loin les déchire   les yeux de nuit un instant grand ouvertsregardent chaque son ou battement brûler.LORAND GASPAR .
Posté par emmila à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 10 août 2010

POEME INEDIT...Extrait

  Je suis tout juste un peu d’air qui passeair où naviguent mes amis oiseauxair qui pénètre les poumons de la vie, (celui qu’ils rejettent, que respirent les feuilles)un peu d’air qui passe sans heurt sur les rochers, que traversent les sabres, les poings et les ballesj’accueille les rayons du soleilet le noir invisible de la nuitj’entoure la présence de la mortson inconnaissance peut-être – mes longs bavardages avec la merle sable, les cailloux, les herbes et les arbres .. .LORAND GASPAR .. .
Posté par emmila à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 10 août 2010

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

ô impatience du voyage tu cherches une couleur, une brume, un regard où tu liras peut-être ce qui te pousse sur ces chemins, ce visage peut-être un jour qui t’a souri dans une gare a emporté dans la bousculade la fumée ce qu’il savait du labour odorant où tu allais sans but lisible un soir dans la lumière dorée des maisons d’argile et de paille, de vents peut-être et l’eau d’une mare où une femme se penchait pour puiser, drapée de noir, figure de la nuit brodée de rouge et de jaune, les flots boueux de l’Euphrate du fond ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 août 2010

PATMOS...Extrait

Écriture ample, d’un seul trait qui démontre sasourceet son élan –martinets –se dépliant par d’immenses caresses, épousantles pleins,les creux et les failles du corps invisible desvents.Tant de tiges qui s’élancent, se plient etse déplient, secassent sans se rompre, d’un même mouvoiren lui-même enraciné,mouvoir, telle une pensée lisible un instant sansmot etsans tracecoulé dans la pleine jouissance de son être indivistout un ciel d’afflux de sèves, de rumeursd’éclosionô certitude d’être ici sans reste exprimé dans sonfaire !Plongées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,