lundi 10 février 2014

RESSUSCITER LA PAROLE

Un éclair a foudroyé le miroir de mon cœur Chaque lettre est une étoile de la galaxie Allumant pour toujours le feu amoureux Chaque étoile est une lettre que je trace Je renais en réécrivant la vie de la vie Donnant à voir l'image de l'arrière-théâtre L'envers du monde et sa source originelle Je chante l'authentique floraison du verbe Que puis-je moi seul par rapport à qui je suis Mon cœur est tout entier entre vos mains pures Le germe de la vie est au cœur de chacun Qui peut être réveillé par le regard de l'autre Je dirai la... [Lire la suite]

jeudi 6 février 2014

NOUVEAU JOUR

L’époque penche du côté de la mort arbres dont la sève s’est éteinte peuples aux rêves épuisés miroirs mouvants sur la grève moi je penche plutôt du côté de tes hanches du côté de ton ventre je bois l’alcool de tes désirs et le petit jour sur tes seins allume son feu de frissons tes paupières se défroissent lorsque ma bouche les mouille tu bredouilles de bonnes paroles en te serrant contre mon corps palpitant dehors la guerre fait rage les foules se pressent au travail tu es la terre que je préfère avec toi je voyage dans la lumière... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 2 février 2014

VOIS...

Vois il y a ce rayon de lune   il tombe juste sur tes seins   il me faut suivre son trajet                                                            enquête       J'ai toujours su que la    lumière   avait un coeur quelque part   .   MARTINE CROS http://allerauxessentiels.over-blog.com/   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 20 janvier 2014

CLAUDE BRESSON

Il se fait un bruit de lune intrépide enclume.A peine lustrée, dans le chuintement des étoiles,une petite lumière docile s’est ouverte.A quoi bon, dans les reflets des volets apaisés,chercher encore les désirs imaginaires.D’une voisine entrevue, nue.Le temps est venu de l’ivresse et des couleurs.La toile, la peinture, les pinceaux,et les mains aussi.Demain,lorsque la lumière viendra pour la première foisdélivrer les contours et les ombres,le matin des magiciens sera là devant toi.Evident.Tes cils levés comme des herses,empliront ton... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 16 janvier 2014

IL N'Y AURA PAS DE SUITE A CETTE PAROLE...Extrait

Il n’y aura pas de suite à cette parole…Une race nouvelle va naître, qui ne portera que son visage.Sans ascendance, sans adoption. Sans reconnaissance, sans migration.Niant toute aube tout de même que tout crépuscule…Une race verticale jusque dans sa langue,se proclamant partout chez elle.Une race affamée, assoiffée et irascible ; d’une impatience irrépressible revendiquant toutes les justices. Une race non point incendiaire, disant de soi, mais inflammable comme des moines de Bouddhadans le cri d’exil des neiges de Tibet lancé... [Lire la suite]
samedi 28 décembre 2013

NULLE AUTRE LAMPE QUE LA VOIX...Extrait

Amis, soyez chacun l’enfant de votre écoute. Fermez les yeux pour mieux entendre la brise dans le vitrail des branches où passe un homme entre les hommes dans le printemps de Galilée. Là-bas, la lumière marche sur les eaux. Là-bas, la brise dépose son archet. L’oreille n’a pas de paupières, Votre visage prend la forme d’une conque. Blessé par la Beauté même, mes plaies ont su garder le chant indemne, étonné qu’en moi quelque chose puisse parler aux autres de tout ce qui se tait en eux… - Le silence n’est jamais seul – Amis, je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 27 octobre 2013

LE LIVRE DES QUESTIONS...Extrait

A toi, qui crois que j’existe, Comment dire ce que je sais Avec des mots dont la signification Est multiple ; Des mots, comme moi, qui changent, Quand on les regarde, Dont la voix est étrangère ? Comment dire Que je ne suis pas Mais que, dans chaque mot, Je me vois, Je m’entends, Je me comprends, A toi dont la réalité Renouvelée Est celle de la lumière A travers laquelle Le monde prend conscience du monde En te perdant Mais qui réponds à un prénom ? Comment montrer ce que je crée Hors de moi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 13 octobre 2013

JEAN TARDIEU

"Nous voulons nous étourdir à force de lampes et de bruit. Tous nos livres, toutes nos actions ne sont remplis que du fracas des jours. Pourtant ce qui nous gouverne - instincts, imagination, rêves, passions, pouvoir créateur - plonge dans une ombre sans contrôle. Nous implorons, nous espérons la lumière, alors que, par un effet contradictoire, cette obscurité qui nous terrifie nous alimente puissamment.Mais il y a autre chose. Cette nuit si terrible apparaît bénéfique si nous l'embrassons, les yeux ouverts, dans la vérité du regard."... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 9 octobre 2013

LA PAROLE EN ARCHIPEL...Extrait

 « Je pleure quand le soleil se couche parce qu'il se dérobe à ma vue et parce que je ne sais m'accorder avec ses rivaux nocturnes. Bien qu'il soit au bas et maintenant sans fièvre, impossible d'aller contre son déclin, de suspendre son effeuillaison, d'arracher quelque envie encore à sa lueur moribonde. Son départ se fond dans son obscurité comme le limon du lit se délaye dans l'eau du torrent par-delà l'éboulis des berges détruites. Dureté et mollesse au ressort ont alors des effets semblables. Je cesse de recevoir l'hymne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 16 septembre 2013

TENORS-MEMOIRES...Extrait

... "Et je l'interrogerai encore, et nous dialoguerons jusqu'à la transparence des horizons où plongent les piliers de nos prières." "Midi passe, les ombres vont revenir Je professe la refonte des yeux, je donne à voir au regard du monde l'incroyable paix qui est à l'œuvre dans la veille martiale de ma voix. Je bats la pierre du jour pour qu'éclosent à sa pointe d'éclat les germes de possibles demains, moi l'éphémère, l'éternel, un scintillement."   . LEOPOLD CONGO-MBEMBA   .