mardi 10 octobre 2017

MALADIE MENTALE, LE JOUR M

  " Nous avons moins besoin  d'adeptes  actifs  que d'adeptes bouleversés  "  Antonin ARTHAUD   . On décrète à l'envie la journée de la santé mentalede l'être encore viable     qui serait atteint de maladie et de déroutementales à vrai dire   d'exclusion et de réclusion maquillées et    fort heureusement     de nos jours    prises en chargeUn mal aux multiples facettes  aux versants de la douleur contenue un fléau con-génital... [Lire la suite]

samedi 7 octobre 2017

ANTHOLOGIE 3 ( 1977-2017 )

Pour mon amie Evy Aegerter (1959-2005)   . Tu n’as plus à plonger dans le puits Tu es le puits Tu n’as plus à te défier De la pluie Tu es devenue la pluie Ton corps fracassé peut se passer De souffrir Tu peux marcher sur le versant De la montagne Tu peux marcher Je ne sais qui pourra nous dire Pourquoi Je ne sais pas qui pourra nous prévenir Et si nous pourrons refaire le chemin Différemment La page se referme sur tes années d’enfance Les hommes de ta vie s’éloignent Le silence La difficulté d’aimer Tu pousses la porte... [Lire la suite]
mardi 27 juin 2017

INSUBORDINATION DES CHOSES

Ce n'est pas tant ta maladresse ce sont les choses qui se refusent et qui t'agressent le café qui se renverse le savon qui glisse entre tes doigts l'horloge qui te ment le stylo qui fait des taches la fenêtre qui n'accepte pas qu'on l'ouvre ou qu'on la ferme Et dans la brume de ton miroir fêlé le vieil homme au regard triste qui te demande son chemin. .     SERGE WELLENS     . Photographie Amédée Besset
Posté par emmila à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 14 février 2016

LA PETITE PLACE

Ma vie a pris la forme de la petite place L'automne durant lequel ta mort s'organisait méticuleusement Je m'attachais à cette petite place parce que tu aimais L'humble et nostalgique humanité des petites boutiques Où les commis plient et déplient rubans et étoffes Je cherchais à devenir toi parce que tu allais mourir Et là toute ma vie cessa d'être la mienne J'essayais de sourire comme tu souriais Au marchand de journaux au marchand de tabac Et à la femme sans jambes qui vendait des violettes Je demandais à la femme sans jambes de... [Lire la suite]
mercredi 28 octobre 2015

LETTRE A MES CELLULES

Merci ma Vince . . Mes chères cellules, Je vous ai réunies aujourd'hui pour vous dire que nous allons désormais changer de trajectoire. Car jusqu'ici, nous nous sommes laissé aller à suivre un programme désastreux: Il s'agissait de rester fidèle à la mémoire de nos ancêtres et de prendre un petit peu de leurs maladies, un petit peu de leurs faiblesses, un petit peu de leurs émotions, un petit peu de leurs souffrances, un petit peu de leurs limitations. Il eût paru indigne de s'octroyer une vie sans limites et dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 1 septembre 2013

JE SUIS LA

                             A Sylvie   Se peut-il que l'on n'arrive jamais Au seul pays où l'on puisse vivre   Où le pain a la saveur de ton rire   J'ai déjà arpenté cette terre promise   Aujourd'hui j'habite le désespoir   De n'être pas où tu te bats seule    Contre le mal à l'intérieur de toi     Si mes mains ne peuvent être caresses   Qu'au moins mes mots t'atteignent ... [Lire la suite]

lundi 15 juillet 2013

BATAILLE...

Je me bats le jour je me bats la nuit batailles contre la mélancolie cette vieille pieuvre toujours éveillée qui me guette au coin des années au coin des rues et des souvenirs et lance son refrain mourir alors que je veux vivre mille fois que je veux aimer que je veux la joie qu’il est temps enfin d’espérer temps de croire temps de respirer Je porte une flamme dans mon coeur elle brûle c’est mon enfant ma soeur c’est la vie qui sourit qui murmure c’est le temps qui fuit pour que dure le grand incendie toute la vie sans remords sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 27 novembre 2012

QUAND IL NEST PLUS...

 Comme tu reviens à me manquer Frère O Frère qui de ta prison De vingt ans PerpétuelleÉminemment ProvidentielleBrûlais ta vie en te consumant Un cloître aux hallucinations au verdictSans appel de l'être collectifNous y aurons été assassinés Tous les deux Loin de nous les vésaniesMais je te garde là près de moiTel que j'aime à te panserEt l'absence la réclusion Ne sont rien tu le saisQui enfantent toujoursNos songes et attisentLes souvenirs les plus beauxEn se jouant de notre mortAu sourire généreux qui n'est plus A cette joie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 12 novembre 2012

LES MASQUES DECHIRES

Je ne suis plus qu'un peu de chair qui souffre et saigne.Je ne sais plus lutter, j'attends le dernier coup,Le coup de grâce et de pitié que le sort daigneAssener à ceux-là qui vont mourir debout. J'abdique tout. J'ai cru que la cause était belleEt mon être a donné un peu plus que sa part ;La mêlée était rude et mon amour rebelle,Ma force m'a trahie et je l'ai su trop tard. Je suis là, sans orgueil, sans rancœur et sans arme ;Mais l'espoir têtu reste en mon être sans foi,Même si je n'ai plus cette pudeur des larmesQui fait qu'on a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 septembre 2012

L'OUTRE-VIE...Extrait

Il existe pourtant des pommes et des oranges Cézanne tenant d'une seule main toute l'amplitude féconde de la terre la belle vigueur des fruits Je ne connais pas tous les fruits par cœur ni la chaleur bienfaisante des fruits sur un drap blanc   Mais des hôpitaux n'en finissent plus des usines n'en finissent plus des files d'attente dans le gel n'en finissent plus des plages tournées en marécages n'en finissent plus   J'en ai connu qui souffraient à perdre haleine n'en finissent plus de mourir en écoutant la voix... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,