mercredi 18 avril 2012

LES LONGS MOTS SUR LES SECONDES DU SABLE

Il a effacé tous les jours de l’année sur le sable de la plage pour en arriver là il a réduit encore et encore en cendres les cailloux à tuer les longs mots sur les secondes du sable puis a demandé pardon encore et encore comme si le noir d’un très long corridor où le sable de la plage n’a pas sa place dont les portes fermées tiennent serrés le temps la vie la respiration aussi pouvait avancer sans brûler notre anéantissement il a tué encore et encore chaque lettres de longs mots tous ceux nés d’amour sur les secondes du sable puis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 3 octobre 2010

UN APRES-MIDI BLEU MENTHE SOUS UN ERABLE ROUGE

Tu es penchée en avant                        Vers un demain                 Qui est passé         Outil à cinq doigts                    Où repose ton menton         Tes yeux fermés sourient          L'un dans le jaune       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 26 décembre 2009

LA HURLE-DEDANS

C'est une sorte de survivante ses chimères la boudent la nient la ricanentpourtant obligée d'en découdre à petits coups de rienelle quête encore comme d'autres bêchentle vide est-il béant ? où le cœur d'une maison se niche-t-il d'abord ? boite à musique déglinguée lorsque les puissances magiques sont opposéess'étiole l'élan nécessairela fausse acuité aguiche ou hérisse la vérité mal greffée le doute qui plombe l'eau qui dort tisse l'or comme le blafardcertains climats sont le challenge vie même un géant enlève une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 23 décembre 2009

VINGT CINQUIEME NUIT

Les ébauches parallèles sont des émotions qui nous rendent aveugles. L'attrait s'attise et brûle cette sournoise qui sape la faculté de raisonner. En bleu. Sur le territoire des symboles, le métro traverse le paysage intérieur, et n'y changeant rien, jusqu'au Yémen mes yeux pourraient pleurer. En noir. Seule. Ma piste aux étoiles, mon extrêmement précieuse, sur laquelle aucune fortune ne prend appui, les propres fruits d'une caravane ne t'édifient jusqu'à moi. Même pas en bleu. Brûle la myrrhe, douces Chimères, nuit de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 11 décembre 2009

LES ETOILES DE L'ULTRA TENDRE...Extrait

« On ne peut compter sur personne : surtout pas sur ses pairs, ses alliés, sa famille de pensées, et l'indépendance est la seule protection face aux groupes de pression qui finissent toujours par éclater de l'intérieur. » Celui qui murmurait à l'oreille du brouillard la vie est un amour précaire comme un soupir d'ennuiune suite de sentiers en forme de sauts sans parachutela large liste des cicatrices et celle de tous les mots à l'ombre classée certains jours dit-ilnous avons longuement osé vivre le soleil est un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,