mercredi 20 février 2019

AVEC LA MORT, QUARTIER D'ORANGE ENTRE LES DENTS...Extraits

Oui, le temps se desquame nous brûlons nos passeports trompeurs, nos photographies, nous prenons possession du passage. Sommes-nous seulement nos contemporains ?   Rebrousser jusqu’à l’orque et l’algue, s’attendre à passer hors limites, supposer la réversibilité des organismes… Nous nous citons à comparaître, au péril de l’échange.   ...    L'oubli est sourd, l'oubli des voix de disparus qui nous aimaient l'oubli des vents qui délivrèrent les prisonniers d'étroites villes. L'oubli est nu comme du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 15 août 2016

QUI VIENT DE LOIN...Extrait

A la fois libre et géométrique, une arabesque millénaire, rigoureuse fleur très achevée, à peine éclose elle fait dans notre cœur soleil et nuit elle esquisse verticalement notre destin elle jaillit ouverte porteuse d’indéchiffrables prophéties ... Ile ! Un long désir parfois exaucé rapport étroite de terre, eau, ciel à notre chair Pluie sur la mer, passages d’eau fouettant les joues et les collines des rafales comme des étreintes puis le soleil, avec le nom d’Ulysse dans notre bouche et ce chien rencontré qui descend... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 18 septembre 2012

VIOLENTE VIE...EXTRAIT

Des mots ? – Crainte de choquer on ne parle pas de la fatigue qui habite le corps on ne parle pas de la mésentente avec un ami du regard illisible du chat du goût étrange d’une épice On ne parle pas non plus d’un grand amour. On découpe au cutter un cache pour paroles qu’on promène, invisibles, dans la ville pendant qu’on salue, sourit, se félicite du beau temps. . MARIE-CLAIRE BANCQUART . Oeuvre Mario Sanchez Nevado  
Posté par emmila à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 3 août 2011

MILLENAIRE

  Notre vrai textec’est en déchiffrant une patte d’oiseau sur l’ornière.On sent vieillir des riens:la solitude entre miroir et chaise. La peau son histoire secrètelarmes et pain lieu de bêtes lieu d’eauvivant au familier de nous. La bouche imprime sur la paumede ces baisers qui laissentune trace de rouge. La route luit fugace à la fenêtre et dans la glace. Après le millénaire, viendra l’angequi enveloppera notre terredans un pétale aux douceurs de paupière,et donnera cet œil secretà la tendresse du prophète. . . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,