jeudi 8 décembre 2016

UN OEUF A REBOURS

À Alep, les enfants n'ont plus d'yeux. Ce sont les poupées qui ferment leurs paupières. Les oursons meurent les bras en croix. Le pus des ballons crève. La mort des enfants règne dans le pays des cèdres. Les djihadistes se confondent avec les G.I. Joe. On ne compte plus les cadavres dans les ruelles en sang et les maisons en ruine. On compte les balles dans le chargeur. Chaque nouveau mort engraisse un marchand d'armes. Je n'aurais jamais cru les hommes si méchants. Le capital entoure le monde de cruauté. Un voisin que je croyais ami... [Lire la suite]

mardi 6 décembre 2016

ALEP, MA BLANCHE...

Alep, ma blanche, Alep, je ne suis pas ce vagabond, Alep, tu le sais, mais un matin de novembre, le feu soudain m’a brûlé, Alep, et depuis, en guise de maison, je cherche une étoile filante, Alep, en guise de coeur, une plaie ouverte, Alep, en guise de sommeil, l’ombre du cyprès, Alep, lorsque j’ai faim, je brise une amande amère, Alep, si j’ai soif, j’attends que tu pleures et je me cramponne à tes cils, Alep, Je ne suis pas ce vagabond, Alep, tu le sais, mais un matin de novembre, le feu, soudain, m’a brûlé, ma blanche, mon Alep !... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 30 août 2011

ELEGIE POUR UNE MARTYRE

 Elles sont plusieurs milliers chaque année de par le monde à mourir par décret paternel fraternel marital ou religieux    Ils m'ont tuée. Mon corps repose en travers du chemin par où souvent je suis passée, un panier à la main. A coups de pierre, ils m'ont tuée. Je n'avais pas trente ans, mais j'avais l'âme fière et le regard fertile de la femme qui veut. Je n'avais pas leur âge, leur esprit corrodé, leurs mots verrouillés, leurs phrases guillotines. J'avais en moi le chant comme une source, une joie pure, une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 15 novembre 2009

VICTOR JARA - 1932-1973

« On amena Victor et on lui ordonna de mettre les mains sur la table. Dans celles de l'officier, une hache apparut. D'un coup sec il coupa les doigts de la main gauche, puis d'un autre coup, ceux de la main droite. On entendit les doigts tomber sur le sol en bois. Le corps de Victor s'écroula lourdement. On entendit le hurlement collectif de 6 000 détenus. L'officier se précipita sur le corps du chanteur-guitariste en criant : " Chante maintenant pour ta putain de mère ", et il continua à le rouer de coups. Tout d'un coup... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 12 septembre 2009

INDIGNATION, ATTEINTE AU RESPECT DE LA VIE

http://www.milema.canalblog.com " Aujourd'hui, l'Article que Milema-Arte pose dans cet espace n'aura rien d'un Dauphin de Bois Flottés évoqué au fil des doigts imaginatifs de l'artisan, ni de ces fleurs de Montagne qui inondent Août et la clairière d'altitude au cœur de la sécheresse. Il ne s'agit pas non plus de l'un de ces envols vertigineux au-dessus des vagues où l'homme plane, retient son souffle pour mieux contempler et aimer la vie, embrasser d'un regard bleu " le Respect de la vie " . Je relis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 30 juin 2009

NEDA

Neda Soltan avait 27 ans Un message anonyme sur Twitter indique que Neda se trouvait sur l'avenue Karegar en compagnie de son père (en fait, il s'agissait de son professeur de piano, Hamid Panahi ), et de plusieurs de ses camarades, à Téhéran , quand, sortant de voiture, elle aurait été prise pour cible délibérée, mais sans mobile explicite autre que sa présence, par un tir attribué à la milice Bassidji, constituée d'hommes armés en civil et destinée à la répression intérieure. Une vidéo amateur non datée des derniers... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,