vendredi 11 janvier 2019

PARFOIS LA BEAUTE...Extrait

Mère fée Lorsque d'un pas lent tu avances vers moi Les bras ouverts comme un jardin Comme c'est violent de te sourire à cet instant Car avec toi l'idée me vientque tu es peut-être É p h é mère     ..   .   . AZADEE NICHAPOUR   .   . .   .    
Posté par emmila à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 25 juillet 2018

ON M'APPELLE L’ANGE DÉCHU

Le cosmos m’a enfanté J’ai quitté l’éther pour un ventre de femme J’ai quitté l'éden pour capter le chant des hommes     Je suis   La spirale de plumes éventant vos baisers Les ailes abritant vos membres emmêlés Les rémiges blanches éclairant vos alcôves Je vois vos corps frémir à l’appel Sombrer dans cet or dont je ruisselle Vous ployez sous tant de chatoyances Et je taraude vos fibres dérobées Les griffe et les lisse les tords et les caresse   Je suis le Désir qui jamais n’est comblé ... [Lire la suite]
mardi 24 juillet 2018

POEMES POUR RAOUDHA...Extraits

  En présence des illuminations d’Ibn Arabi  et des oiseaux d’Attâr  mon cœur est uni  vêtu des fleurs de l’Andalousie  je dévoile l’histoire du papillon de Raqqa  qui danse sa mort  et Jamila multiplie Raoudha  l’azur éternel de l’enfance  j’écris sans écrire la transe  le maqâm de l’infini cosmique     ...   Comment démêler le désert le linceul et les psalmodies du vent comment redéfinir l’éloge du vide l’absence comment retrouver les... [Lire la suite]
mardi 28 novembre 2017

UN ENFANT

Où attend celle qui t’a mis au monde,Comment sourit celle qui t’a bercée,Qui a enroulé flottante une feuilleAutour de ton bourgeon,Qui t’a jeté dans la douleur et la terreHors de replis de son sein,Qui a eu le droit de te boire avec ses lèvresEt de tenir avec ses yeux ?Pour toi le jardin, des fruits le plus chéri, est suspenduAux arbres de son matin.Ô suavité ! Ô jalousie !Ô écume des ruisseaux blondsAutour du vallon herbeux et du foyer radiculaireVers la lointaine fosse ténébreuse !Ô filet à billes et dadaDans un habitacle de cloches... [Lire la suite]
mercredi 12 avril 2017

RENCONTRE

L'été longe ses haies vives,pique un verger au revers de sa veste.Dans ses cheveux, un pré s'est endormi.Le moineau, tout surpris, y cherche ses petits.Sous l'enclume du ciel jaillissent des rousseurs,arrosant, de leur jus, le dos des chemins.Barbouillés de résine, pris en flagrant délitde chahut fastueux,les pins rattrapent les oiseauxqu'ils avaient lancés trop loin.Le clapotis de leurs aiguillesinvoque la merqui, là-bas,rutile et patauge,enfant doré dans les flaques vermeilles.Toi, je ne te connais pas encore.Mais, déjà, à l'angle... [Lire la suite]
jeudi 27 octobre 2016

LE BALISEUR DES SONGES...Extrait

écrire écrire avec les os calames sur la vierge lumière la peau de l'âme le feu des larmes les paroles cendres extraire extraire à l'infini le miel cosmique le pollen du rêve le cri originel du partage et la psalmodie maternelle implosion du lait-poème lumière incarnée du monde ...   .   AHMED BEN DHIAB   . Oeuvre Janick Lederlé www.janicklederle.fr
dimanche 3 avril 2016

CE SI BEAU VOYAGE DE VIVRE....Extrait

(…) nous sommes deux maintenant dans la chambre blanche avant les hurlements l’allégresse montant dans le silence des veines une force inouïe née de la délivrance entre tes jambes ah comme il nous faut naître parfois d’un arrachement d’une douleur inconnue pour le miracle animal l’avènement de la vie fondamentale mais ce qui reste de nous c’est un baptême sans dieu celui d’un petit corps que je plonge dans l’eau merveilleuse des yeux noirs ceux de la belle immortelle aux premiers mots de la première nuit j’ai caressé l’aurore face... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 9 décembre 2011

RECUEILLEMENTS

à ma mère « Les oiseaux ignorants poursuivent leur chemin et nous, très humblement, le poursuivrons aussi, la neige de l’hiver blanchira nos cheveux et la rafale glacée blessera nos tempes. » (Pablo Neruda, Cahiers de Temuco) . ossature d’Ève pardonnée par la chair ô ma sultane aux épaules larges de rêves d’instables poèmes où pose ma mère acrobate de l’île mère d‘enfance cherchant bougainvillées et roses sans épines pour ses enfants terrassés des bouges tout amant mon père aimant du corps humain demoiselles et jolis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 14 mars 2011

LA MALEMER...Extrait

 "Je descendrai jusque sous la malemer où la nuit jouxte la nuit jusqu'au creuset où la mer forme elle-même son malheur... sous cette amnésique nuit de la mer qui ne se souvient plus de l'étreinte de la terre... toute salive refoulée de silence je regoûterai aux eaux condamnées de ma naissance... maternité mystérieuse de la chair asile ouvert aux portes du premier cri, et la mort plus maternelle encore" . RINA  LASNIER .
Posté par emmila à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,