jeudi 17 janvier 2019

FICTION D'UN DEUIL...Extrait

"Meknès... Mon père portait le nom du plus puissant de tes sultans... Celui qui t’a bâtie palais et mausolées, mosquées et minarets sur les ruines des kasbah, t’a ceinte, dieu jaloux de ses propres miracles ou amant suspicieux jugulant les oracles que tes charmes surfaits et de ses mains fardés lui promettaient ardentes honteuses trahisons, d’une muraille plâtrée courroie de chasteté dont il ne reste plus aujourd’hui que les portes, closes, cent, dérisoires cadenas, plantés là dans la terre massives solitudes où Dieu même a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 16 juin 2015

FICTION D'UN DEUIL...Extrait

Meknès...Chaque fois que, le regard renversé vers ce qui n’a plus lieu que dans le culte, hanté, d’une chair abyssale où sommeillent vampires accrochés à la pierre, fange, ou archanges d’un âge inoublié, les cadavres qui là-ci-gisent inconsolés des années encavées agrippées à mes plaies, à l’envers de ma peau, suspendues à mes os, pendues court à mes maux et dont humides, avides, et comme froides morsures les lèvres ouvertes vulves à travers les barreaux ventousent amer mon sang, avatar, syzygie à contrecours du temps où s’abreuvent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 4 octobre 2013

FICTION D'UN DEUIL...Extrait

  A mon père   Il était une fois un pays d’eaux vives et d’oliviers où les hommes s’abreuvaient aux miracles des pierres, se nourrissaient des prodiges des terres étendues à leurs pieds et à perte de vue jardin pourpre et de jade. Et ces hommes n’y avaient de plus grande fierté que ces arbres dont, de l’automne à l’été, ils savouraient les lentes métamorphoses dans le dépli des temps, quatre, déroulés cercle parfait, rivière perlée à l’ambre du levant et au minuit des lunes, au frimas des hivers grêlés cristaux de verre,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 26 septembre 2012

VOLUBILIS A LA TOMBEE DU JOUR

Depuis le tumulus le regard embrasse la plaine champs cultivés où s'élèvent les chants anciens   A cette heure du jour où le soleil se voile Entre les colonnes monte la rumeur de la ville de négoce et d'artisans   Chaque pas heurte les pierres foulées de mille pas au pas de mille seuils Maisons ouvrières travaillées de mille mains Maisons familières closes sur les chagrins Maisons solaires ouvertes sur les légendes   La ville semble dormir tandis que les âmes errantes guident entre les murs Murmures des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 3 août 2010

MEMORIAL DE MEKNES

Je m’en vais vers mes profondeurs, Dans la noblesse de ma ville Hélée aux heures saintes par les voix muezzines Vers l’ablution et le salut ; Les visages striés de lumière  Égrainent la louange Aux chapelets couleur de miel et d’oasis ; Et j’écoute vibrer dans l’ombre coranique Une abeille géante : la mosquée-cathédrale : «  Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Dis : Allâh est l’Unique, Allâh l’Impénétrable ! Il n’a pas engendré ; engendré il ne fut. Nul, à Lui, n’est égal  ». J’écoute les Craintifs,... [Lire la suite]