lundi 2 décembre 2019

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Comme un vieux navire au mouillage, hésitant à lever l’ancre pendant que ses lumières vibrent sous les eaux, mes pensées prennent le large pour accoster sur mon étoile avec l’exigence qu’elle se nomme de mes éclats antérieurs à mon départ d’Alger. Seule Alger, l’amante, la muse, connaît mes aversions et mes penchants. J’avais pris contrat, la nuit, avec ses puits de silences et avais fait de son jasmin ma clause intime. Ainsi, je combinais ma vie à des surprises délicates qui m’enjolivaient continûment d’éclats immenses et... [Lire la suite]

dimanche 1 décembre 2019

PRISONS ET PARADIS...Extrait

"Dans ce temps lointain où j'apprenais à respecter la cendre, couvrir le feu pour la nuit, réveiller le lendemain matin son ardeur capitonnée de cendres, j'apprenais aussi que la cendre de bois cuit, savoureusement, ce qu'on lui confie. La pomme, la poire, logées dans un nid de cendre chaude, en sortent ridées, boucanées, mais molles sous leur peau comme un ventre de taupe, et si "bonne femme" que se fasse la pomme sur le fourneau de cuisine, elle reste loin de cette confiture enfermée sous sa robe originelle, congestionnée de saveur,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 1 décembre 2019

IN PRAESENTIA IN ABSENTIA

  Ceux qui savent pleurer ne seront plus comme tant d’autres :ménageant à grand peine leur vulnérabilitéaux mots prononcés, ou par l’écriture qu’on déroule,ils laissent opérer toute la résonance en eux. Sans le moindre barrage (protège ou doubles-fenêtres)l’Ailleurs les pénètre et garde possession de leur for,des scrupules les inhibent tant qu’ils ne voient plus outre,paysage intégrant leur native déréliction. Défait sous son blindage de papier à brioche.plus rien de positif ne leur est venu du soleilqui sitôt réapparu s’est... [Lire la suite]
lundi 18 novembre 2019

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Enfance mille-feuillesaux pollens dorésaux rêves extrêmes.On suivait du doigtnos sauvagerieson labourait l'air et l'eauon semait l'infini...Nos chants rythmaientau fond de nos gorgesun tourbillon de guêpes vibrantes. ...   .     AGNES SCHNELL     . Oeuvre Gustave Caillebotte
Posté par emmila à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 14 novembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il était une fois...cet enfant millénaire au berceau de nuit[ blancheet de jour sans le cielil était une foisce regard de soleil foudroyé Un oeil sans paupièrespleuretoute la misère du mondedepuis que le monde est monde Il était une fois...cette femme éternel visage raviné de larmes[ sèches Il était une fois...la nuit du mondeà pas tremblés traînant guenillessous l'envers de la viefatigue et froidfatigue et faimrasant les murs En grands cheveux de pluied'yeux absentésles serres étiques étreignent au ventre un cri[ oublié Et... [Lire la suite]
samedi 9 novembre 2019

PARABOLE DE LA MER

... Je vous écris de la mer qui semble une peau écorchéeJe vous écris d’un squelette de noyéJe vous écris d’un tonneau de salaisonJe vous écris d’un grand voyage au fond des calesJe vous écris d’un exode pourchassé de requinsJe vous écris du galop de l’étalon et de la requête du pur-sangJe vous écris du lustre des luciolesJe vous écris des hautes dunes de la merJe vous écris de l’exclamation de l’homme, de la tempête aux doigts de fouet, de l’embryon qui se dilate, du placenta qui engraisse l’arbreJe vous écris l’offense et la bonne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 9 novembre 2019

ENTRE HIER ET TOUJOURS

Tu seras venue entre hier et toujours. Une trace de tes lèvres au bord de ma tasse gardera le parfum de tes premiers baisers. J'ai entendu demain un souffle de ton voile qui transperçait ma peau dans un dernier frisson.Jamais le présent ne s'assoit à ma table, il s'égare et se meurt dans ma déraison. Il noircit mes feuilles, il charybde mes syllabes en écueil de mots.Tu étais venue un jour de futur. Dans la chambre noire, j'ai perdu la tête au milieu d'un naufrage. Plus rien ne concorde, encore moins le noir qui a besoin d'un jour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 3 novembre 2019

MOHAMED AOURAGH ...HOMMAGE - CRIS DU MAROC...Extraits

Remparts des alizésGoélands messagersMurs blancs immaculésReflètent un soleil illuminéPortes bleues entrebâilléesDonnant sur une mer agitée…Ruelles étroites mouilléesFurtivement traverséesDe femmes drapéesD’un HAÏK* arriméQui laisse entrevoir à l’horizonUn regard immense et fascinantJuste à l’abri d’un muretDeux beaux chats tigrésSomnolent les pattes étiréesLeurs petits sous un carton abrités… Échoppes d’Artisans animéesD’objets de thuya présentésPar des mains d’artistes sculptésDes toiles de maitres exposéesDes tapis aux mille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 2 novembre 2019

ALEXO XENIDIS ...Extrait

Le ciel s’offre un défilé de tout petits soldats pressésDes nuages dodus en sarouels gris soutachés de rose poudreVous osezMe demander où est ma jeunesseJe vous réponds qu’elle est partie chercherDes cigarettes et n’est jamais revenueJe n’ai pas son adresse, mes mains regardezSont si lourdes et nouéesEt mon visage si je souris, vous donneLe dessin de soleils enfantinsAlors vous hochez la tête avec commisérationVous ne voyez pas que je me moqueQue ma jeunesse est cachée sous la capeOù je risComme une évadée dans sa planqueElle se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 2 novembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Une phrase cherche ta voixdans les méandres du silence desmots morcelés se fondent au noirde la présenceSur la margelle grise un vert mousseme parle de forêts sans qu'une lettre ne sache comment s'écrire à devenirchevreuil signe d' envol signe de vievibration d'aile...sous ma langue caché serait-cele mot oiseau le mot chant le mot ventle mot voix le mot sansle mot toi ?...Le mot manque un mot blanctraverse une forêt de visages blancsmes doigts frôlent leur blancheurfroissée d'absencemes yeux caressent ton sourirelisent mot à mot ton... [Lire la suite]