mardi 9 juillet 2019

NOTRE PLANETE

Nous avons l'immense douleur de vous faire part de la mort, ce soir, de notre ami le poète Michel Baglin, à 68 ans. Notre peine est immense.Voici le dernier poème qu'il nous as envoyé et que nous publions dans l'anthologie du Festival Voix vives 2019 , un poème dédié à Jackie, sa femme, vers qui toutes nos pensées se tournent ce soir. - Les éditions Bruno Doucey   .   Tant de mêmes paysages peuplent nos regards ! Depuis plus d’un demi-siècle ensemble nous jouons les balanciers sur la crête des jours traversés,... [Lire la suite]

dimanche 7 juillet 2019

GENEVIEVE CLANCY...Extrait

  ...  Il y a cette coupe de temps où l’avenir se suspend pour laisser voir le Tout. Puis le poids revient sur l’éveil nous rendant à la nostalgie.Est-ce la présence ?Il y a cet appel mélancolique qui monte de la beauté, écho de nos peurs à briser les attaches des rêves qui ont perdu la mémoire du vol.Est-ce la présence ? (…)La présence, passeur traversant les formes pour délivrer les profondeurs qu’elles retiennent… "     . GENEVIEVE CLANCY .    
samedi 27 avril 2019

BALLADE EN NOVEMBRE

  Qu'on me laisse à mes souvenirs,Qu'on me laisse à mes amours mortes,Il est temps de fermer la porte,Il se fait temps d'aller dormirJe n'étais pas toujours bien miseJ'avais les cheveux dans les yeuxMais c'est ainsi qu'il m'avait prise,Je crois bien qu'il m'aimait un peu Il pleutSur le jardin, sur le rivageEt si j'ai de l'eau dans les yeuxC'est qu'il me pleutSur le visage. Le vent du Nord qui s'amoncelleS'amuse seul dans mes cheveuxJe n'étais pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 26 avril 2019

JE VOUDRAIS QUE MON CRÂNE...

  Je voudrais que mon crâne soit comme une chapelle Abandonnée perdue au fond d'un val touffu On entend bourdonner une mouche une abeille Et l'on croît deviner des sourires aux statues   Je voudrais que mon cœur soit comme un feu dans l'âtre Qui rougeoie dans la nuit avec sa bonne odeur Dans les tisons l'on voit un mystérieux théâtre De masques de chevaux de rires et de fleurs   Je voudrais que mon corps soit une goélette Qui danse en s'amusant sur la crête des flots A la proue le beaupré se moque des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 26 avril 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Au bleu des rives tes rêves dérivent entrelacés de nuits blanches.Parfois leurs ailes se ferment, deux petits pieds d'enfants se posentsur le sable brûlant du passé --à petits pas rapacesle silencieux ravage du souvenir.D'autres fois, c'est l'oubli : une déchirure rouge au visage du ciel -- rire claquant de mouettesur la vague.     .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI     .    
mercredi 17 avril 2019

MADAME, AVANT LE JOUR...

  Madame,qui d'hier me regardezcomme un jugement d'ailes on m'a conté vos criset vos prières l'histoire de mes frères assisveillant à vos côtés l'ange noirla beauté des Enfersque leurs yeux n'osaient plusni voir ni boirede peur qu'on les réveille avant le jour, Madame,avant le jour Tant d'années ont passé à lisser l'aube et la lumière sous une barquesans autre poésie que l'oubli de la Seine Tant d'objets ont polijusqu'à l'iris nos coeurs d'enfants sous une imagesans autre... [Lire la suite]

mardi 16 avril 2019

LARMES DE PHARAONS

  En dépit de l'embrasement du coeur de Paris, je pense à tous ces compagnons du Devoir qui vont avoir un travail digne de leur savoir-faire pendant quelques années pour restaurer ce chef-d'oeuvre qui retrouvera une seconde jeunesse, pas virginale mais sûrement aussi belle qu'avant. D'ailleurs le sieur Pinaud vient de faire don de 100 millions à la nation, ses amis vont suivre et ça ne gêne personne qu'il n'y ait jamais de pognon pour sortir les pauvres de la misère, pour soigner ceux qui ne le peuvent... Une cathédrale vaut... [Lire la suite]
samedi 13 avril 2019

MARIN MON COEUR...Extrait

... Nous avons coutume ici d’accueillir des enfants, c’est-à-dire de les mettre au monde comme ailleurs on capture des éléphants sauvages. Ceux qui capturent les éléphants sauvages afin de se les approprier se doivent de développer une argumentation suffisamment forte pour convaincre l’éléphant que sa vie en captivité sera mille fois plus belle que celle qu’il aurait pu vivre à l’état naturel. Cette argumentation prenait chez les Thaï la forme d’un poème forcément long car bourré de mensonges et le poème prenait forcément... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
vendredi 12 avril 2019

LE CENACLE DES SOLITUDES...Extrait

  Je ne sais pas mon âge, aujourd'hui moins que jamais, regarde mon visage, illisible, à présent, mes traits, égarés sous les travers du temps qui ne trouve même plus place dans ma chair évidée, tourne, ne sait plus où se frayer chemin, balbutie maintenant les promesses fourchues d'un destin qui halète dans mon souffle dans mon sein, agonise sur mon corps, cherche à tromper sa fin espère séduire la mort en creusant d'autres lits mais je sens que je flanche, que je vais lui céder tant je suis vieille, vois, tant la course des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 9 avril 2019

LA PAROLE QUI VACILLE...Extrait

Dés la peaula caresse abolit l'inutile aux lèvres nuesjuste aux miennes baillées aux regardspuits secrets des longs chants de la terre aux frissons d'entre pluiessur avides ravines aux herbes que rienne peut foulerd'éternelaux herbes aux roséesfragiles et tendresqui nous unirent au temps d'entre deux notesoù musique fleuritsur nos bonheurstendue aux pasqui de tout me séparentou m'approchent selonl'instinct bleu des étoiles aux silences des paumesensemble reposéesdans la nuit à ce qui aurait pumais fit bien de ne pas à ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,