mardi 17 septembre 2019

LA VIE BUISSONNIERE...Extrait

« Quand je regagne la chambre, j’entends grincer le vieil escalier de l’enfance, celui qui me fit tout comprendre, sans ajouter le moindre mot, la moindre phrase, m’ouvrant d’un seul coup à la vie immense, celle qui naît ici, à partir du point le plus minuscule : une ruelle, un visage, une façade, un oubli, un souvenir, quelques lignes, une phrase, des voix, oui, surtout des voix dont ma vie fut d’écrire un chapitre façonné par le lointain et le proche, l’aventure de l’inconnu. Je ne saurai jamais tout ce que ces voix m’ont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 14 septembre 2019

L'ENRACINEMENT...Extrait

« Le passé détruit ne revient plus jamais. La destruction du passé est peut-être le plus grand crime. Aujourd'hui la conservation du peu qui en reste devrait être une idée fixe. La perte du passé, collective ou individuelle, est la plus grande tragédie humaine et nous avons jeté le nôtre comme un enfant déchire une rose. »     .     SIMONE WEIL     . Oeuvre Salvador Dali
Posté par emmila à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 9 septembre 2019

ALEXO XENIDIS ...Extrait

Où sont-elles les voix qui me hantentLes appels de brume lourde des bateaux bercés contre les quaisRésillés de filets jaunes qui agaçaient le bleu des portes et l’âme du popeOù est le pélican qui arpente le port de son pas de notaire repuLes parfums de bois et de poussières fauves de la terre brûlée de grisLorsque le soleil l’abandonne, cruel amant, horloge rouge,Pour plonger vers le ventre mouvant de la mer offerte.Où est mon paysOù est mon paysLes voix s’éloignentHappées par les engrenages de la mémoireBroyées par les dents... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 septembre 2019

PLANETE TERRE: VIVRE OU MOURIR ? REFLEXIONS A PARTIR DE L'ÎLE DE CORSE

LE VILLAGE PREMIER EST L'ENTITE SUPERIEURE ... Le berceau des origines, nous le voyons ici en Corse avec beaucoup d'acuité, est constitué par le village premier.C'est avec lui que le dialogue intime est le plus fort, avec lui que nous ouvrons notre cœur sans restriction et de la manière qui nous convient.Le village est à la fois un ensemble de maisons, un ensemble de familles, et son pourtour naturel, accolé à la montagne. Cette montagne qui fait partie du village comme un confident tutélaire.Ce périmètre naturel et atavique qui est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 22 août 2019

COCKTAIL POUR UN XXème SIECLE

Entre les juges et les notables,Les privilèges et les paumés,Le non-confort, le confortable,Les injustices, les justiciers.Entre les querelles et les guerres,Les oppresseurs, les opprimés,Les civils et les militaires,S'étend la vie au monde entier... Mais il y a quand même des enfants qui s'aiment,Et qui s'aiment tendrement.Et y'a quand même pendues au cielDes étoiles depuis cent mille ans... Pour ne rien dire, pour ne rien faire,Pour laisser passer les années,Civilisés et gens de terre,Villes désertes, champs goudronnés,Sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 21 août 2019

JOE DASSIN - OLYMPIA 1977

Posté par emmila à 02:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 9 août 2019

FRAGMENTO PRIMERO, ESPACIO...Extracto

"Los dioses no tuvieron más sustancia que la que tengo yo." Yo tengo, como ellos, la sustancia de todo lo vivido y de todo lo por vivir. No soy presente sólo, sino fuga raudal de cabo a fin. Y lo que veo, a un lado y otro, en esta fuga (rosas, restos de alas, sombra y luz) es sólo mío, presentimiento, olvido. ¿Quién sabe más que yo, quién, qué hombre o qué dios puede, ha podido, podrá decirme a mí qué es mi vida y mi muerte, qué no es? Si hay quien lo sabe, yo lo sé más que ése, y si quien lo ignora, más que ése lo ignoro. Lucha entre... [Lire la suite]
vendredi 9 août 2019

CAHIERS DE DOUAI...Extrait

  Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie,Verse l'amour brûlant à la terre ravie,Et, quand on est couché sur la vallée, on sentQue la terre est nubile et déborde de sang ;Que son immense sein, soulevé par une âme,Est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme,Et qu'il renferme, gros de sève et de rayons,Le grand fourmillement de tous les embryons !Et tout croît, et tout monte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 8 août 2019

JEAN DIHARSCE...Extrait

... les enfantsde mon temps(nous eumes de la chance)levaient les yeux au ciel Picasso y traçait des colombesles adultes d'alors avaient tant de mémoirequ'ils savaient se tenirau moins pour l'essentiel se taire pour recueillir l'oiseau     .     JEAN DIHARSCE     .    Oeuvre Pablo Picasso    
Posté par emmila à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 5 août 2019

AUX SOUVENIRS

Aux souvenirs       qui demeurentbattant aux vantaux d'une viecomme ils se rappellent aux jeux des reflets furtifsdes mots de givre  des pensées qui s'entent      au choeur de la nuit L'absence    m'est une ombre que fige l'albâtre des nuées océanes Sombres allants des - dalles tumulairesimmensité Durer    sur la mer   ne laisse aucune empreinteA terrele temps perd en voyage le fil de la légendele chant onirique des... [Lire la suite]