mardi 26 mai 2020

DIEU, LE SILENCE ET MOI...Extrait

Un jour, je trouverai ma voix d'oiseauMa chanson d'âme Un jourInlassable quêteur de la QuestionPage blanche échappée d'un cahier de vieCristal ivre jeté dans l'incalculableSans syllabaire et sans habit de motsJe ferai l'in-voyage du silenceJ'habiterai des sous-bois de terreEt l'intérieur du vent. Un jourChercheur d'ImprobableVoyageur égaré de son soiAu profond des transparencesJ'irai froisser la mémoire et l'oubliChercheur de véritéEncore debout dans mes rêvesAccroupi dans la mortAu bilan de la raisonJe traquerai le faiseur d'âmes. ... [Lire la suite]

mercredi 20 mai 2020

BRUNO ODILE...Extrait

Ô combien il me plairait de ne pas renoncer à la joie en donnant un sens aux jours qui viennent ! Ma solitude est une porte défoncée, un levain sans adjonction, un ébruitement de l’ombre mourante à la lumière. La joie est punie lorsqu’elle reste sur le seuil, redoutant l’accomplissement comme une culbute prévisible. Un croche-pied à l’assiduité des épreuves et des délits. Une dégringolade pitoyable que la crainte et le doute s’empressent de tenir à l’écart. Des lumières naissent sous les dalles du silence. Quelque part, dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 19 mai 2020

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extrait

...   Feindre d'ignorer les lois de la nature Réincarner en songe la forme abolie, Prêter au mirage les vertus d'un miracle Est-ce pour autant faire échec à la mort ? Tout au plus douter qu'elle nous sépare, Que soit un fait le fait de n'être nulle part.   Irréparable cassure. Prenons-en acte. Nous voilà désolés la vie durant, Notre mémoire ouverte comme une blessure, C 'est en elle que nous la verrons encore Mais captive de son image, mais recluse   Dans cette obscurité dévorante Où, pour lier son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 8 mai 2020

JEAN CAMILLE...Extrait

Nous les enfantsOrdinaires des vents contrairesMalgré tout il nous fallut vivreEtre mais contreUn adversaire ou une épauleC’est un métier à temps completQu’aimer et qu’être aiméPuis un jour le couplet s’arrêteOn a beau recompter ses doigtsRemettre à jourLe carnet de bal des caressesC’est à coups de pied dans les fessesQue l’on vous envoya valserLa vie est assez cavalièreLa perspective l’est aussiPassant avancé sur les rivesLe ballot se chargeait d’éclatsLa rivière charriait les shrapnels d’en quatorzeLes mères allaient rond mais ça ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 4 mai 2020

SAIT-ON JAMAIS

  Si tu es, comme il m’arrive de l’espérer encore,capable d’apercevoir le même azur que mes yeuxet de reconnaître les routes où je m’aventuredepuis l’alvéole où parfois je ne peux t’enfermerpar refus de laisser m’anéantir la lassitude,(ou d’abdiquer sans remède la recherche d’un sens),alors peut-être, en échappant aux faits de sciencees-tu là, telle que je peux encore t’espérer. Si tu regardes, tu sais que je ne trahis jamaisla parole que nous nous sommes donnée sans réserveet qu’après toi sans faille je m’efforce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 3 mai 2020

OEUVRES POETIQUES...Extrait

Sous les voûtes d’El Djezaïr, et la saveur des sauces − Le laurier, le cumin, l’ail et la goutte d’ombre Où mijote l’invention. Je t’aime – mais quoi, je parle à vide ! J’ai laissé mon amour aux cigales d’Europe. J’ai tout donné – Révolution ! – pour quoi ? Une dune qui roule Et pas une chimère où reposer ce front !     .     JEAN SENAC     .   Photographie Thami Benkirane https://benkiranet.aminus3.com/    
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 3 mai 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

J'ai besoin de plumes, de coups de vent, de papillons et de lumièreDe trous dans l'atmosphère, où l'on tombe en se tenant le coeurJ'ai besoin du mystère d'un craquement de branches dans les feuillesDe trisses, de nuages en jachèreQue les doigts de l'homme ne labourent pasDes nuages de passageQui traversent les yeuxPour y pleurer de joieJ'ai besoin d'air J'ai besoin d'un éclairDéchirant d'or le cielD'une blessure éphémèreD'où des sequins d'eau pureFeraient des trombes sonnantesDes danses trébuchantesEn brisant sur l'asphalte des... [Lire la suite]
jeudi 30 avril 2020

LE SENS DU MIROIR

Une âme, si elle veut se connaître,c'est dans une âme qu'elle doit se regarder.Platon       .   Pénétré de silencel'espace ouvertd'une mémoire tourmentée. Mes mots y habitentun peu à l'étroitparmi les questions. Ils sont dans l'œil rondde l'oiseau enivré de son chantdans le miroir mouvantdu fleuvedans la fragilitédu présent. Moiteurdes images calcinéesmoiteur d'un temps écheveléde genoux salisd'élans sauvages . Dans l'argileune empreinte figéel'évidence d'une présence.Parfois des bruits de pasqui s'en... [Lire la suite]
mercredi 29 avril 2020

POEME POUR UNE PATATE DOUCE

  Il est très tard chez vouspeut-être tropdes experts pêle-mêledes technocrates et des docteurs fousnous embobinent à la chaînedans cette usine aseptiséequ'est devenue notre sociétéNous n'avons rien vu venirpourtant depuis des annéesnous éprouvions les démangeaisonsdu pire à venir chargé de veninsA vos chaînes citoyens!Les morts-vivants creusent des tombespour les vivants traumatisés par la torpeurles gratte papiers s'en donnent à coeur joietandis que bavent les limacesdont on peut suivre la tracepour peu que l'on y prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 26 avril 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Toutes ces ombres qui marchent sur les murs, emboîtant le pas des lumières furtivesUn théâtre d'avatars échoués, jouant de la vraisemblance plus que de l'appartenanceUne animation saugrenue suspendue à des fils invisiblesOn me dira que les cloisons affichent leur feuilleton du soirQue les pupilles n'ont plus de place pour les étoilesQue les corps ont la rigidité des murs dans l'étreinte glacée des écransQuel diable de metteur en scène avait bien pu imaginer ce spectacle bancalDes lits qui ressemblent plus à des cercueils où seul... [Lire la suite]