lundi 21 janvier 2019

POEMES SAHARIENS...Extrait

Des fleurs!!!il me faut des fleursplein les mains et la têteplein le coeurplein les poumonsdes fleurs à respirerà mettre en poten terreen gerbe La nuit s'ouvrecomme une femmedouceimmense... C'est une veillée d'armes Alors on penseon compteon additionneon se souvienton regretteon s'en veuton s'en fouton comprend...On aime surtouton aime grandcomme le videqui vous guette...sans craintesans maudiresans médiresans rancunesans façons...On aime tranquillementgentiment Alors toidis à toutes et à tousqu'ils sont ce soirà la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 17 janvier 2019

FICTION D'UN DEUIL...Extrait

"Meknès... Mon père portait le nom du plus puissant de tes sultans... Celui qui t’a bâtie palais et mausolées, mosquées et minarets sur les ruines des kasbah, t’a ceinte, dieu jaloux de ses propres miracles ou amant suspicieux jugulant les oracles que tes charmes surfaits et de ses mains fardés lui promettaient ardentes honteuses trahisons, d’une muraille plâtrée courroie de chasteté dont il ne reste plus aujourd’hui que les portes, closes, cent, dérisoires cadenas, plantés là dans la terre massives solitudes où Dieu même a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 15 janvier 2019

LEGITIME DEMENCE

Je suis vos détritus, vos tics, vos manies,les tessons de la soif aux recoins du désastre,vos parfums vétustes où se brise le ciel,ce mur où s'écrasent vos souvenirs d'enfance.Je suis votre mariole, votre guignol, votre mime.Je suis votre bafouille à la trouille de la honte,l'amertume de la rouille sur vos chaînes dorées.Je suis votre fantôme où s'use la lumière,la sève et le silence entre la page et l'arbre.Je suis l'hémorragie des remords sans reproche,une crasse d'ignorance, une ignorance crasse,une carapace d'arrogance délavée par... [Lire la suite]
mercredi 9 janvier 2019

LES PLANCHES COURBES...Extrait

  Et la vie a passé, mais te gardavive mon illusion, de ces mains savantesQui trient parmi les souvenirs, qui en recousent Presque invisiblement les déchirures. Sauf: que faire de ce lambeau d'étoffe rouge ?On le trouve dans sa mémoire quand on déplaceLes années, les images; et, brusques, des larmesMontent, et l'on se tait dans ses mots d'autrefois. Parler, presque chanter, avoir rêvéDe plus même que la musique, puis se taireComme l'enfant qu'envahit le chagrinEt qui se mord la lèvre, et se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 2 janvier 2019

VOEUX...

Puisqu’au final, nous avons chacun nos nuages à portée de main, j’aimerais donc éclater les miens afin de voir tomber sur vous, à la manière d’une pluie furieuse, des torrents infinis de joies, de délices et de douceurs et que la beauté comble, de ses jets sonores et lumineux, l'étendue de votre regard. Dans la beauté, les aléas défavorables s’évaporent comme des bulles de savons pour renaître en bulles pétillantes, annonciatrices de réussites et des succès. Je vous souhaite donc une errance sans répit, sans limite dans la beauté afin... [Lire la suite]
mercredi 2 janvier 2019

PIERRE LEBRETON ...Extrait

Tout ce qui se dépose en nous, années après années sans que l'on s'en aperçoive : des visages qu'on pensait oubliés, des sensations, des idées que l'on était sûr d'avoir fixées durablement, puis qui disparaissent, reviennent, disparaissent à nouveau, signe qu'au-delà de la conscience, vit quelque chose en nous qui nous échappe mais nous transforme, tout ce qui bouge là, avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi presque, parce qu'il devient évident que le temps a passé et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

lundi 31 décembre 2018

IT'S TIME

Il nous faut maintenant nous ajuster au pas des dieuxEt des héros, relever ce monde qui penche tout entierVers l'abîme, faire revivre la dignité, effacerLes larmes et la crasse, avancer, repousser du bout du pied la hargneQui nous colle aux semelles et nous englue, pauvres oiseaux,A nos idées et nos pauvres discoursJ'ai pouvoir d'inviter les morts à nos tables, qu'ils viennent,Vous tendant les bras, vous rassurant, nous avons faitCe que nous avions à faire, nous fendant le cœur et criantEt les morts vous disent qu'ils sont fiers... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 31 décembre 2018

SOLITUDE

Homme égaré dans les siècles,Ne trouveras-tu jamais un contemporain?Et celui-là qui s'avance derrière de hauts cactusIl n'a pas l'âge de ton sang qui dévale de ses montagnes,Il ne connaît pas les rivières où se trempe ton regardEt comment savoir le chiffre de sa tête recéleuse?Ah! tu aurais tant aimé les hommes de ton époqueEt tenir dans tes bras un enfant rieur de ce temps-là!Mais sur ce versant de l'EspaceTous les visages t'échappent comme l'eau et le sableTu ignores ce que connaissent même les insectes, les gouttes d'eau,Ils... [Lire la suite]
dimanche 30 décembre 2018

GEOFFREY ORYEMA...HOMMAGE A UN AMI DISPARU EN 2018

In this land of AnakaThey called us PayiraIn this land of AnakaThey called us Payira*Obiga lead me in this darknessShow me the wayObiga take me to a placeWhere I can see light(Obiga lead me in this darkness)Show me the way(Obiga lead me in this darkness)Show me the wayIn this land of AnakaThey called us PayiraIn this land of AnakaThey called us PayiraObiga lead me in this darknessShow me the wayObiga lead me in this darknessShow me the way(Obiga lead me in this darkness)Show me the way(Obiga take me home, take me home)Obiga lead me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 29 décembre 2018

LA PERSISTANCE ILLOGIQUE DE LA VIE

Cette mystérieuse circonstance qui fait que les choses de notre passé continuent d’exister y compris lorsqu’elles sortent de notre vie, et s’épanouissent,même, en donnant chaque saison de nouveaux fruits, pour une récolte dont nous ne saurons plus rien.       ALESSANDRO BARICCO       Emma et Cé...