mercredi 11 mars 2020

LA TRAPPE DU MONDE

Faute de nom un non attend le nouveau-né innocemment tombé dans la trappe du monde.De sommeil en sommeil, il efface l’horreur,il s’efface en douceur dans d’étranges babils.Et comme la brindille espérant le vieux cèdre,sa sève d'origine où il pourrait renaître,il traverse des jours et des saisons stériles,il traverse des vies et des morts successives– continents expulsés des mémoires du monde,villages explosant de pestes génitales,villages oubliés par leurs propres chemins,où l’on endort la faim avec une berceuse –.La mort lui prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 16 janvier 2020

NADIA TUENI...Extraits

Et mes yeux sont un port d'ou partent les naviresdont on dit qu'ils sont beauxcomme un enfant qui pleuredans la nuit des miroirs. ... La mer se cache dans ses eauxLe vent est un fardeau de prince, mais la lampe et la nuit s'en vont en chuchotant, écoutent la respiration des mémoires. ... O que la vérité est menteuse,car l'infini de l'eau est démenti par le sable.Tout n'est si beau que parce que tout va mourir,dans un instant...   ... Je ne préfère rien aux vérités de l’eau, aux coups de vent chargés des embruns de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

JUIN ET LES MECREANTES ...Extrait II

J'ai retenu la viePour que dure l'instant sous le poids des mémoiresj'ai retenu la nuitplus doucement qu'une main de femmeplus longuement sans oubliercontre des murs vivantssur un étroit chemin utile comme un arbrePour que le don de Mort recouvre les eaux sûresJ’ai retenu la merloin des cathédrales dont elle se glorifieloin de ces araignées qui tissent encore des vagues pour attirer la plageet des rochers tordus où s’en ira la viej'ai retenu la viej'ai retenu la merPour que reste le cri des oiseaux de l'orageceux qui n'ont plus rien... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 18 juillet 2019

HOMMAGE AUX DISPARUS DU CINEMA

  C'est un temps de rien,C'est votre voix, Monsieur Marielle,qui à jamais retentitsur ce chemin d'absence où les heures se perdent.C’est un temps de rien, un temps de tout.C'est votre rire, Monsieur Rochefort, qui s'égare dans des nuits d'océan.C'est la présence indistincte d’un oiseau blesséet le jour qui revient sur la pointe des rêves.C’est un chandail de brumes oublié Hôtel du Nordet Arletty qui traverse le cri d’un amour,c’est une gueule d'atmosphère qui s’éloigne sur la pointe des pieds.C’est le rire des oubliés qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 22 décembre 2018

PRESENCES

Echo rugueuxtrop lointain.Mémoire en terrassesnoyée sous l’opacitéveinée de chuchotisgrandissants. Voyage chaotiquesans attaches roches empiléesen équilibre douteux des pages mortespour sentinelles.Seuls des limonspâteux où l’on s’embourbeseules des bribes confusesnon déchiffréesde longs murmures comme fuméesaffluantnous viennent.Sons érodés un bourdonnement ondulevision d’un espace barbareet nu.Mémoire errantede nœuds et de méandresdétournée,mémoire diapasonprête à vibrer au moindre appel.Mais d'où venu ? Pollens de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 29 août 2018

BABIL DU SONGER...Extrait

Un oiseau passe éclair de plumesDans le courrier du crépusculeVa vole et dis-leur ! Dis leur que tu viens d’un paysFormé dans une poignée de mainsUn pays simple comme bonjourOù les nuits chantentPour conjurer la peur des lendemains Dis-leurQue nous sommes une bouchéeRépartie sur sept îlesComme les sept couleurs de la semaineMais que jamais ne vientLe dimanche de nous-mêmes Dis leur que les maréesOuvrent la serrure de nos mémoiresQue parfois le passé soufflePour attiser nos flammesCar un peuple qui oublieNe connaît plus la couleur... [Lire la suite]

mardi 17 juillet 2018

PATRICK ASPE...Extrait

Suis-je déjà mort... Il est des temps où la raison l'emporte sur les choix du temps...Mille raisons qui font la volonté des humains ...Que demain m'apporte la nuit infinie des mots,Morts joyeuses en éclats de vie,allongé dans les fougères fraîches,contemplations des cieux sous les grands arbres,la tête proche des racines et des pierres,monde oublieux...,l’eau des sources me baigne - aux galets,aux sables,où est-il ce mystère des hommes...Prendre son temps pour s'offrir aux vents...Rires insouciants des enfants...Les baisers... [Lire la suite]
vendredi 13 avril 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Il n’y a plus de feu pour forger nos matins, Plus de lois, de serments où nous serions tenus,Tous les noms sont perdus, les cartes, les indices,Nous sommes sans racines comme des rois déchus. Nous n’avons plus de cap, agir est sans boussole,Nous ruons à tout-va enserrés dans la nasse, Ceux qui croient voir l’issue nous précipitent à perte Ceux qui pensaient mieux faire nous ligotent un peu plus. Notre legs ne sera qu’écriture du ventCar nous brisons les sceaux qui nous réunissaient,Les clés sont inutiles, les... [Lire la suite]
dimanche 19 novembre 2017

CAROLE DAWSON

J'écris sur une peau de brume Pour effleurer l'instant Comme on apprivoise le vent Un soupir Me glisse entre les doigts Et me ravit un peu de moi J'erre sur le chemin Où silence est roi Sans bruit, je me dessine un destin Mais je marcherai toujours avec espoir Jusqu'aux froissements des petits matins Pour déposer des bouquets d'aurores Dans la paume de tes mains Et ainsi entrevoir Ta lumière Cousue de bleu et d'or Avant que ne s'effacent les mémoires De ces jours éphémères   .     © CAROLE  DAWSON   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 30 août 2017

MURIELLE COMPERE-DEMARCY ...Extrait

Et ce ciel a dévoré jusqu’à l’avant- dernière miette de cette nuit aux sangs retournés en-dedans de nos lèvres ourlées de mots abouchés au noir de l’horreur ô silence de cette nuit retournée à l’envers comme la liberté de nos gestes dans ce désastre des fenêtres Ce qu’il restait de soleils lucidité acide un zeste d’humanité & de miel gicle dans ce bleu de déveine violacée de liberté violée rognée en plein ciel Ce qui veillait encore de nuit lueur d’espoir en vie XXIème siècle de boucherie où des tueries... [Lire la suite]