jeudi 8 novembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Pierres poliesPierres de patienceCombien d'effleurementsCombien de lamesDans la brutalité du roc Ont sculpté en silenceL'harmonie d'un seinL'apparence d'un flancDressant sur les rives des ruissellementsDe la Terre sans cesse s'enfantantDes stèles aux yeux voilésOù en un même corps d'autelS'épousent le germe mâle et l'essence femellePierres de naissancePierres de crépusculeLes rivières dansent vers la merComme vous marchez vers le sableAvec la lenteur d'une caresse sur la peauSi je ferme les yeux assez longtempsPour traverser un... [Lire la suite]

mercredi 10 octobre 2018

ALFONSINA ET LA MER / ALFONSINA Y EL MAR

  Sur la sable doux que caresse la merSes traces sont sans retour,Un chemin solitaire de peine et de silenceEst arrivé jusqu’à l´eau,Un chemin solitaire de peine silencieuseEst arrivé jusqu’à l´écume des vagues.Dieu sait quelle angoisse t’accompagna,Quelle longue souffrance ta voix a tué,Pour que, bercée, elle se réfugieDans le chant des coquillages,La chanson que chantent au fond de la merLes coquillages. Tu t´en vas, Alfonsina, avec ta solitude,Quels nouveaux poèmes es-tu allée chercher,Une voix lointaine de vent et de selA... [Lire la suite]
mercredi 10 octobre 2018

LETTRE D'EXIL

Vit encore, vaguement, vaguelettes frangées aux écumes amères,Bouge, gré des marées, filet jaune accroché au rocher, cédant,Qui disparaît, revient, message au dérisoire,Flotte, bercée par les poissons et les oiseaux de mer,Muette se balance entre l'eau et le ciel, terre lointaine, déjà...Et se défaitBribes d'humain qui perd son langage, trouve celui de l'animal,Puis de l'algue et ses lascivités de l'à quoi bon,Guette déjà le lent mouvement des sables s'enroulant qui s'usent,Parle une langue de pierres noires de silex de coquillages... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 6 octobre 2018

LE SURVIVANT...Extraits

Une table tout près, une lampe très loin Qui dans l’air irrité ne peuvent se rejoindre, Et jusqu’à l’horizon une plage déserte. Un homme à la mer lève un bras, crie: « Au secours! Et l’écho lui répond: « Qu’entendez-vous par là? » ... Lorsque le noyé se réveille au fond des mers et que son cœur  Se met à battre comme le feuillage du tremble Il voit approcher de lui un cavalier qui marche l'amble  Et qui respire à l'aise et lui fait signe de ne pas avoir peur.  Il lui frôle le visage d'une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 5 octobre 2018

ZOHRA MRIMI...Extrait

Entre en moi la sauvage quiétude Elle est accoudée à mes tempes, jusqu'à m'envoyer sa douce rêverie L'unique richesse est d'ignorer les ruines, dedans des photos et des écrits Ils se libèrent de la bouche de feu trois fois plus fortLes mots préfèrent les fruits, les fleurs, les papillons et puis la mer, tout coule bleu, ils ont la même veine de coeur; elle relie la terre aux hommesLes mots relient les hommes aux hommesLa nuit, la barque se remplit de mots et chaque main ouvre son poing et saisit un motMais la main de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 30 septembre 2018

LE DESIR ET LA POUSSIERE...Extrait

Les ombres des morts sortent de la poussière et s’envolent dans le vent   je crois en une seule terre en un seul ciel je crois en la résurrection des pierres et l’immortalité des vagues   je crois au murmure des graines dans la terre je crois au silence des lacs de forêt   les nuages descendent quand je les appelle les continents engloutis surgissent de la mer et l’arc-en-ciel se casse en deux les églises se renient les unes les autres avant que le coq ne chante pour la troisième fois les déserts... [Lire la suite]

vendredi 21 septembre 2018

VENTS...Extrait

« Ce serait un jour de grand vent. Oh ! de vent à trousser toutes les robes aux arbres de la terre. Et la mer serait folle à tordre ses vagues comme de la dentelle brassée par des mains de femme. Les graines des fruits cliquetteraient au fond de leurs gousses. Il y aurait des râles d'eau, des plaintes d'arbres, des roulements de pierres. Il y aurait des moiteurs dans l'air, des senteurs de vanille et de sel, du rose de luxure aux joues du ciel. Vous seriez là, assis au milieu de tout cela et vous entendriez tonner la voix du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 16 septembre 2018

FRERES DE MEDITERRANEE

Frères de Méditerranée, nés en Afrique, nés en Europe, que les continentsNe contraignent pas ne contiennent plus(Alors, les pays…) Frères noir bleu, noir d'éclair, bistres, basanés, ocres,Frères des grands rivages et des criques cachées,Frères des générosités, des pirogues des felouques frères des voiliers,Frères des voyages et des voyageurs, frères des langues que nous nous échangeonsGages de paix, Frères droits dans la mort et dans l'amitié Frères de pitié,Frères des khamsins et des meltems, Frères des vents insaisissables et des... [Lire la suite]
vendredi 14 septembre 2018

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Le chant des vagues est l’ivresse raffinée des flots quand ils symphonisent le silence des océans pour le confier en murmure à la chronique du temps qui passe. C’est une œuvre d’inspiration tendre dans laquelle la mélopée se lie indissolublement aux paroles de l'évasion où l’amour tient une part plus large que l’éloignement, la séparation, l’exil, la tristesse et la nostalgie. Une œuvre qui, dans le rideau du soir, livre par déclamation libre et notée les secrets de pérennité.    .   DJAFFAR  BENMESBAH   ... [Lire la suite]
lundi 10 septembre 2018

NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES...Extrait

Que ce soit le chant d´une lampe ou bien la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t´environne — toujours veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n´a sa place que de temps à autre. Savoir à quel moment c´est à toi d’attaquer, voilà le secret de ta solitude : tout comme l’art du vrai commerce c´est : de la hauteur des mots se laisser choir dans la mélodie une et commune.     Nous sommes en avant tout à fait comme cela. De... [Lire la suite]