jeudi 9 septembre 2021

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Le silence ininterrompu de la mer, ses cris d'oiseaux sauvages, ses arabesques d'ailes sur la peau... La peau de la mer est un parchemin bleu silence. Elle est solitude tissée grisée vert -- ce vert innommé des yeux de ma mère. L'amour la solitude / la mort la solitude / la mer la solitude -- La seule étude est tout entière dans ce message musical. Sans elle, nos peaux se touchent peut-être, les corps entrouverts s'entremêlent -- ne se mélangent pas. Sans ailes, il n'est de clé d'aucun ciel . . . . . ... [Lire la suite]

mardi 31 août 2021

SI C'ETAIT TON FILS...

Si c'était ton fils...Si c'était ton filsTu remplirais la mer de naviresEt de n'importe quel drapeau.Tu voudrais que tous ensembleÀ des millionsIls fassent un pont.Pour le faire passer.Attentionné,Tu ne le laisserais jamais seul.Tu ferais de l'ombrePour ne pas que brûlent ses yeux,Le couvrirPour ne pas qu'il se mouille,Des éclaboussures d'eau salée.Si c'était ton fils, tu te jetterais à la mer,Tu tuerais le pêcheur qui ne prête pas le bateau,Crierais pour demander de l'aide,Aux portes des gouvernements qui se fermentPour revendiquer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 28 juillet 2021

JE SAIS LE SEL

Je sais le sel… Je sais le sel de ta peau sèche depuis que l’été s’est fait hiver de la chair au repos dans la sueur nocturne. Je sais le sel du lait que nous avons bu quand de nos bouches les lèvres se resserraient et que notre cœur battait dans notre sexe. Je sais le sel de tes cheveux noirs ou blonds ou gris qui s’enroulent dans ce sommeil aux reflets bleutés. Je sais le sel qui reste dans mes mains comme sur les plages reste le parfum quand la marée descendue se retire. Je sais le sel de ta... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 18 juillet 2021

AXION ESTI SUIVI DE L'ARBRE LUCIDE ET LA QUATORZIEME BEAUTE...Extrait

Les eaux joueusesles traversées ombreusesdisent l’aube avec ses baisersqui commencehorizon -Et la sauvage colombefait vibrer un son dans sa cavernebleu éveil dans le puitsdu joursoleil –Le noroît offre la voileà la mercaresses de chevelurepour ses rêves insouciantsrosée –Vague dans la lumièreà nouveau donne renaissance aux yeuxLà où la vie cingle vers le largeVievu du lointain –     .     ODYSSEAS ELYTIS     .  Oeuvre Emile Nolde
lundi 31 mai 2021

LA MER CONTRE LE NEANT

Une forme visible, aérienne, compacte, contre le quartz que perce, minéral, le regard. Des points incandescents, des lames lentes longues, des profils irisés, d'incandescentes masses. Des voix brèves surgies de leurs blanches racines, dessinent dans les airs une végétation d'ailes. Des volumes précis de vibrantes voyelles fondent lueurs et choses en une exacte transparence. Des jardins édifiés sur l'iris de l'aurore fondent la splendeur dans des sources, des fleuves blonds entre les branches. Vers des oui lumineux, incises... [Lire la suite]
samedi 24 avril 2021

HYMNE PREMIER (fragment)

    Soupçon d’âme dans l’argile Alors il parla et il y eut la mer Et je vis et j’admirai Et dans le sein de la mer il sema des petits mondes à mon image et à ma ressemblance : Chevaux de pierre à la crinière dressée et amphores sereines et dos oblique des dauphins Ios Sikinos Sérifos Milos « A chaque mot son hirondelle pour t’apporter le printemps au cœur de l’été » dit-il et des oliviers en grand nombre afin qu’ils tamisent entre leurs doigts la lumière et que légère sur ton sommeil elle s’étende et aussi des... [Lire la suite]

mercredi 16 décembre 2020

SOUS LE SEIN D'UNE MERE....

En pensée avec ma fille Vincia . . Une rose croît, se multiplie sans fin Sous le sein d'une mère Frêle cocon d'ouate Couleur d'amande amère et de corail Qui sent bon le bonbon Qui sous la langue fond Et vous monte à la bouche Comme par inadvertance Au détour d'un chagrin A cause d'une absence D'un mot tracé sur la buée d'un carreau S'écoulant en longues larmes d'eau . Lorsque la main divine en deux ouvre la mère Il en pleure toujours une fontaine claire A la claire fontaine Il y a longtemps Bien avant la... [Lire la suite]
mardi 15 décembre 2020

SOUVENIRS D'ENFANCE

Un strombe  une  blanche conque  aux ailes d'ange sont du voyage   des vents  t'en souvient-il    L'immémorial coquillage chante  Méditerranée    et le temps  du  rêve que les myriades  de myriades de moutons  brillantent    Et  je me retrouve  enfant de Gammarth  et des Matmata si jeune  explorateur  à souhaits    Quel souffle  à  toujours audible en moi réveille  le parfum des... [Lire la suite]
vendredi 27 novembre 2020

UNE ENFANCE AFRICAINE...Extrait

Juché sur le cordon littoral Nord du Gabon. Le petit village de Pêcheurs béait  aux rivages chauffés à blanc de la Guinée Équatoriale, du vaste Golfe de Guinée. Un rempart de billes de bois et de grumes le protégeait des assauts tonnants de la grande marée. Des billots énormes s'engravaient ainsi sur la dune, au fil de la dérive des forêts primaires exploitées par l'homme en amont. Un  humble hameau, aux entours si précieux si l'on considère le moindre détail légué par les multiples générations qui l'avaient ainsi conçu,... [Lire la suite]
mardi 17 novembre 2020

LE LYS DES CHAMPS ET L'OISEAU DU CIEL

 « Regardez les oiseaux du ciel ;                          contemplez le lys des champs » Ô si seulement j’étais un oiseau, comme le libre oiseau qui, dans son désir de voyager, s’envole loin,loin, par-dessus mer et terre, tout près du ciel, vers des contrées lointaines, lointaines Comme un oiseau qui, plus léger que toute pesanteur terrestre, s’élève dans les airs, plus léger que l’air,  – comme cet oiseau léger qui, lorsqu’il cherche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,