vendredi 13 août 2010

LA-BAS

    Là-bas,     il y avait la houle     et sa liturgie d'écume.      Jamais foulés,     les rivages rêvaient de larmes,     d'échappées belles.      Les branchies tutoyaient les élytres,     le rocher disait la hanche,     énigme salée.       Là-bas, aux confins de la parole,   la bouche pleine des premières étoiles,     nous chevauchions.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 9 août 2010

ECUME

Et l'écume aux rivages graves jouent les harmoniques d'un temps bleu, d'une éclatante blancheur, comme aux premiers matins du monde.CRISTIAN-GEORGES CAMPAGNAC.
Posté par emmila à 08:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 25 juillet 2010

SOLEIL DU REEL...Extrait

Un peu avant l'aube une lune se fit voir au firmamentDu firmament elle descendait et elle eut souci de nous..Semblable au faucon qui enlève un oiseau tandis qu'il chasseCette lune m'enleva et s'en fut courir au firmament..Lorsqu'en moi je fis inspection, je ne me vis plus moi-mêmeParce qu'en cette lune mon corps avait reçu la grâce de devenir semblable à l'âme..Dans l'âme, comme je pérégrinais, je vis seulement la luneAu point que le mystère de l'éternelle théophanie fut entier dévoilé..Les neuf cieux descendaient tous au sein de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 20 juillet 2010

LE MAUVAIS ANGE

Il habite le phare oublié du monde, dans ce champ d'écueils où la mer et la mort confondent leurs routes. A chaque tempête, des  coquillages bleus viennent s'échouer au pied de sa tour. Près du  grand fanal, ont niché des pétrels.  A la nuit tombée, lorsque les cargos empennés de lueurs tâtonnent  à l'Orient, il fait briller la lanterne au rythme des clignements  d'étoiles. Quand les nuées délogent les astres, il éteint le fanal  en signe de deuil. Tout le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 8 juillet 2010

LA MER ET LES PEINTRES

Découvrez la playlist Vicente Amigo Poeta 2 avec Vicente Amigo Merveilleux Album de Vicente AMIGO, Poeta en el Mar. BESSIE HOOVER WESSEL 1889 - 1973 . (...) C'est une ode à la pensée et à l'Art qu'elle enfante, qui habite dès lors l'humanité et en révèle en images et sans le détour de l'âge les sentiments nobles que l'homme éclairé exauce du bout de ses dix doigts. Il parvient merveilleusement à cette expression palpable, malléable et émouvante de la beauté, de la vérité silencieuse autant que profonde, à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 5 juillet 2010

BOIS FLOTTES

Nos yeux s'allument, redeviennent les yeux de notre enfance… Sur le rivage meurent nos mots d'homme : mourir comme on s'endort, le corps échoué comme un bois mort, et l'eau circule, érode et sculpte à son aise sur nos surfaces les harmoniques du temps et ses escarpements, toutes ces traces que l'on porte avec soi, l'encens de l'âge qu'on offre à la lumière du soir et qui s'échappe tout doucement depuis le fond du regard…   Non, ce n'est pas d'hier ces moments où les mots ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 23 juin 2010

FRAGMENTS POSTHUMES...Extrait

Si j'aime la mer et tout ce qui ressemble à la mer et le plus encore quand fougueuse elle me contredit : Si je porte en moi cette joie du chercheur, cette joie qui pousse la voile vers l'inconnu, s'il y a dans ma joie une joie de navigateur : Si jamais mon allégresse s'écria : "Les côtes ont disparu — maintenant ma dernière chaîne est tombée — l'immensité sans bornes bouillonne autour de moi, bien loin de moi scintillent le temps et l'espace, allons ! en route ! Vieux cœur !" — O comment ne serais-je pas ardent de l'éternité,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 29 mai 2010

L'ARBRE LE TEMPS...Extrait

"Un oiseau, lorsqu'il va, sur la mer, Porter mémoire de la terre à la limite de ce jour De lumière et d'amour, un oiseau... Comment dire cela sans défaire l'ouvrage Des yeux, des mains, et de tout le visage, Et sans briser en nous l'oiseau et le langage... Comment dire cela sans rougir, et se taire? Toute œuvre est étrangère, toute parole absente, Et le poème rit et me défie de vivre Ce désir d'un espace où le temps serait nul. Et c'est don du néant, ce pouvoir de nommer Un oiseau, lorsqu'il va,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 27 mai 2010

NAZIM HIKMET

Au dessus de la mer le nuage barioléSur la mer le bateau d'argentAu dedans de la mer le poisson jauneTout au fond de la mer l'algue mauveEt devant un homme nu et deboutSe demandeSerai-je le nuageOu le bateau?Serai-je le poisson?Ou l'algue?Ni l'un, ni l'autreIl faut être la mer mon garçon!Avec son nuage,Avec son bateau,Avec son poisson,Avec son algue..NAZIM  HIKMET . Qui peut me donner le nom de l'Artiste ?
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 27 mai 2010

LA MAISON PRES DE LA MER...Extrait

  Je brûle doucement Herbe des jours d’étéUn cri de silenceDans l’idée d’infini – La rugine du matin dénude les osLe ciel est nu un homme écouteLes bruits de son cœur emportés par la mer – . LORAND GASPAR .                        
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,