dimanche 4 août 2013

COMME SI DORMIR...Extrait

C’est-à-dire que ton rire rit en moi Que ton sourire sourit en moi Que ta voix est ma voix Cette manière d’apothéoseCe mal je m’y pique d’un seul mot cette démarcheÊtre ce sablier cette fissure je m’y glisseC’est-à-dire que tu es ce par quoi du selSur la plaie du désordre de la vitesseSur les éléments épars de ma nature particulièreDe l’affolement    C’est-à-dire que ton rire rit en moiQue tes pleurs pleurent en moiQu’il a plu d’un ciel sans nuageDes lambeaux insoupçonnésQue ton pas ô rythme de mes pas sur cette... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 21 juillet 2013

L'EMIGRE

Ommi Yêma Ya Mima !* Le bateau m’emporte,Loin de tes yeux enflammés.La mer me balance,Loin de tes bras qui tremblent.Ommi Yêma Ya Mima !Ils m’ont fouillé,Jusque dans mes plus petits souvenirs.Ils me poursuivent,Jusque dans mes lunes les plus émiettées.Ommi Yêma Ya Mima !Ils m’ont ligoté dans leurs citadelles de l’oubli.Ommi Yêma Ya Mima !Mes appels qu’ils matraquent,Dans les asiles de leurs rues.Mon âge sans repères,Les cages de mes nuits sans étoiles.Ommi Yêma Ya Mima !Ton sourire bleu qui m’obsède,Qui me précède dans mes cris.Leurs... [Lire la suite]
dimanche 14 juillet 2013

MATHIEU BENEZET

Nourriture de la Nuit Le lait de l’œil est une chose qui commence comme la parole humaine elle douceurt je douceurs dans l’ouverture d’amour des mots cette femme qui crie est ma mère ensevelie déchirure du style le vent s’engouffre dans le vide qui naît va mon cœur puisque le ventre est assassiné   .   MATHIEU BENEZET   .          
Posté par emmila à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 25 février 2013

LARMES DE FEMME

Un petit garçon demanda à sa mère : - Pourquoi pleures-tu ? - Parce que je suis une femme, lui répondit-elle. - Je ne comprends pas, dit-il. Sa mère le prit dans ses bras et lui dit : - Et jamais tu ne comprendras. Plus tard le petit garçon demanda à son père : - Pourquoi maman pleure-t-elle ? Je ne comprends pas ! - Toutes les femmes pleurent sans raison, fut tout ce que son père put lui dire. Devenu adulte, il demanda à Dieu : - Seigneur, pourquoi les femmes pleurent-elles aussi facilement ? Et Dieu répondit : - Quand j'ai fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 20 décembre 2012

PAS ENVIE DE GRANDIR

Pas envie de grandir maman Me laisse pas partir jouer à être grande Quitter mon univers Laisser vieillir mon coeur Mon âme rieuse à l'abandon Pas envie de grandir maman Ranger mes rêves au fond du tiroir Déguiser mes pensées naïves Si démasquée je suis On se moquera de moi Pas envie de grandir maman là-bas il fait si sombre noir Il y à l'adulte vent pire Mangeur d'espoir Assoiffé de mes désirs d'enfants Voler ma réalité Pas envie de grandir maman Apprendre à faire semblant Devenir cet autre pré-fabriqué Aspirer ces âme sensibles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 19 décembre 2012

UN COEUR ARDENT

Mot premier                et chair de mère                lait                baiser du bout des yeux                nid douillet                d’un été effleuré ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 24 novembre 2012

LES CONTES DE MA MERE

Quand ma mère, Dans ses contes, Me parlait d’ogres sanguinaires, D’hideuses ogresses, De jeunes chevaliers Transformés en statues de sel, En muets pour l’éternité, D’araignées carnivores, D’esclaves aux têtes tranchées Pour avoir désobéi, Refusant d’être soumis, De colombes pendues Pour avoir troublé Le sommeil du sultan, Quand ma mère me chantait Les larmes du jasmin-étoile emprisonné, Pour avoir fui la monotonie Des jardins du tyran, Quand de tout ce qu’elle me racontait, Je ne retenais Que bourreaux, barreaux, Morts et frissons, Je... [Lire la suite]
lundi 12 novembre 2012

SOUS LE SIGNE DU CANCER

Ma petite fille qui m’a donné tant d’amour Tu pars, agrippée aux nuagesBien trop lourds, Tu dérives au fil du cancerLes vieux jours : tes adversaires !...Tu pars pour ton ultime voyage,Ma petite fille, ma petite mèreToi qui m’as donné tant de bonheurA présent, tu t’accroches avec rage,Il y a un nid de crabes qui te mangent le cœur !Ils ont sucé ton sang et rongé tes poumons Mais n’ont pas éteint la lumièreSur ton front !Ma petite fille de 40 kilos et 80 hiversTu es toujours jolie même battue par l’orageIl n’y a pas de mots pour dire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 5 août 2012

UN FEU ME HANTE...Extrait

«Qu’est-ce que tu fais ? – Je dessine une maison. – Je ne la vois pas. – Elle est invisible. – Comment tu la vois alors ? – Je ne la vois pas, je l’entends. Il y a une femme-fée dedans et elle chante. C’est sa voix que j’entends. Elle pousse les mots avec sa baguette. Elle fait reluire les plus boueux. Elle répare ceux qui n’ont plus de voyelles. Elle tricote des bas. Elle met des tuques sur les i. »La petite fille écrit en tirant le bout de la langue. On dirait qu’elle pompe l’air pour en faire de l’encre. Je commence à voir des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 4 août 2012

MON ABSENTE.....

Mon absente toi qui fus l'unique dans l'incandescence de l'été Je sais que tu me cherches que tu me parles à travers les décombres de la mémoire inaltérable dans le vent qui chante ta beauté indestructible... . . . BERNARD MAZO . . .    Photographie " recréée " par Ahmed Ben Dhiab
Posté par emmila à 00:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,