dimanche 25 juin 2017

LE DESERT ECLAIRE DU MINOTAURE

Je sais de l’Europe que son nom est grec, il veut dire Grands Yeux. Je sais qu’elle fut enlevée dans une région de l’actuel Israël par le roi des Dieux, Zeus, qui l’emmena en Crète. Je sais qu’elle fut la mère de Minos, constructeur du plus célèbre labyrinthe de l’histoire. Ce parcours à reculons m’aide à savoir que l’Europe d’aujourd’hui est apparentée à un édifice labyrinthique aux nombreuses entrées et sans issue. Avant tout, sans issue : du format Europe on ne revient pas en arrière. Son union monétaire retient ses membres, comme... [Lire la suite]

lundi 12 juin 2017

LE TEXTE NATAL

Ne désespère pas d’enfin trouver la métaphore de ce qui apparaît sans naître et n’ose vraiment apparaître : vie de plume, vie de vent, vie soufflée, vie rêvée, en filigrane ou murmurée et quand la séquence s’efface dans les brumes d’et caetera, fatigué de ces tropes qui le tirent vers le Sensible, retourne vers son lieu, texte flou, texte trouble, son texte d’origine, traduit de ce qui pourrait être une langue ou un idiolecte d’un âge présymbolique, linéaire B d’une enfance qui cherche vainement son sens dans les yeux éteints d’un... [Lire la suite]
mercredi 7 juin 2017

NUAGES ET PIERRES...Extrait

Merci à Marie-Paule et Raymond Farina Rien, sous le ciel, n’est plus proche de la littérature que l’eau. Elle part soudain tout droit ou soudain change de cours. Elle couvre et découvre le ciel ; en un instant, une sombre nuée s’étend à l’infini.... Ténue, c’est un voile de soie ; en tourbillon, c’est l’œil d’un tigre ; en cascade c’et un rayon céleste ; dressée, c’et un mont de jade ; déployée, c’est un dragon ; éparpillée, c’est la brume ; inspirée c’est le vent ; irritée, c’est le tonnerre. Rapide ou lente, nonchalante ou... [Lire la suite]
mardi 30 mai 2017

LES ECRITS DANS L'ARBRE...Extrait

Si j’écris un vers à même le songe de ta peau. Ce sera pour ton dos. C’est beau la cambrure des mots. Si j’écris un vers qui tombe dans le verbe de tes seins ce sera un poème jumeau et serein. Si j’écris au pied de la cathédrale de ton âme ce sera pour le vitrail de tes yeux et pour la patience de la flamme. Si j’écris un vers pour tes collines de lumière ce sera la frondaison du désir et le vin de résines. Si j’écris un vers à l’oreille des sources ce sera la pente et les frissons. Si j’écris un mot sur tes cuisses ce sera de l’eau... [Lire la suite]
dimanche 28 mai 2017

LE CYGNE

Dans toute société, soit des animaux, soit des hommes, la violence fit les tyrans, la douce autorité fait les Rois : le lion et le tigre sur la terre, l’aigle et le vautour dans les airs, ne règnent que par la guerre, ne dominent que par l’abus de la force et par la cruauté ; au lieu que le cygne règne sur les eaux à tous les titres qui fondent un empire de paix, la grandeur, la majesté, la douceur ; avec des puissances, des forces, du courage et la volonté de n’en pas abuser, et de ne les employer que pour la défense : Il sait... [Lire la suite]
vendredi 26 mai 2017

EXPEDITION NOCTURNE AUTOUR DE MA CAVE

  « Et nous aurons aimé le vin des rêves comme jamais, nous aurons vendangé les sourires et les regards, nous aurons parcouru la pénombre des anciennes venelles au pied des vignobles lumineux, nous aurons exploré les niches où dorment les plus improbables flacons de jaune, nous aurons mesuré jour après jour la véraison des grappes et l'allure des nuages, nous aurons habité les faubourgs autour desquels la vigne s'éveille et se range et verdoie sur les coteaux, nous aurons bu l'amour de climats en climats, de parcelle en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 30 avril 2017

UNE COLOMBE EN CAGE

Élevée derrière des pierres et des murs très imposantsMes pas comptabilisés sous des regards menaçantsDes montagnes en dentelle à me donner des frissonsEt des portes verrouillées , étaient mes seuls horizonsMon royaume de songes et de rêve pointé des doigtsTout était là pour me priver de mes propres droitsJ'ai alors chanté, dansé , feintant une immense joiePour que mes geôliers aient enfin confiance en moiJ'ai tissé des ailes de soie avec résilience et passionJ'ai cassé les boulets que je traîne depuis longtempsJ'ai chanté ma... [Lire la suite]
dimanche 16 avril 2017

VLADIMIR MAÏAKOVSKI...Extrait

Est-ce vous Qui comprendrez pourquoi, Serein, Sous une tempête de sarcasmes, Au dîner des années futures J’apporte mon âme sur un plateau? Larme inutile coulant De la joue mal rasée des places, Je suis peut-être Le dernier poète. Vous avez vu Comme se balance Entre les allées de briques Le visage strié de l’ennui pendu, Tandis que sur le cou écumeux Des rivières bondissantes, Les ponts tordent leurs bras de pierre. Le ciel pleure Avec bruit, Sans retenue, Et le petit nuage A au coin de la bouche, Une grimace fripée, Comme une femme... [Lire la suite]
samedi 25 mars 2017

SCENARIO: DIALOGUE MUET. ( Epilogue d'une fresque Lierre )

*Que te trouves-tu ici, parasite impitoyable qui n’as de cesse d’abolir toute vie en ces lieux ? -Je ne me nourris pas de la sève de mes semblables et tire exclusivement la mienne, depuis le sol. *Le terrain vague laissé exprès pour nos caravanes s’enlaidit de broussailles où tu règnes en seigneur. -Je me dresse pour tous pouvoirs en contradicteur même, les tenant à distance, ni subis ni exercés. *Puisque tant de climats et latitudes te conviennent d’où tiens-tu l’étrange don d’être partout à la fois ? -Je pérégrine au centre de... [Lire la suite]
jeudi 23 mars 2017

ROUGE

Rouge est humain. Par le sang, par le désir qui l’anime sans cesse, l’homme est dans le rouge de sa naissance jusqu’à sa mort. Les yeux fermés, tournés vers le soleil, la lumière explose non pas en blanc  mais filtrée par la peau où circule le sang. Les yeux clos, la lumière nous illumine en vermillon et cela conditionne notre existence.   L’homme rouge, tragique. C’est le crime, le sang versé. Crime crapuleux, crime d’état, la violence frappe et le corps se fissure, laisse échapper son souffle, des fluides disgracieux... [Lire la suite]