lundi 30 mai 2016

CHANSON POUR UNE AMOUREUSE SECRETE

II y avait dans les feuilles une femme qui riait si petite qu’on pouvait en faire une ardoise pour les toits. Une femme pour chaque rire si rose pour couvrir tous les toits. Je pouvais dans la douleur la clouer comme un ciel au sang, au vent ou à l’ombre de l’arbre ou encore à ses ailes. Mais l’amour me surprit dans ma haute nuit de haine avec un oiseau mort dans les bras. Jusqu’où chercherais-je à m’oublier ? Il y avait une femme au milieu de la terre, si rongée de mystère qu’on la prenait pour un fruit pourri. Et les hommes la... [Lire la suite]

jeudi 19 mai 2016

LA CENTAINE D'AMOUR...Extrait

Parmi les étoiles admirées, mouillées Par des fleuves différents et par la rosée, J'ai seulement choisi l'étoile que j'aimais et depuis ce temps-là je dors avec la nuit. Parmi les vagues, une vague, une autre vague, vague de verte mer, branche verte, froid vert, j'ai seulement choisi l'unique et seule vague et c'est la vague indivisible de ton corps. Vers moi toutes les gouttes toutes les racines et tous les fils de la lumière sont venus, que ce soit aube ou crépuscule ils sont venus. Je n'ai voulu que ta chevelure pour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 14 mai 2016

L'ODE AU TEMPS QU'IL NOUS RESTE...Extrait

Le temps passe et nous te regardons depuis le nid ancien,comme un coquelicot dont les premières sèves ne s’oublientFleur fragile aux allures d’arbre, souriante sur nos désordres, pluies incessantes de la belle usureD’elle ou de moi, à qui ressembles-tu quand tu regardes de si près tes pasOù t’en vas-tu, si belle, dans le vaste couloirVers quel amour, quel labyrinthe choisiFier de toi ou orgueilleux de moi-même,combien me faudra-t-il de livres pour que cessent mes doutes et cette peur de te voir tomberNous te savons fidèle à tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mercredi 6 avril 2016

AMINA SAÏD....Extraits

un instant nous avons existé d'avoir pressenti  l'éternité de notre désir   nous ne sommes plus totalement  inconnus à nous-mêmes   les sables de la parole guident notre pas en ce long chemin vers l'origine ... ton ombre vit de ce qui vient  de la vague   du tremblement de l'alguedans la voixdes sables abandonnés au tourbillon des mouettes   ... alguej'ai grandi vaguepoissonétoile aux multiples branchesla première lettre de l'alphabet incrustée sur le front ... [Lire la suite]
samedi 30 janvier 2016

ARBORETUM

Une nuit, mes pieds ont pris racinevertigineusement.Ô le bienfait de la glaise,la longue odeur de l'humus,du temps décomposé,du sommeil biologique !Jambes ligneuses,léchures des vents sur leur aubier,rosées des songes encor verts,j'enfante un ruisseau émeraude.Sous l'écorce de ma poitrine,quel oiseau délace les barreaux ?Quel oisillon s'affale à l'idée de choir du nidou de mourir de soif ?L'éponge de mes poumons suffira-t-ellepour traverser tous les déserts ?... .   BEATRICE LIBERT   .  
Posté par emmila à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 23 janvier 2016

LA MACHINE SINGER

Une machine Singer dans un foyer nègre,arabe, indien, malais, chinois, annamite,ou dans n'importe quelle maisonsans boussole du tiers mondec'était le dieu lare qui raccommodaitles mauvais jours de notre enfance. Sous nos toits son aiguille tendaitdes pièges fantastiques à la faim,son aiguille défiait la soif. La machine Singer domptait des tigresla machine Singer charmait des serpentselle bravait paludismes et cycloneset cousait des feuilles à notre nudité. La machine Singer n'était pas tombéedes dernières pluies du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 27 novembre 2015

ARPEGES SUR LES AILES DE MES ANS...Extrait

Promesse De mes veines, Mon ami l’oiseau, Je te construirai une cage Sans porte ni barreaux Où, librement, tu chanteras Tes chaudes mélodies ! Je t’offrirai de vastes champs fleuris Arrosés de douces flambées de soleil Qu’aucune serre de vautour n’effraye Et tu passeras, Libre, fier et fort, Sous l’arc-en-ciel multicolore, Pour danser, jusqu’à l’aurore, Sur les rythmes de mes veines-lyres Qui t’apprendront à rire De tous les tyrans et leurs sbires !   .   MOKHTAR EL AMRAOUI   .   Oeuvre Jamil Naqsh
lundi 23 novembre 2015

LEILA ZHOUR

Je suis éprise d'une liberté étrangère venue d'ivresses anciennes Elle m'apporte le poivre de plaines sorcières  où tout ce qui pousse est fleur de brûlure J'ai croisé sa route et l'ai suivie   Des choix s'offrent toujours baisers de feu  à chaque tentation pour n'en ignorer aucune   Les bras couverts d'un duvet de rapace  Mon ventre couvert d'écailles  à l'ouest de mon âme je m'étire où le regard échappe à l'horizon   Je suis éprise de ce qui n'est à personne pauvreté folle - de l'or... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 10 novembre 2015

COMMENT ENTRER DANS UNE MAISON

La différence entre les portesqui ouvrent les clefset les clefs qui ouvrent les portessépare la réponse des passagesCe n'est qu'exceptionnellementqu'une clef ouvre sa portemême si elle est sans maisonet dresséeau milieu d'un désertIl faut s'habilleren réponsepour parler aux clefset en questionspour parler aux portesIl y a des clefsqui s'ouvrent seulesIl y a des portesqui restent ferméeset qui s'ouvrentà l'intérieur d'ellesdans un seul effondrementde la maisonLa serrure des passagesest toujours une questionDevenir une portequi ouvre sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 8 octobre 2014

L'IDEE FIXE

Je t’apporte une petite algue qui se mêlait à l’écume de la meret ce peigneMais tes cheveux sont mieux nattés que les nuages avec le ventavec les rougeurs célestes et tels avec des frémissements de vieet de sanglots que se tordant parfois entre mes mainsils meurent avec les flots et les récifs du rivageen telle abondance qu’il faudra longtemps pour désespérer des parfumset de leur fuite avec le soir où ce peigne marque sans bougerles étoiles ensevelies dans leur rapide et soyeux cours traversépar mes doigts sollicitant encore à leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,