jeudi 26 juin 2014

LES VRAIS AMIS SONT COMME LES ARBRES....

Les vrais amis sont comme les arbres Ils ont hâte de te voir Mais restent imperturbables Si tu ne passes pas dire bonsoir Même après une longue absence Tu peux renouer avec eux Il n’y a pas d’intermittence Te revoir les rend heureux Les vrais amis sont comme les arbres Plantés très loin ou bien tout près Sans jalousie et sans alarme Ils croissent, c’est leur métier Les vrais amis sont comme les arbres Ils tendent leurs bras, ne plient pas Ils grimpent vers la lumière C’est ce qui les met en joie Les vrais amis sont comme les arbres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 10 juin 2014

LES PAS DE L'EAU...Extrait

… Ιl ne nous appartient pas de percer le mystère de la rose.Nous ne pouvons à la rigueurQue nous baigner dans la magie de la fleur.Dresser notre tente par-delà le savoir.Ou tremper notre main dans le sortilège d'une feuille.Et nous mettre ensuite à la table du banquet.Et à l'aube, quand se lève le soleil, renaître à nouveau,Donnant libre cours à nos exaltations.Arrosons de fraîcheur la perception de l'espace,De la couleur, de son et des fenêtres.Et laissons filtrer le ciel entre les deux syllabes de l'Être.Vidons et remplissons nos... [Lire la suite]
lundi 9 juin 2014

IL ME FAIT ENTENDRE DES MOTS

Il me fait entendre ...Quand il me fait danserDes mots, qui ne sont pas comme tous les motsIl me prend d'au-dessous de mes brasIl me plante dans un des nuagesEt la pluie noire dans mes yeuxIl me prend avec lui...il me prendPour une soirée de bal roseEt moi comme une petite fille dans sa mainComme une plume prise dans les airsIl m'apporte sept lunesEt un bouquet de chansonsIl m'offre un soleil... Il m'offreUn été.... Et un escadron d'hirondellesIl m'informe que je suis son chef d'œuvreEt que je vaux des milliers d'étoilesEt que je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 5 mars 2014

GUISANE... ( Extrait inédit )

Je suis amoureuxDu vent sur ta joueQui joue les imprudentsJe suis amoureux du ventDu chêneQui porte l’ombreDe ses mainsSur ton couJe suis amoureuxDu chêneDe la rue bleueA trois heures de l’après-midiQuand elle contientL’arche de ton rireJe suis amoureuxDe la rue bleueJe veux bien passer les pôlesAvec Lord FranklinBriser la glaceSi ce cheminDe maiSur l’océan geléMe conduitAu printemps d’un baiserJe suis amoureux des neigesEt des glacisDe la virginité de l’instantQui défriche l’éternitéSur tes lèvres du présentJe suis amoureux des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 17 janvier 2014

LE LIT DE L'ETRANGERE...Extrait

J'aime, de la nuit, le prélude, lorsque vous    venez, Main dans la main et me prenez lentement,    strophe après strophe, dans vos bras. Vous m'emportez, tout là-haut, sur vos ailes.    Amis, restez, ne vous hâtez pas Et dormez contre mes flancs pareils aux ailes    d'une hirondelle fatiguée.   Votre soie est chaude. A la flûte d'attendre    un peu Pour polir un sonnet lorsque vous me trouverez    secret et beau Comme un sens sur le point de se dénuder. Ne ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 16 novembre 2013

LES SEPT PRENOMS DU VENT...Extrait

Tout est perdu de ce voyage d’oubli et voici les couleursDe prusse en prune un long couloir de luneElles sont femmes comme les vagues qui s’enroulentElles donnent du son au lent dessin du monde elles éclatentD’ambre en pourpre un doigt bagué de soufreMangues ouvertes telles des cuisses et odorantesElles donnent sel et sens et courent sur les yeux surLe pavé des sources sur l’horizon des corps et des arbresDe chrome en garance une mer de réglisseElles donnent des épices au regard qui tombe avec le soirEt dévalent du vent jusqu’aux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 15 octobre 2013

YVES NAMUR

 Combien de roses sont-ellesÀ marcher encore dans le grand préEt la solitude ?   Combien sont-elles,   Roses venues de maiOu des lointaines terres blanches,   Combien sont-elles,   Qui ne seront jamais tout à fait ouvertes,Qui ne seront jamais que silences, demi-motsOu douleurs ?   Combien sont-ellesQui se tournent ainsi vers les ruinesEt les vides d'un homme ?     .   YVES NAMUR   .     Oeuvre Bogdan Prystom           ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 11 septembre 2013

LE CRI, LE CHANT...Extrait

J’ai faim de mondes infinis Vieille soupe d’astres et de songes De ce pain bleu des galaxies Qui fume encore et me prolonge J’ai faim d’îles et d’archipels Où mijotent d’autres saveurs Faim d’une faim originelle Venue de l’espace intérieur J’ai faim de ces couleurs qui crament De cette lumière sabre au clair Faim dans ma chair et dans mon âme De tous les fumets de la terre J’ai faim d’un vertige de femme Pétrie de nuits et de marées Quand le grand désir qui s’enflamme Ouvre le sexe de l’été J’ai faim d’une fraternité ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 07:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 4 septembre 2013

DU MOUVEMENT ET DE L'IMMOBILITE DE DOUVE

Je nommerai désert ce château que tu fus, Nuit cette voix, absence ton visage, Et quand tu tomberas dans la terre stérile Je nommerai néant l’éclair qui t’a porté. Mourir est un pays que tu aimais. Je viens Mais éternellement par tes sombres chemins. Je détruis ton désir, ta forme, ta mémoire, Je suis ton ennemi qui n’aura de pitié. Je te nommerai guerre et je prendrai Sur toi les libertés de la guerre et j’aurai Dans mes mains ton visage obscur et traversé, Dans mon cœur ce pays qu’illumine l’orage.   .   YVES... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 16 août 2013

CORPS SEUL AMER...Extrait

Corps seul amer tenu sur la falaise, c’es au fil gris des vents que s’étranglent les mots : nous avions gorge en lui, et filet de sang bleu se couchait dans nos veines – on hissait des salines l’attente toute en brume où vont claquer les vaisseaux – leurs têtes folles de pavillons têtus.   (…)   je garde d’un narval la longue dent sorcière et je monte sur boucle l’anneau blanc des atolls à mes doigts coraliers   Pour moi tout est dérive   .     VERA FEYDER     .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,