jeudi 4 mai 2017

ENTRE ROCHEBONNE ET DINARD

Tout est si permanent Tout semble volubile C’est à peine si l’on pressent Sur le Sillon évanescent L’oisellement bleu de la ville Ô que personne ne gémisse Ô que nulle âme ne périsse À moins de mille années d’ici Que sur le front de marée glisse À la manière d’un calice Un fier haleur aux yeux d’oubli Voici le ferry de Portsmouth Qui s’éloigne sur ses feutrines Avec son front d’amareyeur Et son giron de popeline Voici le ferry de Portsmouth Tel un mirage aux yeux de bruine Ô que personne ne flétrisse Ô que... [Lire la suite]

samedi 29 avril 2017

EEVA LIISA MANNER...Extrait

Quand la rive et son reflet sont parfaitement semblables et qu’harmonieux et paisible se fait le mariage entre ciel et eau, quand profonde et claire est l’illusion du miroir, et que flânent les animaux, et les nuages, et que la sombre forêt frémit en profondeur sans un souffle, il suffit alors d’une aile d’oiseau plongée dans l’eau pour briser le mirage : la reconnaissance émerveillée de l’eau et de la lumière au monde, fine comme le soir ; mais elle noue le mariage. Et le monde, frais et beau comme après la pluie ou la création,... [Lire la suite]
vendredi 27 janvier 2017

POEMES A SAMUEL WOOD...Extrait

Feindre d’ignorer les lois de la nature,Réincarner en songe la forme abolie,Prêter au mirage les vertus d’un miracleEst-ce pour autant faire échec à la mort ?Tout au plus douter qu’elle nous sépare,Que soit un fait le fait de n’être nulle part Irréparable cassure. Prenons-en acte. Nous voilà désolés la vie durant,notre mémoire ouverte comme une blessure,C’est en elle que nous la verrons encoreMais captive de son image, mais recluseDans cette obscurité dévoranteOù, pour lier son infortune à la nôtre,Nous rêvions d’aller nous perdre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 25 juin 2016

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extrait

... Feindre d’ignorer les lois de la nature,Réincarner en songe la forme abolie,Prêter au mirage les vertus d’un miracleEst-ce pour autant faire échec à la mort ?Tout au plus douter qu’elle nous sépare,Que soit un fait le fait de n’être nulle part Irréparable cassure. Prenons-en acte.Nous voilà désolés la vie durant,notre mémoire ouverte comme une blessure,C’est en elle que nous la verrons encoreMais captive de son image, mais recluseDans cette obscurité dévoranteOù, pour lier son infortune à la nôtre,Nous rêvions d’aller nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 19 novembre 2015

DANS LE DOUTE ET LA FERVEUR

Au-delà de la mer, disais-tu, quelles lumières ? Vers quel destin de pierre et de sable tourner des visages creusés par la brûlure d'exister. Le vent tournoie. Le vent fait vibrer l'impossible, violon pour la soif, jungle verte dans l'ocre désert.   Au-delà, je répète au-delà pour savourer le mot dans ses contours d'eau pure, Au-delà, c'est déjà dire le grand saut dans l'aube libre aux senteurs d'oasis. Et le rêve revient s'accroche comme lierre aspire la sève pour la pulpe à venir Toujours, la pulpe est à... [Lire la suite]
samedi 21 décembre 2013

MOTS DE NOËL....Extrait

Que reste-t-il ? ...De ce qu’on a su,De ce qui a déjà valu,Que reste-t-il ?Que reste-t-ilDe l’étrange NouvelleAnnonçant le grand Éveil,Proclamée comme la Merveille ?Que reste-t-il ? ...Que reste-t-ilQuand la nouvelle est denrée périssable,En ces jours où tout neuf est jetable,Où plus rien n’est indispensable,Parce que tout paraît remplaçable ?Que reste-t-il ? ... Ce qui reste,Ce pourrait être pauvres grenailles,Pitoyables fragments, rien qui vaille,Des rogatons de minable boustifaillePour une humanité affamée, sur la paille,Gisant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 18 juillet 2012

DOUZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

Périodiquement,il faut faire l'appel des choses,vérifier une lois de plus leur présence.Il faut savoir si les arbres sont encore là,si les oiseaux et les fleurspoursuivent leur invraisemblable tournoi,si les clartés cachéescontinuent de pourvoir la racine de la lumière,si les voisins de l'hommese souviennent encore de l'homme,si dieu a cédéson espace à un remplaçant,si ton nom est ton nom ou déjà le mien,si l'homme a terminé son apprentissagede se voir de l'extérieur.Et en faisant l'appelil s'agit de ne pas se tromper : aucune chose... [Lire la suite]