dimanche 19 mars 2017

J'ECRIS

J’écris avec la tyrannie des misères J’écris avec mes processions de poète errant J’écris avec les jachères sèches de la terre J’écris et la colère gronde dans mon cœur transparent J’écris avec cent milliards de balles à tirer Dans la cervelle des bobards les jambes des voleurs La couronne des bavards la bourse des guerriers Le calcul des imbéciles sur l’échelle des grandeurs   .   MONCEF GHACHEM    .     Oeuvre Luisa Sartori  

vendredi 10 février 2017

L'EFFARANT INTERIEUR DES OMBRES...Extrait

Regardez-les ceux qui échangent leur peur contre de la haineIls sont plus ordinaires que les orties ou les chardons ils sontPartout du nord au sud ils ont des papillons sous les cheveuxMais vos mains griffées leur ressemblent vos pourtant vos çàEt là tous les mots sont des aubes ou des obus tous les gestesEt s'ils ont les yeux barbelés il faut la patience du cordonnierPour remonter leurs pentes écoutez-les ils ont perdu les tracesLeurs miroirs sont brisés ils ne reconnaissent plus leurs nomsEt s'ils dorment devant vos portes c'est... [Lire la suite]
dimanche 18 décembre 2016

JOEL GRENIER...Extrait

 "Pourquoi a-t-il fallu qu’un bout de nuit s’entasseAu fond de cette allée oubliée par le temps,Que la pluie de janvier recouvre de sa crasseCes semblants de pavés balayés par le vent?Pourquoi a-t-il fallu que des ombres sans âme,Fantômes du Néant, viennent s’y perdre un soir,Pour planter le décor d’un mauvais mélodrame,D’un film de quatre sous sur un écran trop noir?Pourquoi a-t-il fallu qu’une femme perdueDépose son bébé dans les bras du hasard?Personne n’habite cette maudite rueQui ne fait après tout qu’abriter le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 27 octobre 2016

AU COEUR DU CRI...Extrait

Maudite soit l’Apocalypse et ses putains fiévreuses ses émirs aux bouches emplies de diamants ses adorateurs dépositaires des crimes universels ses rabbins furieux semblables au feu noir de l’enfer ses cohortes de prêtres sanguinaires au service des tyrans La lune pleure au commencement cardinal du jour j’ai vu les armées en route vers Ninive les conquistadors brûler les villages de peaux bariolées j’ai vu les Croisés prier et trembler aux portes de Damas Tandis que fleurissait une rose blanche sur le front de la reine de Saba j’ai... [Lire la suite]
mardi 25 octobre 2016

LE ROMANCERO DE BUENOS AIRES...Extrait

Sur les trottoirs de Buenos Airesj'ai usé mes souliersà travers des galaxiesoù brillent les lames de couteauxentre des ombres mystérieusesj'ai fréquenté des boliches¹que l'esprit du tango fait tanguerdans des lueurs d'alcools assassinesSur les trottoir de Buenos Airesdes christs drogués agonisentcrucifiés de peur et de misèreils n'ont presque plus de dentset quémandent la cigarette du condamnéau passant insomniaquequi retarde jusqu'à l'aurorel'heure de rentrer chez luiSur les trottoirs de Buenos Airesdes spectres muets trafiquent... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

CHANSON POUR BAB TOUMA

Jolis les yeux des femmes à Bab Touma*jolis jolis…lorsqu’ils contemplent tristement la nuit le pain les ivrogneset belles sont ces épaules gitanes sur les litsqu’elles m’accordent les pleurs et le désir ô mèreah que ne suis-je un caillou coloré sur le trottoirou une chanson longue dans la ruellelà-bas dans un creux de boue lissequi me rappellerait la famine et les lèvres sans abrioù les petits enfantssurgissent comme la malariadevant Dieu et les rues sombres.Ah que ne suis-je une rose dans un jardin quelconqueun poète mélancolique... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 6 juin 2016

PRIERE D'UN DESOEUVRE

Père,descends des cieux, j'ai oubliéles prières que la grand mère m'a enseigné,la pauvre, elle repose en paix à présent,elle n'a plus à laver, nettoyer, elle n'aplus à se tracasser toute la journée à propos de vêtements,elle n'a plus à veiller la nuit, de peine en peine,à prier, à t'implorer des choses, à regimber doucement.Descends des cieux; si tu y es, alors oui descends,car je me meurs de faim dans mon recoin,car je ne sais pas de quoi sert que je sois né,car je vois mes mains rejetées,je n'ai pas de travail, je n'ai rien,baisse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 5 juin 2016

A FLEUR DE MOTS

L’insurrection poétiqueÀ fleur de mots À fleur de chantsUn soulèvement du verbeÀ pas de colombeDes mots qui s’insurgent Se révoltentDes mots de résistanceDes mots qui se dressentDes barricades d’adjectifsDes articles et des noms Des NON À l’oppressionDes mots mutinsDes mots rebelles Des poèmes qui se lèventDes mots d’émeuteDes mots en meute Pour défendre la libertéDes chants d’insoumis Des mots pour dire la paix Des mots pour faire TAIRE Les faux culs venimeux Ceux du « Travail rend libre » Au seuil d’un camp de mortPetits mots de... [Lire la suite]
samedi 30 avril 2016

STABAT MATER FURIOSA...Extrait

" Je suis venue dire un songe, naïf et frêle comme les songes. C'était, oui, c'était dans la paix fraîche d'un matin et soudain, à l'heure non dite, d'un même mouvement, l'armée des faibles s'est levée sur les routes, dans les rues de nos villes, sur les pistes du désert , au bord des fleuves millénaires , face à l'ombre énorme des montagnes. Des millions se sont levés, affamés, vieillards, éclopés , vagabonds, enfants, malades mutilés. Des hommes forts aussi, oh mais... Pas des forts à votre manière; des hommes plus effarouchés que... [Lire la suite]
vendredi 22 avril 2016

PERSONNE NE QUITTE SA MAISON...

Personne ne quitte sa maison à moins Que sa maison ne soit devenue la gueule d’un requin Tu ne cours vers la frontière Que lorsque toute la ville court également Avec tes voisins qui courent plus vite que toi Le garçon avec qui tu es allée à l’école Qui t’a embrassée, éblouie, une fois derrière la vieille usine Porte une arme plus grande que son corps Tu pars de chez toi Quand ta maison ne te permet plus de rester. Tu ne quittes pas ta maison si ta maison ne te chasse pas Du feu sous tes pieds Du sang chaud dans ton ventre C’est... [Lire la suite]