jeudi 19 septembre 2019

JOEL VERNET...Extrait

« J’aime ces aubes silencieuses, quand le monde paraît à l’arrêt, en sommeil, son vœu étant peut-être que nous le contemplions durant un bref instant. Le voir, en effet, sans le piller, est-ce cela notre humble tâche ? Il nous attend chaque jour, mais personne ne vient à lui, ne le contemple plus, alors il s’efface, emportant ses haillons, son absolue splendeur ».     .     JOËL VERNET     .  
Posté par emmila à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 9 septembre 2019

EST-CE CELA QUE VOUS APPELEZ VIVRE ?

Se lever à l’aube. Se rendre sans tarder au travail en utilisant un quelconque moyen de locomotion rapide. En d’autres mots, se laisser confiner dans un espace plus ou moins spacieux, la plupart du temps mal ventilé. Assis devant un ordinateur, taper sans cesse des lettres, des messages, des rapports qui n’auraient probablement jamais été produits s’il fallait les écrire à la main. Ou encore, faire fonctionner une machine pour produire des objets tous identiques les uns aux autres. Ne jamais s’éloigner davantage que de quelques pas de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 5 septembre 2019

APPEL CONTRE L'ELEVAGE INTENSIF

Nous, citoyennes, citoyens, organisations, conscients des enjeux éthiques, environnementaux, sanitaires et sociaux, ne voulons plus des élevages intensifs et industriels qui confinent les animaux dans des bâtiments fermés, dans des cages, dans des bassins en béton, les forçant à vivre dans des conditions de promiscuité extrêmes. Nous ne voulons plus d’élevages intensifs non respectueux de l’environnement, fortement émetteurs de gaz à effet de serre, producteurs d’algues vertes et de pluies acides.Nous ne voulons plus d’élevages... [Lire la suite]
jeudi 22 août 2019

COCKTAIL POUR UN XXème SIECLE

Entre les juges et les notables,Les privilèges et les paumés,Le non-confort, le confortable,Les injustices, les justiciers.Entre les querelles et les guerres,Les oppresseurs, les opprimés,Les civils et les militaires,S'étend la vie au monde entier... Mais il y a quand même des enfants qui s'aiment,Et qui s'aiment tendrement.Et y'a quand même pendues au cielDes étoiles depuis cent mille ans... Pour ne rien dire, pour ne rien faire,Pour laisser passer les années,Civilisés et gens de terre,Villes désertes, champs goudronnés,Sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 15 août 2019

LA PRIERE...GEORGES BRASSENS

  .   Par le petit garçon qui meurt près de sa mèreTandis que des enfants s'amusent au parterreEt par l'oiseau blessé qui ne sait pas commentSon aile tout à coup s'ensanglante et descendPar la soif et la faim et le délire ardentJe vous salue, Marie . Par les gosses battus, par l'ivrogne qui rentrePar l'âne qui reçoit des coups de pied au ventreEt par l'humiliation de l'innocent châtiéPar la vierge vendue qu'on a déshabilléePar le fils dont la mère a été insultéeJe vous salue, Marie . Par la vieille qui,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 août 2019

LA VIE COMME ELLE EST, LAISSER VENIR LES MOTS...Extrait

La vérité de l'univers, ne serait-ce tout d'abord l'éclosion des pétales au soleil du matin,l'explosion d'une étoile dans le vide sans fin, cette ronde sans but des comètes au ciel- la puissance de la houle à la côte où elle miaule, le soulèvement des montagnes pour toucher à ce ciel qui leur échappe de toujours ? L'apparition de la Vie dans la vie qui scintille, le chant de l'Âme du monde où se déroule le fil tissé du destin tout autour des troncs secs des oliviers- et des platanes ombreux ?     . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 9 août 2019

CAHIERS DE DOUAI...Extrait

  Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie,Verse l'amour brûlant à la terre ravie,Et, quand on est couché sur la vallée, on sentQue la terre est nubile et déborde de sang ;Que son immense sein, soulevé par une âme,Est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme,Et qu'il renferme, gros de sève et de rayons,Le grand fourmillement de tous les embryons !Et tout croît, et tout monte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 21 juillet 2019

LE PROPHETE...Extrait

Tu dis souvent, « Je donnerais volontiers, mais seulement à qui le mérite. »Les arbres de ton verger ne parlent pas ainsi, ni les troupeaux de ton pâturage.Ils donnent pour pouvoir vivre : car ne pas donner, c’est périr.Qui mérite de recevoir ses jours et ses nuits sûrement mérite tout ce qui viendrait de toi.Et qui a mérité de boire à l’océan de la vie mérite de voir sa coupe remplie par ton petit ruisseau.Et quel désert serait plus grand que celui qui se trouve en le courage et la confiance, non – la charité, de recevoir ?Et qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 26 avril 2019

LA GREVE DES FLEURS

D’un coup comme çaC’est arrivéLes fleurs ont dit : ASSEZAssez des pieds dessus nos têtesAssez des roues voitures charrettesLes amoureux les amoureuses les enterrementsD’un coup comme çaC’est arrivéLes fleurs n’ont plus poussé !Ce sont les marchands qui ont fait la gueuleParce que les promeneurs les paysans disaient :« C’est encore un coup des saisonsY’a trop d’usinesY’a trop d’avionsY’a trop de saleté dans l’air ! »Z’avaient pas tortMais pour ce qui est de cette affaireC’était plutôt un coup d’en dessousMais ni les engraisNi... [Lire la suite]
samedi 16 mars 2019

EUGENIO MONTALE...Extrait

  Sans coup de théâtre Les saisons ont presque disparu. Tout cela n’était qu’un jeu trompeur des Esprits de l’Ether.- Il ne nous est pas possible de vivre par instants, par à-coups, par échappées et en escapades longues et brèves. Qu’on soit vivants ou morts, la balançoire ne pouvait durer plus que l’éternel le si fugace âge de notre enfance. Voici que commence le cycle de la stagnation. Les saisons ont fait leurs adieux sans salamalecs ni cérémonies, lasses de leur roulement. Nous ne serons plus tristes ou... [Lire la suite]