mercredi 8 août 2018

RAPHAËL GLUCKSMANN...Extrait

Ce que notre indifférence face à la mort des migrants en Méditerranée et la peur du "grand remplacement" disent de ce que nous sommes devenus... La France, son identité, sa culture, son histoire, ses modes de vie, sa langue ne peuvent être menacés par l'accueil de 50 000 réfugiés par an. Ou 100 000. Ou même 200 000. À quel point faut-il douter de son pays et de soi-même pour être gagnés par l'angoisse ou "l'insécurité culturelle" face aux 0,1% ou 0,2% (ou même 0.8% pour reprendre les chiffres les plus farfelus) de migrants... [Lire la suite]

lundi 6 août 2018

LA DANSE DES IMBECILES

« La mort de tout homme me diminue, parce que je suis solidaire du Genre Humain » Ernest Hemingway " Pour qui sonne le glas"   .Si ce n’était « que cela », si ce n’était « que » ce sentiment d’humain, et puis, si ce n’était que le respect des blessures des ancêtres, ils se tairaient et regarderaient le miroir. Mais ils dansent et chantent victoire.Imbéciles, qu’ont ils gagné ? Sinon un incommensurable dégoût d’une humanité effarée ? Ah, ils dansent ! Ils dansent dans des vapeurs d’alcool, dans... [Lire la suite]
samedi 4 août 2018

L'AUTRE NOM DU VENT...Extrait

Les mains sont-elles vides, quand personnen’est plus là pour les guider ? Elles se tendent,se tordent, se cassent, vouées à l’impuissance.Nous regrettons les beaux hivers que la neige attiseentre deux tempêtes, les nuits nous semblent identiques,qui s’accumulent. Nous appelons « les morts »ceux qui nous ont aimés dès qu’ils échappent à la vue, nous les mettons un peu plus à l’écart.Pourquoi nous auraient-ils abandonnés ?Nous seuls les trahissons, aucun langage n’évite de mentir, aucun ne nous permet de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 30 juillet 2018

LE CORPS UTOPIQUE...Extrait

Or, si l'on songe que l'image du miroir est logée pour nous dans un espace inaccessible, et que nous ne pourrons jamais être là où sera notre cadavre, si l'on songe que le miroir et le cadavre sont eux-mêmes dans un un invincible ailleurs, alors on découvre que seules des utopies peuvent refermer sur elles mêmes et cacher un instant l'utopie profonde et souveraine de notre corps. Peut-être faudrait-il dire aussi que faire l'amour, c'est sentir son corps se refermer sur soi, c'est enfin exister hors de toute utopie, avec toute sa... [Lire la suite]
mardi 24 juillet 2018

POEMES POUR RAOUDHA...Extraits

  En présence des illuminations d’Ibn Arabi  et des oiseaux d’Attâr  mon cœur est uni  vêtu des fleurs de l’Andalousie  je dévoile l’histoire du papillon de Raqqa  qui danse sa mort  et Jamila multiplie Raoudha  l’azur éternel de l’enfance  j’écris sans écrire la transe  le maqâm de l’infini cosmique     ...   Comment démêler le désert le linceul et les psalmodies du vent comment redéfinir l’éloge du vide l’absence comment retrouver les... [Lire la suite]
mardi 24 juillet 2018

IL NEIGE DANS LA NUIT ET AUTRES POÈMES...Extrait

  Ils marchent, ils marchent, les réacteurs atomiques,et passent au soleil levant les lunes artificielles.Et les camions d’ordures, au point du jour,ramassent les morts sur les trottoirs,cadavres d’affamés, cadavres de chômeurs. Ils marchent, ils marchent les réacteurs atomiques,et passent au soleil levant les lunes artificielles.Au soleil levant, la famille de paysanshomme et femme, âne et charrue de bois;l’âne et la femme attelés à la charruelabourent la terre. Une poignée de terre. Ils marchent, ils marchent, les réacteurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mardi 24 juillet 2018

IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES

  Je prends ce vers à celui quiSans rimeEt sans façon Chanta le pont de Seine Et le nouveau Pour direCe qu'au tréfonds Gît par ces tempsDe mortEt de déconfiture Ces heures de haineEt d'amertume Où l'on ne sait à quel saint se vouer Quel Dieu prierPuisque tout paraît videEt que les êtres Ont perdu sens et équilibre Les petits hommes éteignent les flambeaux Et font de l'ombre sur la terre Il est grand temps Grand temps Vous dis-jeDe rallumer les étoiles     . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 18 juillet 2018

IL NEIGE DANS LA NUIT ET AUTRES POEMES...Extrait

Enfant il n’a pas arraché les ailes des mouchesattaché des boîtes de conserve à la queue des chatsni emprisonné les cafards dans des boîtes d’allumettesou détruit des fourmilièresil a grandiet toutes ces choses on les lui fitj’étais à son chevet quand il mourutrécite un poème dit-ilsur le soleil sur la mersur les cuves atomiques et les lunes artificiellessur la grandeur de l’humanité   .     NAZIM HIKMET     .          Photo Niraz Saeed, mort ce 16 juillet... [Lire la suite]
samedi 14 juillet 2018

ANA NON...Extraits

Ma solitude, c'est quatre lits où s'épanouissaient quatre corps d'hommes, jadis. Vides, les lits. Morts, les hommes. Ma solitude, c'est une barque blessée dans son corps , qui se dessèche au bord de la mer, barque désertée que n'accueille plus le salut des mouettes tous les petits matins de la joie du retour. Ma solitude, c'est ce nom heureux que je ne pourrai pas donner à mes petits-enfants, morts avant d'être nés. Ma solitude, c'est ce nom de grand-mère que je n'entendrai jamais, sauf dans le trou noir de mes rêves. ... La main... [Lire la suite]
vendredi 13 juillet 2018

ALBERTINE BENEDETTO ...Extrait

Anna Marta Maria Margherita ! Cris des mères sur le seuil appelant marmaille à la volée, mains mouillées essuyées vite au tablier, appellent leurs fillettes en bande sur le chemin, poissées des myrtilles écrasées par poignées dans les bouches rieuses, lèvres barbouillées retroussées sur leurs dents inégales, pointues, jeunes renardes ensauvagées courent à toutes jambes vers le giron qui sent l’âtre et le lait, vers les mères inquiètes la voix rauque d’avoir tant appelé au soir les bras lourds de la lessive soulevée ruisselante... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,