vendredi 10 mars 2017

LA NUIT A LA DERIVE ...Extrait

« Moi, Olga Orozco, du fond de ton cœur je déclare à tous que je meurs.J'aimais la solitude, l'héroïque durée de toute foi, l'oisiveté dans laquelle grandissent d'étranges animaux, des plantes fabuleuses, l'ombre d'une grande époque fluant au milieu des mystères, des hallucinations, et aussi le petit tremblement des bougies à la nuit tombante.Mon histoire est là dans mes mains et dans les mains de ceux qui l'ont tatouée.De mon séjour il reste les magies, les rites, quelques dates usées par le souffle d'un amour inhumain, l'épaisse et... [Lire la suite]

dimanche 5 mars 2017

DES PAYS

Certains pays portent de grands manteaux de feuafin de se protéger de la nuit pareils aux saints des temps anciensallant, venant et causant à voix basseà travers les jardins épicés de légendes. Des pays où des paysages intouchabless’éveillent en sursautau plus noir du sommeilpour expirer à force de splendeur- écriture d’incendiesous la plume du poète. Il existe des terres d’orgueilleux testamentslourdes d’encensde danses, de fontainesoù chaque pierre est un berceau de colèreatterrée de n’avoir que la mortà offrir aux enfants du... [Lire la suite]
mercredi 22 février 2017

L'EMERAUDE PROMISE

On naît à chaque seconde de l’enfant que nous avons été, du miracle du temps qui ne nous efface, du chant qui s’ouvre comme une écluse délivrée, des eaux descendues d’une vieille mémoire, des mots enfin possible pour nommer le sens de ce que nous croyions dérives et qui n’avait en somme que la forme du chemin. Car il y a une parole pour chaque chose de ce monde, pour chaque acte de nos corps au milieu des fleurs qui poussent et des arbres qui tombent. On naît à chaque heure parce que la mort ne sera jamais que l’affaire des vivants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
dimanche 19 février 2017

LA POSSIBILITE D'UNE ÎLE...Extrait

... Et la mort qui avance A petits cris plaintifs, Dansant sa drôle de danse Sur mon centre émotif Qui grimpe dans le lit, Soulève les couvertures ; Mon amour aboli, Pourquoi tout est si dur ?   Au bout de quelques mois (Ou de quelques semaines) Tu t’es lassée de moi, Toi que j’avais fait reine. Je connaissais le risque, En mortel éprouvé ; Le soleil, comme un disque, Luit sur ma vie crevée.   Il n’y a pas d’amour (Pas vraiment, pas assez) Nous vivons sans secours, Nous mourons délaissés. ... [Lire la suite]
vendredi 17 février 2017

UN MORT HEUREUX

  Je n'ai pas disparucar il suffit de se pencher sur la rivière :ce sont mes mots qu'elle chuchoteavec douceur, les nuits de pleine lune.Je suis tout près :regardez le platane,qui prend mes vieilles attitudes,celle de la rancœur et celle de l'espoir.et même le nuage me ressemble,je vous assure,avec cette manière de bouder, puis soudain d'éclater de rire.Je suis un mort heureux, n'en doutez pas :j'habite votre pain,votre doute léger,le tremblement qui accompagnevos journées trop remplies.Je suis une fourmi, une virgule,un verre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 1 février 2017

À MARIA PETROV

La terre meurt des anges dans ton profil tout te suis où tu vas ta chair n’a pas de bas mais tes yeux sont de dentelles ils sont des fleurs qu’on rencontre parfois   .   JEAN RAINE   .   Oeuvre Sergio Lopez
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 29 janvier 2017

ATTEINT

Inquiétant. Ça devient inquiétant. Comment, pourquoi inquiétant ? De n’avoir jusqu’à présent pas été atteint. Atteint. Atteint de quoi ? D’une balle. De quoi ? D’une balle. Tu sais, un projectile qui court... il court, il court et il rentre ; il court, il court, il court, il ravage ; il court, il court tout ravager ; il ravage tes muscles, tes os ; il court, il rentre et tout ravage en toi ; tu ne le sens pas qui court ; c’est le feu en toi ; cette chose brûle tout en toi,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 27 janvier 2017

POEMES A SAMUEL WOOD...Extrait

Feindre d’ignorer les lois de la nature,Réincarner en songe la forme abolie,Prêter au mirage les vertus d’un miracleEst-ce pour autant faire échec à la mort ?Tout au plus douter qu’elle nous sépare,Que soit un fait le fait de n’être nulle part Irréparable cassure. Prenons-en acte. Nous voilà désolés la vie durant,notre mémoire ouverte comme une blessure,C’est en elle que nous la verrons encoreMais captive de son image, mais recluseDans cette obscurité dévoranteOù, pour lier son infortune à la nôtre,Nous rêvions d’aller nous perdre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 31 décembre 2016

ALEXO XENIDIS

Ce soir inviterai à ma table pour vousSix villes mortes et deux qui agonisentTiendrai, une à une, leurs mains tendues,Y poserai mon visage attendantLeur pardonPleurerai doucement elles me consolerontDirai Vous me manquez vous laissez dans ce mondeEt dans ma tête un videEt ce vide me mordPuis, comme je suis l’une de leurs enfants,Me coucherai au milieu d’elles pour m’endormir.         ALEXO XENIDIS          
Posté par emmila à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 28 décembre 2016

BALLADE DE LA VIE EXTERIEURE & AUTRES POEMES

« Fussions-nous seulement débarrassés de l’histoire ! »Nietzsche   Passion du néantClarté mortelle brûlant la vie,Un génie flamboyantLuit en nous.Il nous défendContre la tiédeurQue l’ivraie foisonnanteInsinue dans nos cœurs emprisonnés :L’habitudeEt le futile plaisir de vivreEt les mensonges consolateursEt la douce hypocrisie vis-à-vis de soi-mêmeEt la confiante rêverieDu lendemain…Nous portons en nousLa grâce lumineuseL’intuition rayonnante de l’artMais les dieux l’ont malicieusementMariée à Héphaïstos, au sordide labeur... [Lire la suite]