samedi 19 décembre 2015

QUI JE FUS / QUIENES FUI

" On n’est jamais tout seul dans sa peau…"On n’est pas seul dans sa peau.Je suis habité; je parle à qui-je-fus et qui-je-fus me parlent. Parfois, j’éprouve une gêne comme si j’étais étranger. Ils font à présent toute une société et il vient de m’arriver que je ne m’entends plus moi-même. (Qui je fus)On n’est jamais tout seul dans sa peau! Je suis multiple et me multiplie depuis des années à ne plus savoir que faire de mes " Moi " qui s’entassent. Je n’ai jamais su combien on était au juste, mais on vit à l’étroit, on se gêne, on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 11 décembre 2015

SINON CHANTER...Extrait

Un chant se lève Il tend ses ailes d’oiseaux vers des matins sans amarres, entreprend l’ascension comme un cri enfin délivré jaillissant vers d’inaccessibles hauteurs et le vent cogne à la fenêtre Il faut sortir, dit-il, sortir de l’ombre et de la douleur   Un chant comme un vagissement de nouveau-né jeté dans le vent d'exister Blessure de la lumière et de la liberté Tous les refus Toutes les rebellions, dans ce cri et toutes les exigences, la rage et le plaisir et la terrible certitude de la mort qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 10 décembre 2015

MYSTES...Extrait

Pour mon fils, Abel. . Avant de partir, J’ai déposé un dernier baiser Sur la bordure des étoiles   Il pleut sur l’oraison   Avant de partir, J’ai parlé avec l’ondée Sur les rives du désastre   Il pleut sur l’oraison   Les ciels se sont brisés Sur les eaux, la terre. Un léger feu, et le vent Qui fendille les gouttes d’arbre.   Ils sont l’ancienne histoire La statue de sel, Celle des hommes.   Au loin, des forêts fusillées à l’aube. Auprès, des symphonies crépusculaires.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 25 novembre 2015

LE DOUTE

Ceux qui nous ont quitté En partant, ont laissé Un fugitif instant La porte entrebâillée... Détournant le regard Impossible de voir S'il existe une lueur Au seuil de cette demeure Juste un peu de lumière Justifiant nos prières Où bien l'immensité D'une vaine obscurité... Et si elle était réelle Cette clarté vraiment De quel brasier ardent Serait-elle l'étincelle ? Un bûcher ou nos âmes Viennent se consumer, Etoiles immolées Dans une ultime flamme Ou la douce promesse D'une nouvelle clarté, La première caresse D'une main... [Lire la suite]
mercredi 25 novembre 2015

HORS SAISON

 Je n'écris plus que dans les herbes en attente d'hiver, sur l'écorce grenue des arbres, contre le ronronnement des chats, dans le souvenir piquant de flocons de neige. Je dis A Dieu aujourd'hui, sans doute n'en serai-je pas capable le moment venu. L'inconséquence de l'espèce me fatigue, j'y suis étrangère. Comment en est-on arrivé là, ces papiers gras, ces souillures, ces mensonges, cette cacophonie ou chacun tire à hue et à dia pour quelques sales miettes d'illusions. Hors saison. Je n'écris plus qu'avec la voix des ruisseaux,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 25 novembre 2015

LES SOUFFLES

Ecoute plus souvent Les Choses que les Etres La Voix du Feu s’entend, Entends la Voix de l’Eau. Ecoute dans le Vent Le Buisson en sanglots : C’est le Souffle des ancêtres. Ceux qui sont morts ne sont jamais partis : Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire Et dans l’ombre qui s’épaissit. Les Morts ne sont pas sous la Terre : Ils sont dans l’Arbre qui frémit, Ils sont dans le Bois qui gémit, Ils sont dans l’Eau qui coule, Ils sont dans l’Eau qui dort, Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule : Les Morts ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

jeudi 19 novembre 2015

DANS LE DOUTE ET LA FERVEUR

Au-delà de la mer, disais-tu, quelles lumières ? Vers quel destin de pierre et de sable tourner des visages creusés par la brûlure d'exister. Le vent tournoie. Le vent fait vibrer l'impossible, violon pour la soif, jungle verte dans l'ocre désert.   Au-delà, je répète au-delà pour savourer le mot dans ses contours d'eau pure, Au-delà, c'est déjà dire le grand saut dans l'aube libre aux senteurs d'oasis. Et le rêve revient s'accroche comme lierre aspire la sève pour la pulpe à venir Toujours, la pulpe est à... [Lire la suite]
mercredi 18 novembre 2015

HERITAGE DE LA STUPEUR ...Extrait

Il faut quelqu'un pour mourir. Et quelqu'un pour regarder mourir. Une fleur, un vase. Un baiser, une bouche. Un regard pour celui qui part, un regard pour celui qui veille. Ce don des larmes retenues, ce mouvement secret des sources au centre des pupilles, inachevé jusqu'à la mort et longtemps après, tissé du premier au dernier souffle entre la mère et l'enfant, laisse fléchir le monde doucement dans sa sagesse. Il s'agenouille devant le dieu de celui qui part. De celui qui s'éloigne sans se retourner. Sans revenir sur ses pas. Même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 4 novembre 2015

POEME A CRIER...Extrait

Tant de foistu as consolé        écoutétant de fois tu as été le nid qui reposecelle qui offraitla conque de ses mainspour protéger la flamme naissantepour élever la tige trop frêleou redresser l’instable .Tant de fois tu t’es tenduevers le manque        vers le videvers ce qui t’effrayait tanttant de fois tu aurais aimé être bercée. .Voici de ta chairdes fruits humains et tendresà protéger        à caressertoi qui cherches... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 25 octobre 2015

LES LOUPS ONT DES TÊTES DE MOUTON

Depuis qu’Lumumba fut tué Pour avoir dit sa vérité Depuis qu’Lahaut est là en haut Parce qu’il avait parlé tout haut Depuis qu’on étouffa une fille Dans un avion pour pas qu’elle crie Les loups ont des têtes de mouton Derrière les roses y a des chardons C’est celui qu’est tout en haut Qui tient le manche de la faux Si ce que tu dis cause souci, Tu seras vite raccourci Celui qui r’garde jouer aux cartes S’il pète un mot d’trop on l’écarte Les ptits r’gardants n’ont rien à dire Su l’ jeu des grands ça c’est bien pire ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,