lundi 3 août 2015

PASSIONS ANTHOLOGIE ( 1960-1965 )...Extrait

Je veux t’apprendre à mâcher les mots.C’est un jeu d’Homme seulet je sais ta solitude.Une syllabe, ou deux, ou trois,rarement quatre,et te voici la bouche pleinede soleil et de merde joie et de chagrind’espoir et d’hébétude.Tu mâches lentement,avec soin. Prends ton temps.Il faut reconnaître le goût d’une sonateou le frissellement léger d’un clavecinou le son doré de la flûtela rondeur du hautboisl’éclat de la trompette.Mais tout cela n’est rien.Au-delà de la soie ou du chanvre des motsde leurs vulgarités et de leurs harmoniquesil faut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 28 juin 2015

ADONIS

Il dessine la faim sur son cahierétoiles ou routesEt recouvre les feuillesAvec les foulards du rêveNous avons regardé un soleil d'amourqui battait des cilsEt nous avons vu le crépuscule   . ADONIS .   Oeuvre Abdeslem Azdem http://abdoulov.e-monsite.com/    
Posté par emmila à 19:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 16 juin 2015

PEUT-ÊTRE...

Peut-êtreHierDans mon sommeilJe me suis vu mourirJ’ai vu la mort de mes yeuxJe l’ai sentie,J’étais en elle.J’ignorais auparavantQue la mort dans ses diverses phasesCoulait avec une telle fluidité :Torpeur pâle et chaleureuse,Impression exquise de sommeil.Dans cet étatNi frayeur ni douleur ne subsistent.Il se peut que la peur outrancière de la mortSe fonde sur l’intense exaltationDe notre désir de vivre.Peut-être.De ma mort je puis tout décrireSauf ce frisson destructeurQui nous submerge à l’heure ultimeLorsque nous savonsQue le fil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 16 juin 2015

AU CAFE DES FAITS DIVERS...Extrait

Le monde brûle…Mon père, à ma nuque, comme une peau de mouton… me laboure les flancs et ma mère dans ma chair qui tremble encore son dernier souffle…Dors, père…Les femmes ont cessé de pleurer leurs enfants… ou leurs corps et la terre sous nos pieds vaste… charnier… de couleuvres, et de cendres…Asphyxie…Les flammes montent vers le ciel, expirent dans les nues un dernier souffle blanc… Je sais que ma mère est l’une de ces flammes qui montent vers le Bon Dieu…Le Paradis…Asphyxie…Le Paradis et ses fleuves de miel et ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 14 juin 2015

VIVRE A LA HACHE XLVI

Le ciel, les vagues, le vent dans les branches,les signes plus couchés que des chiens mortsscandent le même pointPoint cardinal fixé par le sangpour sacrifier ce dernier bastion traître à sa vitesse :la beauté comme un os lâché aux rapacesle point exact où s’érige invincibledans sa gloire incendiairela volée de ferraillesaux YEUX PLANTÉSpour lâcher un regardd’horizon basculéd’énorme trébuchetinverseur de vapeuroù l’homme esclave de la pertetrouve la bouche de gouffreà évacuer le désert infiltréfrisson d’anneaux viscérauxconspiration... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 26 avril 2015

FATOU DIOME....OUI !

Naufrage des Migrants, Fatou Diome dénonce l...   .   N’est-ce pas nous qui sombrons Si nos frères meurent sur nos rivages Si nous n’avons pas su partager le trop-plein Ce que nous avions ce que nous savions Si nous n’avons pas su les aider A vivre en paix sur leurs terres A ouvrir leurs propres voies A entreprendre leur propre déploiement Et à trouver leurs propres chants Si nous nous sommes emparés De leurs vies et de leurs richesses Et si nos cœurs restent vides à présent Quand ils se noient... [Lire la suite]

mardi 17 février 2015

LA TERRE PARLE

Je te fus une mère rude. Je te faisais manger un pain dur. Je ne dorlotais pas le bébé, Je blessais l'homme. Lorsque, pour la première fois, tu ouvris tes yeux ébahis, un triste horizon s'étendait devant toi. Je parlais d'un coup dont on m'a, jadis, frappé, et que le temps ne m'a pas fait pardonner. Une ombre lourde tombait sur nous deux. Je fus une dure mère, toi, un fils dur. Tu n'as pas levé ton bras pour me défendre, Tu n'as pas pensé à moi avec amour. Quand le vent grondait, quand le froid craquait tu n'entendais pas... [Lire la suite]
vendredi 13 février 2015

ROGER HANIN

Paris. Il fait nuit. Je suis dans mon bureau. Je pense à l'Algérie. Comme elle me paraît loin. J'ai peur de ne plus pouvoir la retrouver en pensée. Je ne veux forcer ni mon coeur ni ma mémoire. Où en suis-je de l'Algérie ? J'écoute cette phrase et j'entends : " Où en suis-je de ma vie ? " Même sensation. L'Algérie, comme ma vie, m'a laissé bonheurs, souffrances, frayeurs. Et pourtant, dans le silence de mon bureau, j'ai l'impression, ce soir, que je ne la connais plus et que je n'ai ni droit ni qualité pour en parler. Et si je me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 19 janvier 2015

CETTE BLESSURE

Cette blessure Où meurt la mer comme un chagrin de chair Où va la vie germer dans le désert Qui fait de sang la blancheur des berceaux Qui se referme au marbre du tombeau Cette blessure d'où je viens Cette blessure Où va ma lèvre à l'aube de l'amour Où bat ta fièvre un peu comme un tambour D'où part ta vigne en y pressant des doigts D'où vient le cri le même chaque fois Cette blessure d'où tu viens Cette blessure Qui se referme à l'orée de l'ennui Comme une cicatrice de la nuit Et qui n'en finit pas de se rouvrir Sous des larmes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 5 janvier 2015

DEVOIR DE MEMOIRE

Cette histoire, trop méconnue, qu’il faudrait enseigner dans les écoles comme paradigme de l’absence de renoncement face à la barbarie, puis comme figure moderne de l’amour, est racontée “de l’intérieur” dans le livre de Wieslaw Kielar, Anus Mundi. L’auteur est un ami personnel d’Edek et songe à s’évader avec lui. Mais, il ne voit pas d’un très bon œil le fait qu’Edek veuille s’évader avec son amoureuse. Avec une présence féminine, estime Wieslaw, le retard pris en chemin pourrait être fatal. Un échec en la matière correspondrait à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,