lundi 21 avril 2014

LE CHANT DES INNOCENTS

La voix des enfants du mondea chanté dans le grand ventles comptines de souffrancele rire moucheté de sangc'était la mer faméliquequi pourléchait les dix doigtsde cinq continents de rêvesgorgés d'oranges de soleildure poésie d'enfanceque ma mangue soit in tessonsi j'oublie au souffle du ventles pleurs les chants des innocents .   PIERRE ETIENNE   .  
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 8 mars 2014

MORT D'UNE MESANGE

Une fenêtre ouverte sur l’espace convoité. Au loin sentes secrètes profondes eaux dont l’écho revient bouleversé. Un matin sonore un souffle d’air, mille leurres pour un oiseau. La vitre effacée et le voici éperdu en ma demeure. Dans le flux de lumière quelle voie pour l’autre côté ? Un corps minuscule poids léger de plumes et de peurs puis l’immobilité… Tu es tout entier ce cœur qui s’affole. Tu es tout entier ce cœur dans l’envie de durer et qui s’arrête.   .   AGNES SCHNELL   .       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 26 février 2014

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

 (…) Quel est ton nom ?je suis l’usure des corps des pierres de l’ombremême de l’ombreje suis l’auxiliaire de la beautévous me saluez parfoissi vitela tête vous tournerait peut-être ?j’active la poussée des feuillagesvous ne dominez plus vos arbreseux aussi vous oublientje suis cette bouffée de tendressedans les corps la brume des regardsqu’ils reposent en paix !les voix se perdent dans l’espaceaccostent à la rive comblée de gravatslà le festin se déroulec’est toujours autour d’une tableque l’attente se fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 23 février 2014

LE GRAND SOLEIL OCRE

Pour le soir du grand soleil ocre de la mort j'aurai la parole sans voix pour distraire les mots j'aurai mille ans pour rire enfin de ce grand corps tout froid désacraliser l'immobile perdre la mémoire de chaque douleur Pour le soir du grand soleil ocre de la mort j'irai m'asseoir entre mes deux dates limitrophes sur le trait d'union à califourchon sur ma tombe frugale où viendront les oiseaux Et je croirai nouveaux ces poèmes prêtés jadis au silence qu'il me rendra peut-être comme ultime sentence pour mes nuits illégales mes jours... [Lire la suite]
vendredi 21 février 2014

ART POETIQUE

Se pencher sur le fleuve, qui est de temps et d’eau Et penser que le temps à son tour est un fleuve, Puisque nous nous perdons comme se perd le fleuve Et que passe un visage autant que passe l’eau.   Eprouver que la veille est un autre sommeil Qui rêve qu’il ne rêve pas et que la mort Que redoute le corps est cette même mort De l’une et l’autre nuit, que l’on nomme sommeil.   Percevoir dans le jour ou dans l’an un symbole Des jours, des mois de l’homme ou bien des années, Et pourtant convertir l’outrage des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 février 2014

L'ATMOSPHERE EST SACCAGEE...Extrait

Je vis dans d’autres dimensions, je vis dans l’incroyable, ce que l’on ne voit pas, ce que l’on n’entend pas, ce que l’on ne sent pas et je ne veux pas atterrir Pour m’atteindre, il faut que le blues infuse des déchirures de vielle, de guitare, de saxo. Il faut perdre toute notion du réel et de l’irréel. Il faut que les voyelles éclatent de couleurs diaphanes et nébuleuses, sans pour cela s’appeler Rimbaud. Il faut des vents échevelés qui feutrent les chevelures, des brumes flottantes et grises pendant aux arbres comme des robes de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 7 février 2014

LA PIERRE DU JARDIN

Une rose éclate au jardin.Se perpétue mon lent suicideà travers les germinations,Vole au dessus des arbres, corps absent.La puissance des signes, au lieu des forces brûléeste retient.Du charbon de notre êtreta mort fait un diamantplus lointain que l'étoile la pluslointaineet si proche, parfois.Trait tremblé de l'éphémèrecomme une course vers la mort,un pépiement d'oiseau en fuite.Un arbre l'absorbe.Restent les pommes ces lunes pâles. .   EMILIENNE KERHOAS   .    
Posté par emmila à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 4 février 2014

THEATRE DE L'HORREUR

Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur On le voit tous les jours Dans des villes aux tours prétentieuses Où les plus fortunés s'emmuraillent Décor macabre d’enfants et de petits vieux En lambeaux, faim et soif Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur Pas de musique. Tumulte de pas déserteurs Qui se hâtent dans les rues des patries Expatriées Chef-d’œuvre du théâtre de l’horreur Des hommes en pierre, tendus Immobiles, hurlant au silence Des yeux ravis d’assassins armés contre les affamés Des craquements de bouches et de ventres mendiants Des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 23 janvier 2014

ETRANGE FLEUR

Là où les hommes s'agglutinentLà où ils s'organisentse tyrannisentse désobligentautour de leurs minesde leurs églisesde leur bêtisequ'ils érigenten monuments pâlesen arches triomphalesjusqu'autour de leurs villesde leurs bidonvilles,Là où ils viventLà où ils meurentpousse une étrange fleurqu'ils cultivent.Une fleur qui fait ses loisses prix ses crimes et ses croixses places ses cours ses escaliersses légions, ses déclarationsses demoiselles et ses garçonsses tables et présidentsses affaires et engagementsUne fleur qui fait son vindont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 22 janvier 2014

FRUIT & NOYAU

La vie, la mort, l’une et l’autre, sont la même chose. On parle aux vivants, on dialogue avec les morts. — Refuse ce qui contraint, dis non quand on t’impose. Quand on aime son destin, — on est mille fois plus fort.    Or un souffle noctambule balaye la prairie. — L’espace-temps d’un instant, le temps s’immobilise. — Des ombres errantes viennent s’arracher à la nuit. — Ma main brûlée caresse les herbes douces de la frise.    J’écoute s’égoutter tout le bruit du temps qui passe. Puis les images volantes nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,