lundi 4 novembre 2013

OU QUELQUE CHOSE A FREMI

A l’heure où la rage nous quitte on compte sur les fleurs Sauvages sur la braise et le miel pour l’absente annoncée On relit chevilles et poignets sur les vélins de la mémoire Pour se livrer aux délices des images on est dos au soleil Avec du poivre dans les yeux on défait la robe bleu lamé Des vagues à midi pour dessiner les seins de l’amoureuse Eperdue qu’on croyait éternelle on déchire trop de pages Du livre des merveilles de Marco Polo on somnole mains Ouvertes vers le ciel qui attend nos aveux le cœur de jais Brodé de crêpe et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 30 octobre 2013

L'AMANTE INTERIEURE

L'amante intérieure Je vais vous hanter Chaque jour comme le sable infiltré Jusque dans votre lit Comme les foules je vais Chasser les ombres les solitudes Les pages de mon livre les poèmes Vous ne serez plus en mesure de les dénombrer Passer chaque porte Couper chaque corde qui vous maintient À ce revêtement sans joies Sans traversées sans enchantements Que je nomme l’ordinaire Et tout ce qui est marcher Courir haletant Tout ce qui est ouvrir renverser traverser Laissera échapper un poème Mon orgueil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 29 octobre 2013

JEAN-PIERRE DUPREY...

J’ai dominé toute une station de vie Ma première enfance est entrée dans la pierre Mes premières larmes sont sorties avec les passereaux J’ai vu un Dieu, j’ai vu les hommes Et mes yeux ne se cherchent même plus Hier je suis allé sur la montagne qu’habita la lune Et je suis revenu le cœur plein de tristesse Il ne me reste plus qu’un souvenir et une guitare brisée Un saule pleureur se dépouille et m’habille de larmes Qu’est-il de plus triste au monde que de partir sans chanter   .   JEAN-PIERRE DUPREY ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 29 octobre 2013

JEAN-PIERRE DUPREY

Pour Philippe et Serge   Un jour je dormirai du sommeil dont j’ai peur Pour ne plus m’éveiller Je descendrai au fond de ces temps oubliés Où les sirènes pleurent. Et les très longs voyages repliés dans ma tête Seront chiffons de rêve L’archange qui nous garde et sans nous ne s’élève Sera l’ange de la fête Puisse durer longtemps le phare du vaisseau Qui nous porte sur terre L’abri que se construisent les marins sous les flots Me semble bien précaire Allégés de leur poids ils sont bulles de verre Portés... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 25 octobre 2013

LIVRE DE LA VIE MONASTIQUE...Extrait

J’aime les heures sombres de mon être où s’approfondissent mes sens; j’ai trouvé en elles, comme en de vieilles lettres, mon quotidien déjà vécu, vaste et surmonté, comme une légende. Elles m’apprennent que je possède l’espace suffisant pour une vie seconde et large et hors du temps. Et parfois je suis comme l’arbre qui, mûr et bruissant, accomplit sur la tombe le rêve que l’enfant d’autrefois (que ses chaudes racines enserrent) perdit dans les tristesses et les chants. Qu’un jour, un seul, se fasse le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 22 octobre 2013

TRAITE DU SAVOIR-VIVRE A L'USAGE DES JEUNES GENERATIONS

 « Que reste-t-il d’étincelle humaine, c’est-à-dire de créativité possible, chez un être tiré du sommeil à six heures chaque matin, cahoté dans les trains de banlieue, assourdi par les fracas des machines, lessivé, bué par les cadences, les gestes privés de sens, le contrôle statique, et rejeté vers la fin du jour dans les halls de gare, cathédrales de départ pour l’enfer des semaines et l’infime paradis des week-ends, où la foule communie dans la fatigue et l’abrutissement ? […] De la force vive déchiquetée brutalement à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 20 octobre 2013

STOCKAGE

Le stockage d'arbres gelés dans les profondeurs glacées de la terre Le stockage d'animaux crevés dans les tuyères des fusées supersoniques Le stockage de plantes desséchées dans la racine morte d'une dent à abcès Le stockage défoliants dans les pinèdes du crâne Le stockage d'aérosols dans la fumée rose d'un cadavre humain Stockages d'acides orange, bleus, blancs qui brûlent la langue comme le sabot bouillant d'un cheval de course Regarde tout cela à travers les anticorps du corps à travers les vaccins multiples crachés dans les... [Lire la suite]
mardi 15 octobre 2013

LAMPEDUSA

 Si ta main se ferme comme la pierre       Si ton olivier fait peur aux oiseaux       Si ta porte est un rideau de fer       Si ta cloche est sourde aux cris de la mer       Si l'horizon remplit ton cour d'épouvantails       Si ta carabine tire sur les radeaux de fortune       Comment peux-tu honorer la terre ?       Si ton cactus ne sait donner que des épines       Si ton muret est une frontière pour les... [Lire la suite]
dimanche 13 octobre 2013

QUINZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

Chaque texte, chaque mot change selon les heures et les angles du jour et de la nuit, selon la transparence des yeux qui les lisent ou le niveau des marées de la mort. Ton nom n'est pas le même, ma parole n'est pas la même avant et après la rencontre avant et après avoir repensé que demain nous ne serons plus. Toute chose est différente regardée de jour ou de nuit, mais ils deviennent plus différents encore les mots qu'écrivent les hommes et les mots que n'écrivent pas les dieux. Et il n'y a aucune heure, ni la plus prometteuse, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,