vendredi 11 octobre 2013

CORPS DE GLOIRE...Extrait

... J'ai revu hier ma mort qui recousait mon ombredans le silence étroit d'une porte qui s'ouvreet je lui ai montré l'ébauche de mon âmen'ayant que la notion de l'oiseau dans le ventafin que pourvoyeuse du mystère à venirelle guide mes pas au sortir de ce mondeet je lui ai parlé avec l'accent de ceuxqui n'ont pour tout espoir qu'un soleil de papierde cet homme qui n'eut que des gestes obscurset ne sachant nommer l'azur au fond de soimarchait avec l'allure de n'être pas sur terrejusqu'à ce qu'il ait vu son néant face à faceje lui ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 11 octobre 2013

U MINIMU GESTU / LE MOINDRE GESTE...Extrait

Indò vo eti pisatu a casa ci hè l'acqua sutt'à a parata. a sera, a so canzona, à rampaconu. vo ch'ùn durmiti, vi lachemu sempri à quiddu mumentu albinu, sapendu ch'eti à stà quì, ad aspittàcci. senza lagnàvvi, mancu una volta.   hè vera. ci 'mpannumenu cù li nosci falta, par travirsà u bagnaghju, è ci liani com'è u sangu. spicchènduci, nienti ci veni. daretu à no, una pìccula fiara, di matinata, tini accesu mentri chè no partimu     Là où vous avez bâti cette maison, l'eau sous la colline. sa chanson rampe, le soir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 22 septembre 2013

HELIOGABALE OU L'ANARCHISTE COURONNE...Extrait

   La force qui recharge les mas­ca­rets, qui fait boire la mer à la lune, qui fait mon­ter la lave dans les entrailles des vol­cans; la force qui secoue les vil­les et qui assè­che les déserts; la force impré­vi­si­ble et rouge qui fait grouiller dans nos têtes les pen­sées comme autant de cri­mes, et les cri­mes comme autant de poux; la force qui sou­tient la vie et celle qui fait avor­ter la vie, sont autant de mani­fes­ta­tions soli­des d’une éner­gie dont le soleil est l’aspect lourd. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 20 septembre 2013

I MESI E PO L'ANNI / LES MOIS LES ANNEES

                                                             I mesi è po l’anni Chì ne sapemu più di quant’elli funu   E quellu rituale, vintu   A i muri di a to fine   Dulore sullevu accortu   À quellu sguardu incaravunatu   È a to persona sticchita   Membre scarnificate   Quelle pelle piena à crostule ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 18 août 2013

CYGNE

 Cygne qui sait garder ta vie de tout chant pour mieux recueillir d'heure en heure l'or du silence d'un cœur de braise enseveli, heureux le chant de la merveille qu'un cœur de neige peut cacher, ultime fleur, altissime poème où le désir se vient transfigurer. Sur le miroir de l'eau tranquille un phénix blanc songe au bûcher, tandis que croît, ombre sur plaine, l'éternel envol d'un chant dernier   .   MAX ROUQUETTE " Le tourment de la licorne "   .        
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 16 août 2013

LE RYTHME DU TEMPS - POEME-TESTAMENT DE BOBBY SANDS

    Il est une chose inhérente à chaque être humain Connais-tu cette chose mon ami ?  Elle a enduré les coups durant des millions d'années  et résistera jusqu'à la fin des temps.    Elle est apparue quand le temps n'avait pas de nom  Elle a pris vie et grandeur  tranchant les liens du mal  d'un couteau à la lame acérée, impitoyable.    Depuis le début des temps  Elle a allumé des feux quand le feu n'existait pas  brûlant les esprits des hommes  et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 15 août 2013

IL Y AURA...

Il y aura des journées et des temps difficiles Et des nuits de souffrance qui semblent insurmontables Où l'on pleure bêtement les deux bras sur la table Où la vie suspendue ne tient plus qu'à un fil Il y aura des lettres écrites et déchirées Des occasions perdues des amis fatigués Des voyages inutiles des déplacements vides Il y aura la peur qui me suit sans parler Qui s'approche de moi qui me regarde en face Et son sourire est beau son pas lent et tenace Elle a le souvenir dans ses yeux de cristal Elle a mon avenir dans sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 12 août 2013

MEMOIRE DE LA MER...Extrait

Après les sens qui se sont fermés, ce sont toutes les fonctions du corps qui sont frappées d’inertie. Elle passe de brancard en brancard, d’hôpital en clinique. Elle est ici ? Non, elle est là, suivant les semaines. Aucun hôpital ne guérit plus. On fait semblant de réparer un peu, pour qu’elle reparte ailleurs. Que je te pousse et te pousse, pompe et pompe, vide, remplisse. On l’évacue comme une noyée que l’on rejette dans le courant. Les yeux toujours fixant la mort. Sent-elle ? Ne sent-elle pas ?   Mais le cœur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 12 août 2013

LE DEHORS ET LE DEDANS...Extrait

La nuit bouge elle bat des ailes au fond du pré dans le vert qui vire une corneille brille comme anthracite Encore une goutte de lumière pour chaque noix aux noyers pour le chapeau clair des coprins éclos dans la nuit leur invraisemblable candeur contre tout ce noir qui se prend et tire à lui les couleurs Bascule de l'ombre Instant fragile, menace de cet automne où nous pourrions bien quitter sans crier gare ce logis piteux et mal aimé du corps le laissant seul à négocier nos redditions face à l'inexorable gravité de l'existence ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 2 août 2013

IL A RENCONTRE UN ARBRE

(...)      Les premiers pas de cet enfant n'ont été applaudis par personne, il s'en est donc allé , cahin-caha , sans garde-fous. On ne lui jamais raconté d'histoires, le hasard l'a guidé vers un autre hasard, il avançait au gré du temps, libre, stoïque, utilisant le capital " vie" que lui dictait sa faim, son sommeil, et développait un  instinct contre toute attente. La route l'emmenait toujours plus loin, et déroulait  son long tapis de bitume qu'il foulait sans amertume, il faisait front, sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,