lundi 14 mars 2011

SIGNES...Extrait

Quelle île régit ta tristesse d'eau longue, Femme ruisselante de solitude inabordable, Solitude incréée en lieu de maternité; Tu ne peux t'arracher à l'ancrage de tes genoux, Dieu t'as rattachée à ses plaies de pierre, Et tu équilibre l'amour avorté dans la mort... Nous errons comme la mer, par divin mécontentement, - Vanité solitaire d'aimer en vain un amour - Reconnais cette île bleue sous nos paupières, Et rends- nous , Marie , regard pour regard. . RINA LASNIER .  
Posté par emmila à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 11 mars 2011

PARTAGE-TOI, NUIT...Extrait

" Et je pose en hésitant mon pied sur la corde vibrante de la mort déjà commencée   Mais c’est ainsi qu’est l’amour. " . NELLY SACHS .    
Posté par emmila à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 8 mars 2011

A L'APPROCHE DES EAUX...Extrait

Laisse la main cheminer perdre haleine là où l'on ne respire plus Laisse la mainerrer sur les hanches seulement complices du nacre de la langue Seul un cri depuis le sol peut le foudroyer La mort n'est pas un secret ni en nous un jardin de sable La nuit dans le silence terni des miroirs un homme peut tenir la mort par la main Je vais t'enseigner comment la reconnaître regarde c'est encore un gaminil ne cesse de grandir sur les épaule la lumière dénouée la fauve lucidité des flancs La bouche neigeait sur la bouche . . . . .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 8 mars 2011

UN HOMME SANS MANTEAU...Extrait

Qu'est-ce que cette lumière soudain qui se fait dans la doublure des ombres et qui donnerait le vertige aux oiseaux et qu'on versa comme une eau de baptème au front des suppliciés si peu un rien la blancheur des oliviers dans l'arrière-pays de la mort. . JEAN-PIERRE SIMEON . Oeuvre Annie Trégoures http://www.aquarelle-en-liberte.fr  
Posté par emmila à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 6 mars 2011

LE VOYAGE D'AUTOMNE...Extrait

  Absent la nuit quand je marche à l’envers de l’autre côté du temps de ma vie quand je m’égare et je dévie quand je me perds et ne sais plus qui j’ai suivi   quand je me crois à Pékin ou à Rome mais suis sur King’s Road à Chelsea fatigué partout d’être le même homme usé de peut-être et perclus de si   Je rêve d’un songe fait de vrais mensonges où cesser enfin d’être Claude Roy Devenir souris alouette ou éponge le grand repos d’un autre moi   Malgré nous le rêve a bonne mémoire On cherche à se fuir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 5 mars 2011

CANTA A I SARRI...Extrait

(...) Hè mortu È a petra ùn sarà più listessa Hè mortu È l’acqua ùn hè più vagabonda Hè mortu È u rimisciu s’hè stallatu in ciarbeddu Hè mortu È u ventu s’hè pisatu Più forti chè sempri Pugnendu di dì à l’arba calcosa Ch’ùn pudemu senta Mittimu fora sti parolli di poca feda Cacciemuli di paesi Sò gattiva roba Ùn valini tanti cosi È chì ni sapeti vo Vo chì piddeti tuttu par straccii In i vo mani di ruspulaghji Vo chì piatteti i vosci denti Da daretu faccia mustavata Iè vo chì ni sapeti Pudeti dì o lu tintu Pudeti andà à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 28 février 2011

TOUJOURS CETTE IMAGE...

Toujours cette image de la main et du front,de l'écrit rendu à la pensée.Tel l'oiseau dans le nid, ma tête est dans ma main.L'arbre resterait à célébrer, si le désert n'était partout.Immortels pour la mort. Le sable est notre part insensée d'héritage.Puisse cette main où l'esprit s'est blotti, être pleine de semences.Demain est un autre terme.Saviez-vous que nos ongles autrefois furent des larmes?Nous grattons les murs avec nos pleurs durcis comme nos cours-enfants.Il ne peut y avoir de sauvetagequand le sang a noyé le monde. Nous ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 24 février 2011

LA MORT A DISTANCE...Extrait

Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre souffle, sans hâte et comme pour mieux me souvenir. L'espoir, quand on s'arrête de marcher, devient inutile, mais le vieux désir d'être encore ne disparaît pas avec lui. Et je suis là, comme quelqu'un qui s'étonne que son corps le soutienne et le défende, ce corps meurtri, ce corps appesanti, le mien pourtant, et que je méprisais. Les grandes lois du soleil et de l'ombre nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 22 février 2011

ANGOISSE D'UNE SEULE FIN...Extrait

Être encore où l'on n'est plusque cet "encore" à vivre. Les mots de l'amitié précèdent,toujours, l'amitié comme sicelle-ci, pour se manifester,attendait d'être annoncée.   Nous ne pouvons avoir une imagede nous-mêmes.En avons-nous une d'autrui?Sans doute, mais nous ne savons, jamais, hélas, si elle est la bonne. Voir, comme on dirait "au revoir" à unétranger, en le regardant partir.Ce qui passe éclaire le passage.Ce qui demeure, l'annule.  Ouvre mon nom.Ouvre le livre.    Le bonheur que l'on éprouve à aimer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 20 février 2011

LIBYE L’INSTANT ZERO, LE NON RETOUR

    Samedi 19 février 2011     (19h06, heure de Paris)         A cette heure-ci, la milice spéciale de Kadhafi, appuyée par des mercenaires étrangers, ouvre le feu sur tout ce qui bouge à Benghazi (Est de Libye).      Benghazi témoigne d’un massacre de grande ampleur : ce soir et à cette heure-ci, plus de soixante dix tués et les hôpitaux appellent le peuple au don de sang.     Parmi les victimes, beaucoup de jeunes d’une douzaine d’années. . Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,