dimanche 26 avril 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Toutes ces ombres qui marchent sur les murs, emboîtant le pas des lumières furtivesUn théâtre d'avatars échoués, jouant de la vraisemblance plus que de l'appartenanceUne animation saugrenue suspendue à des fils invisiblesOn me dira que les cloisons affichent leur feuilleton du soirQue les pupilles n'ont plus de place pour les étoilesQue les corps ont la rigidité des murs dans l'étreinte glacée des écransQuel diable de metteur en scène avait bien pu imaginer ce spectacle bancalDes lits qui ressemblent plus à des cercueils où seul... [Lire la suite]

mardi 21 avril 2020

LA PARENTELE

  Je suis désormais mon père ma mèremes grands et arrières-grands parentsJe suis tous mes aïeux d'ici ou d'ailleursrecyclés dans les cellules passagères de ma chairjaillissant avec les sources de mon sangbattant les tambours brûlants en exil de l'existenceje suis cette invérifiable famille aux racines profondesrevenue des fins fonds de la nuit des tempsJe connais tous ces millions de visagesqui m'ont donné la vie transmis le secret de la morttous ces êtres dont je vois les gestes quotidiensleurs labeurs leurs liesses et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 26 mars 2020

LETTRE OUVERTE DU DOCTEUR BERNARD GIRAL

  "On ne se moque pas des soldats, on ne se moque pas des morts !" "Ave Cesar morituri te salutant "   .   Cinq médecins morts en trois jours mais combien d'infirmières, d'aides-soignantes, de membres des services à la personne ? Combien tombés au champ d'honneur ? Avant de tomber à mon tour, je voulais tant qu'il est temps, vous rappeler mesdames messieurs les Hâbleurs du 20 heures radio télévisé, qu'en temps de guerre comme en temps de paix : on ne se moque pas des soldats, on ne se moque pas des morts ! On... [Lire la suite]
samedi 25 janvier 2020

POUR LA ENIEME FOIS...Extrait

A Port-au-Prince Je déplace encore les mots à ma guise mais les maisons sont trop lourdes à porter aucun miroir phraseur pour nous informer seul les trottoirs nous disent ironiquement : maisons sans amants maisons sans enfants maisons larmoyantes descellées esseulées vides   A chaque famille Sa ration de morts Partout s’imposent  les murs Plus intimement Dans notre vie Sans bonjour Sans sommation     .     GEORGES CASTERA       .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 19 janvier 2020

LES MOTS NOUS MANQUENT...Extrait

Pour Alexo...     Devant l’énigmatique beauté qui noussubmerge et nous dépasse. Devant toute ivresse qui rêve l’infini etdevant l’infini que l’on devine entre les herbesou les étoiles, les gestes courbes de l’amour, les mots nous manquent. Devant la crue et l’incendie, la peur du vide,l’effroi, le plaisir qui geint ou la douleur quihurle, devant le temps qui nous tourmente, les mots nous manquent. Ils nous manquent devant le cercueil desêtres aimés, l’irréversible que l’on s’épuise àvouloir corriger pourtant et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 2 janvier 2020

LES COULOIRS DU RÊVE

C'est par ici, par les couloirs magiques de la nuit que reviennent vivants les morts bien-aimés, la grand-mère de Proust ou mon père, les villes perdues, Oran, Osnabrück, plus belles que jamais dans la distance où le rêve les retient, c'est ici que les aveugles luttent en s'échangeant, es-tu moi? es-tu mon frère? Ici même c'est l'autre monde, on y est sans effort, en fermant les portes des yeux.     Ici, chez le Rêve, la mort devient ce qu'elle est : une séparation seulement presque interminable, ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 1 novembre 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI

J'ai oublié la cruche d'eau claireJ'ai oublié la tranche de pain lourdLes noix et les châtaignesAu bord de la fenêtreJ'ai même oublié les prièresEt ce matin il pleutNoyés sous la brumeLes oiseaux n'ont pas chantéPour apaiser mon réveilJ'ai oublié de nourrir mes mortsVergogne à moi !J'irai frotter mes pieds nus sur les rochesJ'irai verser mon sang sur les autels de pierreJ'irai mendier la pitié de l'aigle silencieuxJe frôlerai la lisière des ravinsDe grâce, que la mort ne m'attrape pas!J'étais rentrée de la merLes doigts pleins de... [Lire la suite]
dimanche 6 octobre 2019

PRIÈRE LAÏQUE / PREGHIERA LAICA

Notre mer qui n’es pas aux cieuxet qui de ton sel embrassesles limites de ton île et du monde,que ton sel soit bénique ton fond soit béniaccueille les embarcations bondéessans route sur tes vagues,les pêcheurs sortis de la nuit,et leurs filets parmi les créatures,qui retournent au matin avec leur pêchede naufragés sauvés. Notre mer qui n’es pas aux cieux,à l’aube tu es couleur de bléau crépuscule du raisin des vendangesnous t’avons semée de noyés plus quen’importe quel âge des tempêtes. Notre mer qui n’es pas aux cieux,tu es... [Lire la suite]
mercredi 17 avril 2019

MADAME, AVANT LE JOUR...

  Madame,qui d'hier me regardezcomme un jugement d'ailes on m'a conté vos criset vos prières l'histoire de mes frères assisveillant à vos côtés l'ange noirla beauté des Enfersque leurs yeux n'osaient plusni voir ni boirede peur qu'on les réveille avant le jour, Madame,avant le jour Tant d'années ont passé à lisser l'aube et la lumière sous une barquesans autre poésie que l'oubli de la Seine Tant d'objets ont polijusqu'à l'iris nos coeurs d'enfants sous une imagesans autre... [Lire la suite]
samedi 13 avril 2019

LETTRE OUVERTE D'UN CORSE A EMMANUEL MACRON

  "En visite en Algérie lors de votre campagne de 2017 vous avez déclaré : "la colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l'égard de celles et de ceux envers qui nous avons commis ces gestes." Les Corses, nationalistes ou pas, ne trouvent dans votre propos rien à redire, eux qui subissent la colonisation de votre pays depuis 1768 : -1768-1769 Conquête militaire... [Lire la suite]