mardi 29 mai 2018

DANS LE JARDIN DES SIMPLES...Extraits

Je cherche la beauté à travers mots et voiles peut-être viendra-t-elle à nous dans la lenteur qui préside à l’offrande douce   ...   Au matin le soleil préside à d'autres révérences les grands pins nous sculptent   dans leurs branches   ton regard me cherche dans les feuillages mes yeux fouillent alentour pour deviner   où se cache le tien   Dans le cercle solaire nos attentes mythiques s'abreuvent de lumière   une échelle de soie tisse sa toile de désir     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

dimanche 27 mai 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Quand nous saurons ouvrirEt déchiffrer en nousLe livre dont nous sommesLa langue et le secret, Nous n’aurons plus de motsPour traduire le silence,Nous trouverons des frères,Des glaneurs de lumière,Des amoureux du Souffle,Des quêteurs de l’Esprit.Nous laisserons le ventLire la mélodieEt tourner chaque pageDu chant de notre vie.   .   JEAN LAVOUELa Chesnaie, 21 mai, lundi de Pentecôte 2018   . .
Posté par emmila à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 13 mai 2018

LA FRAÎCHE EVIDENCE...Extrait

Tu dis « n'écris jamais une phrase dans sa fatigue, sache te taire quand cela commence, aime ta maladresse, laisse-la t'accomplir. Les pages de soleil aveuglent, brûlent les lèvres. Endors-toi, confie ta vigilance, les mots connaissent le chemin sous le ciel. Par le trou de ta mort, une langue ouvre les paupières. Écoute la fin de tout, la mesure dérobée. L'espace de nouveau s'unit à la salive. Le livre n'a plus besoin de mots. »   Tu dis « apprends-moi » et je ne peux t'apprendre qu'à franchir, à... [Lire la suite]
samedi 5 mai 2018

DANS LE DOUTE ET LA FERVEUR...Extrait

...   Le monde, oui, dans sa beauté cruelle, je ne veux pas le dire Si je me tais, c'est colère et défi, incandescence   Pourtant je pourrais dessiner les dentelles du possible, ombres chinoises sur l'écran du réel, le rêve, suraigu, d'une île de soleils éblouis, sans férocité L'amour, s'il existe, je pourrais le dire L'énigme au coeur du vivre, comme un ver dans le fruit, je pourrais l'approcher   Cette parole surgie de nulle part, brûlante et sauvage Cette parole d'origine, je pourrais la tenter Un... [Lire la suite]
mercredi 2 mai 2018

REMINISCENCES

Du marine des ombres à la couleur du vin coupé  il y a toujours en nousun éclat d’enfance. Il y a le froid des murs de pénitence le brouillard dont on émergeait  si lentement les voix trop assuréesdont la distance nous étourdissait. On allait en aveugle bousculés par les jours. On résistait peu tout attentifs aux brasiers de nos âmesà l’impatience de nos mains. Maintenant on écrit comme on ravaude pour combler à points serréspour garder fixés les mots nomades. Il y a toujours quelque chose d’étonné en nous ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 2 mai 2018

EDEN

  C’est d’un autre temps  que j’écrisd’un jardin de mots qui n’existe plus.   J’écris le bleu multiple de l’orage le désordre où se fourvoient les insectesque nous sommes.    Chaos des images soudaines j’écris un ailleurs distrait eau azurée des lessives anciennes odeur du savon mou trottoirs gras briqués à la semaineraclement des balais en coco  promenades obligées du dimanche et joies imposées. Il est loin ce passé  pas si simpletel un théâtre démodé.    La nuit de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

samedi 28 avril 2018

CHÂTEAUX DE SABLE

Merci Adélita   . Pourquoi ne m'as tu pas dit que tu étais en train de bâtir ce château de sable ? C'eût été si beaupouvoir entrer par son petit portail,parcourir ses couloirs salés,t'attendre aux parterres de coquillages,en te parlant depuis le balconavec la bouche pleine d'écume blanche et transparentecomme mes mots,ces mots frivoles que je te dis,qui n'ont rien de plus que le poidsde l'air entre mes dents. Il est si beau de contempler la mer. Elle aurait été si belle la merdepuis notre château de sable,pourléchant le... [Lire la suite]
vendredi 20 avril 2018

LA NUIT VENUE ...Extrait

Il n’est que temps. Demain déjàPourrit dans la mémoire des vivants.Un monde en agonie exhale ses ténèbres,Il nous souffle à la face une haleine de mort.Demain se tait, son silence nous gagne,La terre dépérit sous le sel des moissons.Nos lèvres ont perdu le goûtD’enfance des syllabes, nos voixSous la neige, des motsNe nous parviennent plus.Il n’est que temps, vois, la dernière flammeVacille et va s’éteindre.Ah ! tout ce qui nous reste à dire,A voir, à vivre et à aimer, quoi, tout celaQui nous brûlait le cœur d’espoir et... [Lire la suite]
vendredi 6 avril 2018

NICOLE BARRIERE...Extrait

il y a les mots les ombres des motsles lumièresles lueurs des motsles crisles chuchotementsles mots tendrement ouvertsles mots envolés des lèvrescomme des ailes pliéescomme des fenêtres ouvertescomme des rivières où naissent les âmesles mots tombent comme des fruits mûrscomme des feuillescomme l’herbe rouge et bleueplus tardquand les feuilles noircissentla peau des rêvesle soir descend des étoilesune autre langue parleles mots du chemin et de la forêtdans toutes les languesmarchent sur l’invisiblec’est ta main dans la mienne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
jeudi 29 mars 2018

POURQUOI LES BÊTES MEURENT-ELLES ?

Pourquoi les bêtes meurent-elles comme les enfants ? Pourquoi mourons-nous en elles ? Est-ce par la loi d’un dieu, sous le poids de son pas sur les choses ? Pourquoi ne distinguons-nous pas les mots ? Pourquoi cette pitié ou cette loi ne sauvent-elles pas ? Pourquoi mourons-nous dans les fleurs dans la lumière du jour nécessaire ? C’est ainsi que je sors dans la lumière pour me soustraire aux ombres où j’écris. tels seront la reddition, le temps : la destruction de tout style la lumière frontale qui nous brûlera tous. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,