mercredi 13 mai 2020

SONNET

  J’aime, de la nuit, le prélude lorsque vous venez, Main dans la main et me prenez lentement, strophe après strophe, dans vos bras. Vous m’emporterez, tout là-haut, sur vos ailes. Amis, restez, ne vous hâtez pas Et dormez contre mes flancs pareils aux ailes d’une hirondelle fatiguée.   Votre soie est chaude. A la flûte d’attendre un peu Pour polir un sonnet lorsque vous me trouverez secret et beau Comme un sens sur le point de se dénuder. Ne parvenant à arriver Ni à s’attarder devant les mots, il me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 30 avril 2020

LE SENS DU MIROIR

Une âme, si elle veut se connaître,c'est dans une âme qu'elle doit se regarder.Platon       .   Pénétré de silencel'espace ouvertd'une mémoire tourmentée. Mes mots y habitentun peu à l'étroitparmi les questions. Ils sont dans l'œil rondde l'oiseau enivré de son chantdans le miroir mouvantdu fleuvedans la fragilitédu présent. Moiteurdes images calcinéesmoiteur d'un temps écheveléde genoux salisd'élans sauvages . Dans l'argileune empreinte figéel'évidence d'une présence.Parfois des bruits de pasqui s'en... [Lire la suite]
mercredi 22 avril 2020

LA CONFIRMATION

  A peine le murmure, l’ombre ancienne des mots l’année d’avant où tu disais qu’il te faudrait deux vies la vie d’avant d’une fois aveugle ? la foi aveugle, mienne de mon pays perdu de la rive exilée éparpillée dans la tourmente de vivre. et je chantais les mots d’un autre temps des haies pleines d’oiseaux que le printemps obsède printemps, temps de passage endeuillé par l’hiver qu’enchante le soleil.   alors vint d’une fable la trace ancienne et animale le passage du doute où nous vivions de l’ignorance où... [Lire la suite]
lundi 30 mars 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Le pain est posé sur la tableLa croûte, blonde duneEmaillée d'une fleur de sablePrès de la coupe de laitMiel blanc et mie de luneLoin, là-haut les oiseaux fleurissent l'océanDe leur plain-chantJe mords l'hostie, en les suivant des yeuxPleine de leurs vives ailes dans le ciel bleuEn une lente bouchéeJe laisse en moi couler d'une plume blesséeLa blancheur du laitAvec une goutte d'encreCombien le poids d'une perlePèse sur les paupièresJe penche et sans toucher terreTombe de sommeil, la tête en l'airDes miettes de soleilSur la nappe... [Lire la suite]
mercredi 11 mars 2020

SUR L'ALTAS DES MOTS...EXTRAIT

Aucune tempête n'interdiraLa houle des rêvesIl y a toujours quelques fleursLà où rien ne pousseIl y a toujours un peu de bleuPour les pirogues venues d'ailleursElles sont venues de très loinDe derrière les dunesEmbarquant des femmesAux lèvres carminUne brindille d'espoirDans les fagots du cœur     .     ©Ahmed El Fazazi Collection «Les 4 saisons» Z4 éditions/Février 2020     .  
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 6 mars 2020

PATRICIA RYCKEWAERT...Extrait

À tous ces mots fondus sous la langueces mots-bonbons, ces mots-baisers au goût de l’autre, À ces mots coincés entre deux dents,à tous ceux crachés à la face du monde et à ceux restés dans la gorge serrée,à tressaillir.   .     PAT RYCKEWAERT     . Photographie Bernard Liégeois    
Posté par emmila à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 17 février 2020

CHRISTIAN ARJONILLA...Extrait

Étoiles et poussières auront voyagéPour que des mots effleurent les mains et les yeuxTel éphémère mirage paraît la vieQuand le poète est de ce monde il s'y confronteAux signes aux lois visibles et invisiblesAux tyrannies du vertige et du provisoire   .   CHRISTIAN ARJONILLA     . Oeuvre Christian Arjonilla        
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 25 janvier 2020

LA LETTRE DU SIXIEME SENS

Ma lettre portée par ellipse a demandé aux mots toutes voiles fermées de prendre le poids de l’oiseau en plein vol de rendre rapport d’écriture et de déraison de mélodie d’extravagance Même en me trompant de parcours mêlant la longue syncope des arcs-en-ciel aux phrases séquestrées des réverbères je n’ai toujours eu qu’un seul galop la phrase mutilée l’ordre des vertébrés Celui qui crie trop fort n’entend pas l’orage déchiré de ta bouche dans ma vie qui se défait et se refait comme une chevelure Celui qui ne crie pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 25 janvier 2020

L'ENCRE EST MA DEMEURE...Extraits

...   Je sortais quelquefois de la blessureouverte de la mertelle la dernière minute de ton regardvers les paroles invisiblesqu’on ne peut toucher du doigtmatière tambourinante des rêvesdont les notes sont de grandes cagesd’oiseauxoù toutes nos mémoiressont sur la plus haute tigedans le silence mal ponctuéla première porte qui s’ouvrec’est ton corpsembué dans sa déclivité interminable. ...   le peu de temps qui nous reste à lécher les songespenchedans la nuit des motsavec rafales d’yeux entre les branchesla mer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

NADIA TUENI...Extraits

Et mes yeux sont un port d'ou partent les naviresdont on dit qu'ils sont beauxcomme un enfant qui pleuredans la nuit des miroirs. ... La mer se cache dans ses eauxLe vent est un fardeau de prince, mais la lampe et la nuit s'en vont en chuchotant, écoutent la respiration des mémoires. ... O que la vérité est menteuse,car l'infini de l'eau est démenti par le sable.Tout n'est si beau que parce que tout va mourir,dans un instant...   ... Je ne préfère rien aux vérités de l’eau, aux coups de vent chargés des embruns de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,