lundi 31 mai 2021

MOTS PASSANTS

Au bord de l’incertitude, ses mots résistent encore un peu avant de tomber comme lettres mortes des pages du Livre de sa vie, imparfait Ils avaient poussé en elle, renforcés par des vents d'infiltration la livrant aux métaphrases parodiques de lecteurs hypothétiques, d’occasion Délestée du poids des méprises et du tout-venant, elle tomba enceinte d’un vide immense Désencrée mais plus légère qu'une plume elle ne se nourrit désormais qu'à l’éphéméride des Mots Passants... . . . . . . ELISA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 10 mars 2021

CAR CECI EST NOTRE MONDE...

Écrire dans ce monde… Dans cet instant de ma présence à ce monde. Qui est le mien. Écrire. Parce que je ne me connais pas sans ce lien intime, presque alchimique, entre ma plume et une feuille blanche. Écrire. Parce que c’est mon architecture. Parce que ce sont ces fondations-là qui m’ont permis d’appréhender ce monde, dans sa perpétuelle mutation. Écrire. Parce que je veux croire, follement peut-être, que cela peut avoir un sens. Des mots comme matériaux, pour réparer les failles… Pour donner une raison d’espérer,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 24 février 2021

AVEC TOUS LES MOTS D’AUTREFOIS

Ficher dans le maquis des alarmes confuses nombre de tuteurs agencés comme pour arrimer les frissonnants halliers de la mémoire. Parfois, s’y jette une volée de mots tels étourneaux s’abattant sur les vignes ou dix cors bellement l’un contre l’autre en rut. Serait-ce convoitise, quémandage charnel des vocables ? La théâtrale sauterie, la comédie au paradis ? Entre sol et nues, nombreux les sigles et les sceaux que les filets retiennent ! Lambeaux abîmés de roseau « Livre pour Sortir au Jour », feuilles froissées de latanier,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 20 janvier 2021

LA LANGUE EST UN PAYS...

"Aujourd’hui j’écris blanc, le blanc des yeux, la belle épouvante, l’échappée belle, le blanc sillage des nuages, la blancheur de la neige. Je nettoie le silence, le blanc des jours entachés par la mort. J’ignore toujours pourquoi j’écris. Je donne un prénom à chaque jour qui passe, un nom de fruit ou d’ange, un nom de fleur ou d’oiseau, d’orage ou de désir. J’habille de musique les vieux mots en guenilles. J’en appelle aux oiseaux lorsque les arbres ont des visages de monstre. J’en appelle aux cailloux pour retrouver ma route. J’en... [Lire la suite]
jeudi 7 janvier 2021

PATRICK CHEMIN...Extrait

Un seul violon pour la fin des mondes Il y a une chance sur trois que je sois là Vivant ce jour-là Je garderai sur moi Les factures du vent La trace des affaissements Je garderai de l’amour Les deux volumes du renoncement La bibliothèque vive du malentendu Tu te souviens de moi ? J’étais celui qui comptait sur le mystère Pour concevoir une présence dans l’écrit Aujourd’hui les étoiles sont harrassées Et le chaos surfait Un seul violon pour la fin des mondes Il y a une chance sur trois Si je ne suis pas là Tout sera en... [Lire la suite]
jeudi 17 décembre 2020

KAREL LOGIST ... Extrait

Je parle pour ceux qui pleurent qui écorchent une langue que d'autres font chanter Je parle de ceux qui veillent et renoncent par pudeur à habiller leurs rêves Je parle au nom de ceux qui savent leur destin mais se trompent de route Je parle avec mes mots du silence où les a enfermés notre histoire Je parle dans vos yeux de ces êtres meurtris que nos valeurs ravalent Je parle sous la dictée d'une voix unanime au bout de sa patience Je parle d'où je suis complice d'une classe qui étouffe les faibles et je lis sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 8 décembre 2020

IL Y A, IL EXISTE

 En pensée, en ce jour anniversaire de ta naissance chère Agnès   .   Derrièretout ce sablequi crisse entre nos motsderrière toutes les courbeset les orbes messagèresil y a, il existe. Derrière l'écran dressécontre le verrou du tempsles fougues indomptéesd'un feu griffuderrière les parcelles engloutiesdans nos ronceraies de sangil y a, il existe. Derrière cet illusoirequi nous porteil existe des mondesplus tangiblesdes fragmentsoù s'égarent nos vies. Il y a en filigraneun désordre de couleursoù grouille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 22 septembre 2020

LIT DE FORTUNE

  Odeurs de massacre dans les myrtilles écraséesÉcume de bataillesPartoutLa meute attaque et gesticule L'air est plein de carcansBruits de sang, nuages de cendresL'homme dans sa tanière ne respire plus que le feuLa peur, la haine, sont à l'affût,tapies dans nos affiches,nos pirouettes radiophoniques,télégéniques,eugéniquesTumulte et férocité Comment pourrions-nous, commenttransformer l'effroi en espace,les chaînes en envol ? Quelle place pour la parole qui délivre,les mots papillons,les mots de brise fraîcheQuel oxygènedans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 13 mai 2020

SONNET

  J’aime, de la nuit, le prélude lorsque vous venez, Main dans la main et me prenez lentement, strophe après strophe, dans vos bras. Vous m’emporterez, tout là-haut, sur vos ailes. Amis, restez, ne vous hâtez pas Et dormez contre mes flancs pareils aux ailes d’une hirondelle fatiguée.   Votre soie est chaude. A la flûte d’attendre un peu Pour polir un sonnet lorsque vous me trouverez secret et beau Comme un sens sur le point de se dénuder. Ne parvenant à arriver Ni à s’attarder devant les mots, il me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 30 avril 2020

LE SENS DU MIROIR

Une âme, si elle veut se connaître,c'est dans une âme qu'elle doit se regarder.Platon       .   Pénétré de silencel'espace ouvertd'une mémoire tourmentée. Mes mots y habitentun peu à l'étroitparmi les questions. Ils sont dans l'œil rondde l'oiseau enivré de son chantdans le miroir mouvantdu fleuvedans la fragilitédu présent. Moiteurdes images calcinéesmoiteur d'un temps écheveléde genoux salisd'élans sauvages . Dans l'argileune empreinte figéel'évidence d'une présence.Parfois des bruits de pasqui s'en... [Lire la suite]