samedi 30 décembre 2017

AUTRES MESURES...Extrait

A petits pas qu'importe !De l'autre côtéle temps ne presse plus.De l'autre côtél'instant ne leurre plus. Le voyage ne finit pasde désarticulerqu'importe le pas. Marcheur immobiledans l'eau qui emportemalgré soivers l'irrésistible.. Oeillade des feuxnuits où les rêvesprennent corps et nous écrasentde tendressele marcheur loin des voiesqui se dupliquentne sait quoi butinerle temps qui se ramasseet reste dans l'angle mortle désir défiant le silenceou cet infime frémissementque le vent porteavec l'averse ? Magie des voix pierreusesdes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

vendredi 29 décembre 2017

JE N'AI QU'UNE ROSE ENTRE MES DOIGTS

Je n’ai qu’une rose entre mes doigtsqu’un fragment de cette fête.Dans les veines une foi vivanteet dans ma gorge une poignée de mots.Mon chant s’enroulecomme le fil autour du fuseaud’un instant qui sera un jourun jour pour tous un instant de joie.Ce moment nous reviendra à nous etaux hommes de bonne volontédans l’âpre combat que nous menons pourgagner l’incandescente sagesse. Mais je sais qu’il resteracomme un pain sur notre tableun jeu de frontièresune invitedes solitudes du profond désert :l’amour qui gouverne le monde se sera... [Lire la suite]
vendredi 22 décembre 2017

LES CHOSES FAITES...Extrait

"Les mots s'en vont dans ton souffle et ton souffle dans le courant venu par l'ouverture. Est-ce bien le bruit d'une main qui glisse sur de la peau ou le seul frottement des mots sur l'air? Rien n'a besoin d'être su. La certitude est immobile est lointaine. La vie est son jouet cassé. "          BERNARD NOËL           Photographie Thami Benkirane http://benkiranet.aminus3.com            
Posté par emmila à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 21 décembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il neige de blancs silences sur la mer. Elletout à ses ressacs conjugue etressasse la morte caresse des glaces. La mâchoire des brisants déchiquette encore les souvenirs enfouis : mots-squelettes d'épaves peuplées d'échos de voix et de poissons volants,d'ombres passantes hantant les rêves. Il y a aussi ce chant qui jamais ne finitce chant de haute mer -- de haut Amour. Il y a surtout ce chant de haute mer : loin des amers c'est la caresse du soleil sur sa peau serpentine,le grésil... [Lire la suite]
jeudi 21 décembre 2017

RAYMOND FARINA...Extrait

...   Tu as au bout des doigts l'aurore& tout commence à leur contactDe chacun de tes motsde chacun de tes gestestu sors plus jeune qu'un désertsurpris par ton dernier visagedans l'instant percutantoù tu n'as plus qu'étoile en têteque fraîcheur en mémoire Possible que demain t'élèvetout ce qui t'avait aviliPossible que deviennentferment de force ta faiblesseferment de beauté ta démence& la mort occasion de naître       RAYMOND FARINA           Oeuvre Sarolta Ban... [Lire la suite]
samedi 16 décembre 2017

NICOLAS DIETERLE

 ma phrase ne se brise plus contre aucune terminaison hâtive, désobligeante Elle coule généreusement, elle s'épanche dans un lit bordé par les falaises protectrices des majuscules La mesquinerie du point, cet avare, n'est plus de mise    ...  j'ai supprimé le point final devant chacune de mes phrases pour que rien n'arrête la suspension mouvante, grisée, à la fois funambule et précise, de mes mots alignés Amoureusement liés, ils forment une lente fumée bleue qui se dissipe et se renouvelle sans cesse .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 16 décembre 2017

POUVOIR TOUT DIRE...

Tout dire les rochers la route et les pavés Les rues et leurs passants les champs et les bergersLe duvet du printemps la rouille de l'hiverLe froid et la chaleur composant un seul fruit Je veux montrer la foule et chaque homme en détailAvec ce qui l'anime et qui le désespèreEt sous ses saisons d'homme tout ce qu'il éclaireSon histoire et son sang son histoire et sa peine Je veux montrer la foule immense diviséeLa foule cloisonnée comme en un cimetièreEt la foule plus forte que son ombre impureAyant rompu ses murs ayant vaincu ses... [Lire la suite]
samedi 16 décembre 2017

CEREMONIES D'EXIL...Extrait

il faut écrire pour découdre la bouche dans nos cicatricesdorment des miroirs je suis où cessent les mots dans la blessure silencieusequi nous appelle avec des larmes je suis nédans l'absence des motsle ressac et l'oubliconjurés par les pierres       MICHAEL GLÜCK         .
Posté par emmila à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 8 décembre 2017

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Pensées vers Agnès  . Crois-tu que le bleu de l'encre couvrira les cris ? Crois-tu que l'encre couvrira le gris ?   C'est dire qui fait mal. C'est mettre en mots cette longue nécessité cette respiration hachée jamais apaisée.     C'est dire les angles morts les poussées   les passages de travers l'encore informe qui fait mal.     C'est crever les ombres éprouver les figures enfanter le chant supporter la lenteur du silence.     C'est s'abandonner à la... [Lire la suite]
mercredi 6 décembre 2017

Il A NEIGE TANT DE SILENCE...Extrait

Sans autre signe, sans nul autre prologue que la nuit, sertir l’espoir du monde dans l’amande du poème. Mais en cet enclos si précaire, qui saurait lire en filigrane l’éternel ? Quelle lumière filtre et graine sans l’inflexion d’une voix si ténue ? Langes ou linceul, naissance ou deuil, comment traduire ce que les mots recèlent ? Il a neigé tant de silence sur la page, que ce qui fut jadis écrit porte le sceau des sans-visage.     .   GILLES BAUDRY   .