mercredi 30 mai 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

J'ai arpenté une fois encore les couloirs infinisDe cet immense vaisseau adossé au grand large.J'ai soupesé un à un tous les sacs de douleur,La plainte silencieuse des marins en partance.J'ai porté sur chacun un regard de confiance,Et nous avons dit oui,Et nous nous sommes compris.Je connaissais le moindre bruit,Et les signes têtus et les gestes d’amourEt l'odeur des varechs, la courbe de la rade,Le sillage ébahi des navires en partance. J'ai laissé nos voies de mer aux mouettes et aux vagues,Abandonné au ciel le fil de nos... [Lire la suite]

lundi 3 juillet 2017

SOUFFLES ET SONGES...Extrait

... Lancinant,  le cri des mouettes nous traverse comme un reproche Nous avons vécu des années de poussière sans retenir la leçon des tempêtes Le temps s’est évaporé, la plage est vide Si peu de mots pour construire la vie Le cri des mouettes, lancinant, dénonce les renoncements,  la passivité des miroirs Nous avons laissé nos couteaux au vestiaire Il fallait brasser sans relâche la boue, extraire l’or, et scintiller Il fallait mettre le rêve en mouvement Il fallait Mais nous avons si peu rêvé Déchirant, Le cri des mouettes... [Lire la suite]
samedi 7 mai 2016

PEUT- ÊTRE QUE LE VENT

PEUT-ÊTRE LE VENT qui parledu vent dans les chênesPeut-être le rêve emprisonnéqui caresse l’idée du cielA travers les barreauxle regard qui veilleLa transparence du jourignorée du soleilPeut-être le désertla dune où passe une onde blancheLa chevelure du sommeilpenché sur les rizièresLe regret qui traîne racinessur les champs fatiguésEt la géométrie où durcitle projet du technocratePeut-être la collineoù l’air vif se découvre un parfumDans les lavandes la voixdes cueilleuses qui fraîchitLes nappes fugitives des riséesça et là renflées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 11 avril 2010

LITTORALES...Extrait

Mouettes : le rire des rochers.  Vivre à leurs nids, oiseaux sauvés de nos nausées noires. Et rire enfin, rire comme jamais. De l'hargneuse volonté des vagues et du prétentieux orgueil des falaises. Rire des hommes surtout, de leurs pauvres yeux qui ne vont pas assez haut, des plumes qu'ils se donnent le temps d'un amour.  Des plumes qu'ils nous volent. Le temps d'un poème. . . . PIERRE-MARIE  BERNADOU . .  
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,