jeudi 11 août 2016

LES DESARROIS DE L'ELEVE TÖRLESS...Extrait

« - Mourir n'est qu'une conséquence de notre manière de vivre. Nous vivons d'une pensée à une autre pensée, d'un sentiment à un autre. Nos sentiments et nos pensées, au lieu de couler comme un fleuve paisible, nous "passent par la tête", nous "envahissent" et nous quittent: illuminations, éclairs, intermittences. En t'observant bien, tu t'aperçois que l'âme n'est pas une substance qui change de couleur par transitions nuancées, mais que les pensées en jaillissent comme des chiffres d'un trou noir. Tu as telle pensée, tel sentiment, et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 14 février 2014

GEORGES PERROS

Ces envies de vivre qui me prennent Et cette panique, cette supplicationCette peur de mourirAlors que je n’ai pas encore vécuEt que dans ces momentsJ’ai ma vie sur ma langueIl me semble que ça va être possible, enfinQue je vais y aller d’une grande respirationQue je vais avaler le soleil et la luneEt la terre et le ciel et la merEt tous les hommes mes amisEt toutes les femmes mes rêvesD’un seul grand coupDe poitrine éclatéeQuitte à en mourir, oui,Mais pour de bonPas de cette mort ridiculeDéshonorante, inutile,Qui accuse la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 9 septembre 2013

L'ARBRE PARLE...Extrait

Je n’ai pas été Don Quichotte,je n’ai redressé aucun tort (même si parfoisles forçats m’ont jeté des pierres) mais je veux,comme lui, mourir les yeux ouverts. Mouriren sachant que mourir c’est revenirlà où nous ne savons pas, là où,sans espérance, nous attendons. Mourirréconcilié avec les trois tempset les cinq directions, l’âme- ou ce qu’ainsi nous appelons -devenue une transparence. Je demandenon l’illumination : ouvrir les yeux,regarder, toucher le mondeavec un regard de soleil qui se retire ;je demande à être la quiétude... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 21 juin 2013

UN SI LONG PARCOURS...Extrait

 On n'en peut plus de vivre, très bleus, très nuls, enchevêtrés. Nous dérivons, captifs étranges du présent. À l'intérieur du désir, ce pourrissement sûr, ces signes avant-coureurs d'un mal très pur.   Toi, crié dans le plaisir, mais englué déjà.   Barbouillé de raisins, de soleils violets, de prunes éclatées, le temps triomphe. Tout traqué, tout cloué, figé. Nous piétinés, éclaboussés. Brume des larmes déjà sèches. On n'en peut plus.     Mourir ne peut suffire.   .   COLETTE GIBELIN ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 14 juin 2013

ECLATS D'UNE POETIQUE DE L'APPROCHE DE L'INCONNAISSABLE...Extrait

S'arrêter pour boire à l'inconnu du vol de l'oiseau Geneviève Clancy, 2005     - Je vis tout le temps dans l'alarme. Mourir plusieurs fois. Mourir tant de fois, - pour renaître. Mourir chaque jour pour ressusciter, - dire et redire que le soleil brille. Que cela coûte sept ciels, que cela se paie de dix enfers. Qu'importe ! Tel est le chemin du devenir à l'épreuve du présent, dans le combat du réel au quotidien. Sa geste d'universel ne fait pas de nous des héros. - Seulement la modestie de la mésange, croisée en plein... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 3 décembre 2011

ODE A LA BLANCHEUR

Je ne veux pas mourir comme on meurt en novembre avec ce rien de nuit qui nous remplit les yeux et cette fin du monde au bout de nos regards quand le souffle pesant qui trahit notre pose une dernière fois nous déçoit de silence et qu'il faut vérifier le visage des hommes pour voir si la douleur les touche de profil et s'aveugler enfin dans son âme à jamais   Or je ne veux point vivre en amont de ma vie ni prier le soleil d'un surcroit de lumière tel ce mime de moi cassé dans ses genoux qui demeure la proie d'un pays... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 décembre 2010

VIVRE ET MOURIR

Vivre ne ressemble à rien ni personne Mourir ne ressemble à rien ressemble à quelqu’un Vivre et mourir vont en bateau Vivre tombe à l’eau Il ne me reste plus qu’à mourir mon amour Le doute est une arme blanche La blessure de mourir saigne à blanc Vivre est inquiétude Plus vivre s’inquiète plus il vit À la longue vivre est une habitude Un geste irréfléchi   Vivre est à tous les étages Au dernier étage de vivre Il y a un vieux qui s’accroche Mourir s’approche les mains derrière le dos L’air détaché du contexte De... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,