vendredi 10 juin 2022

LE NOM D'UN CHAT

« Choisir le Nom d’un Chat est une rude affaire ,Non un simple passe – temps pour vos loisirs ;Vous devez penser pour commencer , que je suis fou à lierQuand je vous dis qu’un chat doit avoir trois noms différents.Le premier est le nom dont se sert journellement la famille ,Un nom comme Pierre , Auguste , Alonzo ou James ,Un nom comme Victor ou Jonathan , Georges ou Bill BaileyCes noms pratiques pour tous les jours.Il y a des noms plus fantaisistes si vous pensez qu’ils sonnent plus mélodieusement.Les uns pour les messieurs , les... [Lire la suite]

vendredi 11 février 2022

IL FAUT TOURNER LA PAGE

Il faut tourner la pageChanger de paysageLe pied sur une bergeVierge . Il faut tourner la pageToucher l'autre rivageLittoral inconnuNu . Et là, enlacer l'arbreLa colonne de marbreQui fuse dans le cielTel . Que tu quittes la terreVers un point solitaireConstellé de pluriel Il faut tourner la pageRedevenir tout simpleComme ces âmes saintesQui disent dans leurs yeuxMieux . Que toutes les facondesDes redresseurs de mondeDes faussaires de Dieu Il faut tourner la pageJeter le vieux cahierLe vieux cahier des chargesOh!... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 13 janvier 2022

MICHEL DUGUE...Extrait

Nul ne les voit, hormis l’attente insignifiante du mot qui effleure comme effleure l’aile de la mouette à distance si courte de la mer. En somme, une attente au but continûment différé. Pénurie du regard – les branches bougent suivies de rien. . . . . . . MICHEL DUGUE . . . . . .
Posté par emmila à 17:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 22 août 2020

ABDLILAH JORIO

EtreLe regard tissé d’anciens étésOuvert sur écume et ciel sacrés,Suspendus, mes nuages blanchisD’instants d’hier bleuis.Ils connaissent tes fêlures,Apprivoisent mes blessures,Traversent, et s’enfuient. Manteau tricoté de mes vies antérieuresSagement posé sur l’instant,Ecran blanc de silence pesant,Protège aujourd’hui les amours de l’heure.Mystère, ailes de désirs et d’impuissance,Vertige à la recherche de sens,Tiens au fond de moi ce reste de vie,Ce souffle retenu à l’envie,Plus lourd, plus fort que le vide,Avant de t’envoler aux... [Lire la suite]
mardi 14 juillet 2020

DELPHINE BURNOD

Je suis sœur d'étoilefée farandoleamie des pensées, des pivoines, des cerfsje vole parfois au-dessus des corollesj'ai mille noms mais un seul me sertje suis sans arrière, à mi-cheminparfois sous terre et cela me va bienle ciel a tous les droits dans mon antre du rêvequelquefois j'aperçois sa bouche qui se lève ses yeux comme des tonneaux versent des cris d'oiseauxdes lance-flammes muets, des hourras, des bravosdans ses cachettes vides, j'y jette mes soleilsses dernières lueurs avant qu'ils ne s'éveillent je ne sais pas pourquoi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 25 février 2019

EDGAR MORIN...Extrait

Vivre de prose n’est que survivre. Vivre, c’est vivre poétiquement.L’état poétique est un état de participation, communion, ferveur, amitié, amour qui embrase et transfigure la vie. Il fait vivre à grand feu dans la consumation (Bataille), et non à petit feu dans la consommation. L’état poétique porte en lui la qualité de la vie, dont la qualité esthétique qu’il peut ressentir jusqu’à l’émerveillement devant le spectacle de la nature, un coucher de soleil, le vol d’une libellule, devant un regard, un visage, devant une œuvre... [Lire la suite]

samedi 29 décembre 2018

LA PERSISTANCE ILLOGIQUE DE LA VIE

Cette mystérieuse circonstance qui fait que les choses de notre passé continuent d’exister y compris lorsqu’elles sortent de notre vie, et s’épanouissent,même, en donnant chaque saison de nouveaux fruits, pour une récolte dont nous ne saurons plus rien.       ALESSANDRO BARICCO       Emma et Cé...
jeudi 27 décembre 2018

LAISSEZ MOI VOUS DIRE...

... Laissez-moi vous dire que le poète n'a pas la vie facile dans un monde devenu ce manteau de ténèbres, pailleté d'éphémère par une actualité exténuée en quelques heures, qu'on renouvelle tous les jours et qui tient toute la place avant de s'effacer. Un monde où le niveau des larmes, cependant, ne cesse de monter. Un monde pilonné, trituré, sermonné de plus en plus sévèrement par le verbe surnaturel des catastrophes, couché sous le vent fort de ce langage, le plus clair et le plus nu de tous, dont les statisticiens s'emparent... [Lire la suite]
dimanche 16 décembre 2018

LE TEMPS NOUS RÊVE...

Le temps nous rêve, il nous construit. Quelle maison trouverons-nous demaindans nos rêves quand la vieaura vraiment commencéde pierres de lunede mots de sablepour lever une voûteprendre langue avec les fleurset s’ouvrir au visagecomme au ciel de demain. Les moulins de nos mainsne tourneront plusdans le sens des aiguillespour moudre la farine du tempssous le pli de la pierrele corps est patient d’amouril fonde dans un nid d’énigmesle mystère de l’êtrequi est sa maison.       MICHEL ECKHARD ELIAL    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 12 décembre 2018

JULIEN MIAVRIL...Extrait

Quel est le nom de cette force qui électrise et fait vibrer chaque atome, magnétise, envoûte et, lave en fusion déliée, pénètre alchimiquement corps et esprits; cette force grâce à laquelle les étoiles entrent en fusion et les constellations exécutent leur pantomime cosmique. Cette force présente depuis l'aube immémoriale des temps et qui survivrait, dans son substrat comme en ses linéaments, à mille apocalypses. Cette force qui met à égalité le créateur et sa création, seigneurs et nouvelles créatures. Cette force au nom de laquelle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,