samedi 7 septembre 2019

IBN AL ARABI

"O toi qui cherches le chemin qui conduit au secret.Reviens sur tes pas : car c’est en toi que se trouve le secret tout entier"     .     IBN AL ARABI     .  

dimanche 1 septembre 2019

CELEBRATIONS & CREPUSCULES...Extrait

... Du silence au silence, nous voguons, mi-ivres mi-navigateurs, la boussole du désir, la boussole de l’urgence à la main. Nous sommes des bateaux effarés dans les vagues, et pourtant, nous embrassons cette vie – la tempête est notre plus sûr allié pour arriver à bon port : le naufrage. Sinistrés, portés par la vague, brûlés de sel, ivres de soif, aveuglés de lumière et lavés de toute volonté, même de vivre, nous voilà enfin offerts, comme un sacrifice, aux courants silencieux de l’être. Qu’il est étrange que nos vouloirs ne nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 16 juin 2017

MEDITATION

Merci Umar... . . L'être n'est pas en quête de vérité mais d'une consolation. Il croit désirer la vérité mais, inscrit dans la subjectivité de sa chair, il ne peut y accéder. Ce n'est pas pour autant que la vérité absolue n'existe pas, que tout relève d'une opinion, mais qu'on ne peut la cerner. Sinon sous une forme mystique, dans la plénitude de la lumière du divin, mais le partage de l'ineffable, s'il existe seulement, est impossible. La consolation est cette ivresse qui nous permet d'oublier notre destin commun,... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

POESIE ET REALITE...Extrait

La poésie est une tentative risquée et visionnaire d’accéder à un espace qui a toujours préoccupé et angoissé l’homme : l’espace de l’impossible, qui parfois semble aussi l’espace de l’indicible. J’ai toujours pensé la poésie comme la plus éminente manifestation de cette histoire occulte des hommes et de la correspondance ineffable avec la réalité qui s’y révèle, au delà du gonflement du simple temps linéaire, au delà des formules et des systèmes qui codifient la connaissance, la prière, le regard, le geste, le lieu, l’amour, le... [Lire la suite]
vendredi 30 octobre 2015

COLETTE GIBELIN ...Extrait

... « Envolés, les oiseaux, portés par la respiration du monde dans l’étonnement de l’azur Un grand déferlement de voix pures, là-haut, Là-haut Éclats du temps, rêve mystique La délivrance est musique et splendeur On dépasse le chaos On s’ouvre à d’autres innocences et nos élans intérieurs enfin déploient leurs ailes   Envolés, nos désirs, vers quel inaccessible jardin où les arbres n’ont pas d’attache où les plantes chantent la liberté Jardin aux franges d’infini ouvert à tous les pollens, aux saveurs... [Lire la suite]
mercredi 7 août 2013

LE BALISEUR DES SONGES...Extrait

(...) Fêter le vent le nuage le parfum dit l'alphabet d'amour à l'astre inconsolable   fêter la couleur l'encre la braise le rire les larmes de ton cie impossible étreinte du partage   fêter l'écho de l'amandier en pleurs le papillon le basilic et ton visage en toute choses   fêter le jour le mois l'année de ta naissance ton absence mille ans de chants sacrifiés   fêter la rose le cantique l'eau et la lumière souveraine de l'âme ô ma joie ô ma douleur   toi et moi deux souffles dans la... [Lire la suite]

mercredi 9 mai 2012

LYRISME ET AURA...Extrait

     " L'aura : l’être-à-la-mort éblouissant. Tissée par le temporel, elle est, mortelle, l’évanescence de la beauté et son voile, la dignité de la chose éphémère, l’éclat de la sublimité. Ou encore, la splendeur de notre condition, puisqu’être, irrévocablement, de cette terre est, en dépit de tout, splendide, comme le disait Rilke. L’homme a éternellement besoin d’aura, et si on persiste à la lui refuser, il y a danger de régression à toutes les formes du sacré même religieux, avec son cortège d’intolérances, à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 16 mai 2011

LE NAVIRE MYSTIQUE

Il se sera perdu le navire archaïqueAux mers où baigneront mes rêves éperdus ;Et ses immenses mâts se seront confondusDans les brouillards d’un ciel de bible et de cantiques. Un air jouera, mais non d’antique bucolique,Mystérieusement parmi les arbres nus ; Et le navire saint n’aura jamais venduLa très rare denrée aux pays exotiques. Il ne sait pas les feux des havres de la terre.Il ne connaît que Dieu, et sans fin, solitaireIl sépare les flots glorieux de l’infini. Le bout de son beaupré plonge dans le mystère.Aux pointes de ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 février 2011

LES VENTS M'ONT DIT...Extrait

Viens avec moije te dirai le cri des sterneset le psaume des pierres levées(...)Viens avec moije te dirai les dieux fraternelsdans les chapelles bleuesViensnous inventerons un pays mystiqueviolentes seront les femmes comme des solsticesil y aura des nids chantants dans les poutresles nefs seront pleines d'hirondelles. . XAVIER GRALL .
Posté par emmila à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 8 juin 2010

ENTRE LE CREOLE ET LE FRANCAIS

  Ma langue maternelle, - la sève qui nourrit ma parole, qui abonde dans les couloirs de mon inconscient, qui retrace les souvenirs de l'enfance, qui a irrigué mes premiers pas, qui épousera mon dernier souffle, - est le créole mais ma langue d'écriture est le français. Je n'écris pas en français car elle est matière que j'observe, que je guette, matière fugitive qui obéit au désordre, semblable à un animal féroce qui arpente les arènes du lointain, adepte de jeux cruels et qui me lance un défi, renouvelé et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,