mercredi 25 septembre 2019

ERNEST PEPIN ... Extrait

Bon anniversaire, Ernest Pépin...     ..."Femme d'embruns brûlésEt de bourgeons d' étoileQui crayonne les cyclonesLa monture des maréesEt par la ravine chaude ou sommeille ta chaleurRedonne au monde le bel incendieLa première étincelleLa parole inconsolée des mythes"     .     ERNEST PEPIN     .     https://www.facebook.com/EGBodypaintingFestival/?eid=ARD7x9nAhY69fqecHiyRyRIZ6J_pQ2yVpwPTQxfrYZYDE_hyPuY9at40asXss32DSJyXqsjGXPtFl8km&fref=tag
Posté par emmila à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 3 avril 2018

MARC EEMANS...Extrait

“Il importe avant tout de dépasser l’homme, de l’élever à l’état de mystère. N’est-il d’ailleurs pas au plus profond de lui-même ce mystère sacré d’où peuvent à chaque instant, dès qu’il les appelle, surgir les dieux?   Pour se dépasser, il suffit à l’homme de savoir écouter les voix intérieures qui l’habitent et d’intérioriser le choeur sans cesse mouvant des voix du monde qui viennent à leur rencontre. Toutes choses se répondent, se font signe, et du fond des âges elles s’avancent sous la diaprure immuable des mythes: mythes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 29 janvier 2017

JE SUIS NE A OLYMPIE

J'ai fait mes premiers pas sur la poussière millénaire sous l'ombre grandiose des ruines sacrées. J'ai joué dans le stade antique, sur la terre foulée par les dieux et les héros. J'ai entendu les pierres raconter au vent les mythes et les légendes. Sous la lumière pâle et reposante du soleil couchant ou dans l'éclat du soleil de l'été, Mes yeux innocents considéraient comme naturelle la beauté indicible des statues et des monuments. Naturel comme le mouvement de la mer et l'odeur des pins. L'Hermès de Praxitèle. La Victoire de... [Lire la suite]
mercredi 8 juin 2016

SOHRÂB SEPEHRI...Extrait

Moi dans cette obscuritéJe songe à un agneau lumineuxQui viendrait paître l'herbe de ma fatigue.Moi dans cette obscuritéJe vois le prolongement humide de mes brasSous la pluieQui mouilla les premières oraisons de l'homme.Moi dans cette obscuritéJ'ai ouvert la porte aux prairies antiques,Aux ors que nous contemplâmes sur le mur des mythes.Moi dans cette obscuritéJ'ai vu les racinesEt au tout jeune buisson de la mort, j'ai expliqué l'eau.   . SOHRÂB SEPEHRI . Couvent St François , Nonza, Cap Corse