samedi 25 décembre 2021

JEAN LAVOUE...Extrait

À Noël, Ce n’est pas seulement un enfant qui naît Mais c’est le monde aussi, Dans son innocence et sa fragilité, Sa tragédie, dans sa bonté surtout, Sa lumière et son chant. Cela ne survient pas seulement voici deux mille ans Mais c’est au commencement de tout et c’est maintenant : L’acte créateur dont, depuis la nuit des temps, Le cosmos entier est le fruit. Cet enfant refera, dit-on, toutes choses nouvelles ; Il sera incompris des maîtres des nations ; Étranger au pouvoir des hommes, Il sera mis à mort et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 23 décembre 2021

AGNES SCHNELL...Extrait

6 ans, Agnès....     Le matin s’empourpraitsous l’ombre blanche…La femme déchirait le tempspliait les heures sans raisonsinon celle confiée un soir de démesure.   Sous l’écorcel’impatience de l’eau rouléeau flux d’une aorte végétale.L’incantation répond à sa houle.   Effleurement léger là-bassur les rives humidescaresse d’ange sur ses contractions.L’espoir danse sous la braise.           AGNES SCHNELL 2006      
Posté par emmila à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 26 septembre 2021

PATRICK CHEMIN...Extrait

Si tu me donnes un mot, j’en ferai une forêt. Tous les arbres contiennent la mémoire du livre que j’écrirai pour toi. Si tu me donnes un mot, je franchirai le vitrail. Toutes les gargouilles contiennent la foi du poème que j’écrirai pour l’incarnation de ton corps. Si tu me donnes un mot, je soufflerai sur le dromadaire de l’imaginaire. Et tu n’auras plus soif. Tous les sables du désert contiennent l’étoile diaprée du silence que j’écrirai pour toi. Si tu me donnes un mot, je pourrai rentrer dans l’atelier de ton âme. Et les toiles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 7 juillet 2021

HORS DU VENTRE

Avec sang et crisTu rejoins ce mondeTu t'enfonces dans le jourArraché au silenceà l'eau sans épineaux plages assourdiesà la forge sans feuau cercle humide et pourpreNavigateur à vif encordé dans ses fibresBanni du pays en suspensExclu de l'intime clartéLoin des lagunes sans désirDes rumeurs sans fièvresPar effractionet dans les meurtrissuresTu brises l'enclosTu fends la gangueTu immigres et t'enclaves dans la brève vallée où foisonne l'événementDéjà saisi par le lieuDéjà rejoint par le tempsSoumis déjàau rapt des vivantsEntre une... [Lire la suite]
dimanche 28 mars 2021

LES VRILLES DE LA VIGNE ...Extrait

"Regarde ! il n’est pas possible que le soleil favorise, autant que le nôtre, les autres jardins ! Regarde bien ! car rien n’est pareil ici à notre enclos de l’an dernier, et cette année, jeune encore et frissonnante, s’occupe déjà de changer le décor de notre douce vie retirée… Elle allonge, d’un bourgeon cornu et verni, chaque branche de nos poiriers, d’une houppe de feuilles pointues chaque buisson de lilas… Et les violettes elles-mêmes, écloses par magie dans l’herbe, cette nuit, les reconnais-tu ? Tu te penches, et comme moi tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 16 décembre 2020

SOUS LE SEIN D'UNE MERE....

En pensée avec ma fille Vincia . . Une rose croît, se multiplie sans fin Sous le sein d'une mère Frêle cocon d'ouate Couleur d'amande amère et de corail Qui sent bon le bonbon Qui sous la langue fond Et vous monte à la bouche Comme par inadvertance Au détour d'un chagrin A cause d'une absence D'un mot tracé sur la buée d'un carreau S'écoulant en longues larmes d'eau . Lorsque la main divine en deux ouvre la mère Il en pleure toujours une fontaine claire A la claire fontaine Il y a longtemps Bien avant la... [Lire la suite]

samedi 10 octobre 2020

IL ETAIT UNE VOIX

  ... comme une blessure au cœur de la mémoire un secret perdu soudainement retrouvé la vie nous rompt le cœur et nous ouvre au hasard nous sommes si nus dans la lumière si pauvres et tant reclus le soleil est un songe au fond des mains un peu de cendre éclose visitée par la mer matins muets de nos enfances en ruine quel cri nous ouvre l’âme quel ailleurs inconnu nous arrive au hasard par des mots retenus que le vent soudain libère les yeux rivés sur l’aube l’oreille tendue de douceur nous attendons la... [Lire la suite]
dimanche 21 juin 2020

LE DERVICHE DES MOTS...Extrait II

J’ouvre sur celui qui est né de lui-même dans l’eau du papillon double cri des abricots   j’ouvre sur la gazelle rouge et la main du calligraphe dansant autour du noun pour la lune sacrifiée   j’ouvre sur le sourire de la défunte chant de rosée humaine qui engendre la nuit de magiques syllabes   j’ouvre sur le chemin nimbé de paroles ailées sur le croissant improbable et l’étoile gémellaire tatouée sur le front d’un nouveau-né   j’ouvre sur la main qui pense le... [Lire la suite]
dimanche 21 juin 2020

LE DERVICHE DES MOTS...Extrait

Je suis la mystique du sel l’asile du poème le poème de tous les poèmes dans un encrier de coquelicots     je suis le feu tapi dans la pierre si tu es de ceux qui font jaillir l’étincelle alors dis ta parole et brise-toi murmure la lettre waw     .     AHMED BEN DHIAB Collection : Levée d’ancrehttps://www.editions-harmattan.fr    .  
mardi 28 janvier 2020

LA MAISON DE CLAUDINE...NAISSANCE DE COLETTE LE 28 JANVIER 1873

"Quand je t'ai mise au monde, toi la dernière, Minet-Chéri, j'ai souffert trois jours et deux nuits. Trois jours, ça paraît long... Mais je n'ai jamais regretté ma peine : on dit que les enfants, portés comme toi si haut, et lents à descendre vers la lumière, sont toujours des enfants très chéris, parce qu'ils ont voulu se loger tout près du cœur de leur mère, et ne la quitter qu'à regret..."   .     COLETTE     . Colette    
Posté par emmila à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,